L'Edito du Dimanche

 

Publié le Dimanche 26 février 2012 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du Dimanche

Mon enfance dévoilée

imageJe suis né le 13 octobre 1973. C'était un samedi. Il neigeait.
J'étais le dernier fils d'une famille qui en comptait déjà cinq. Je n'ai pas connu l'aîné, d'ailleurs. Il s'appelait Louis et était mort deux jours plus tôt, alors qu'il s'était égaré durant une tempête de neige. Il faut dire qu'à cette époque, pour subsister, il fallait sortir attraper sa pitance. On avait retrouvé son petit corps d'enfant gelé, dans une congère. J'ai hérité de lui son prénom, Cedric Julien Louis. Quant à Julien, c'est une référence donnée par ma mère, très religieuse, à Julien Sabas, martyr fêté le 18 octobre, date à laquelle j'étais initialement prévu.

Ma mère élevait seule ses enfants, depuis que son mari purgeait depuis deux ans une peine de prison pour vol.
Comme vous l'aurez compris, je suis né d'une relation extra-conjugale... enfin... quand je dis "extra-conjugale"...
Pour tenter d'améliorer l'ordinaire, ma mère était montée "à la Capitale" pour trouver du travail, espérant se faire embaucher comme serveuse dans un bar de proche banlieue. En guise d'emploi, elle était tombée sur une bande d'ouvriers qui fêtaient la fin des travaux du périphérique parisien. Ils la violèrent pendant trois jours avant qu'elle ne réussisse à s'enfuir. Elle retourna alors chez elle, sans plus d'argent mais avec un nouveau passager clandestin à bord.

Nous vivions dans une petite maison avec une pièce unique, dans un bidonville en bordure de forêt de Sologne.
Il y faisait trop chaud l'été, il y gelait l'hiver et le reste du temps, les courants d'air qui s'infiltraient entre les planches pourries nous glaçaient jusqu'aux os.

Nous devions assurer notre repas en braconnant ou en allant cueillir quelques baies, voire en vendant quelques produits ou objets faits mains aux marchés des environs, qui nous rapportaient quelques pièces nous permettant d'acheter ci un seau de charbon, ci une miche de pain. J'avoue que lorsque la faim se faisait trop forte et la nature moins généreuse, nous allions chaparder quelque victuailles sur les étals environnants.

De mon enfance, j'ai appris à poser des collets, reconnaître les champignons, sculpter le bois, cuire les racines... J'ai appris à courir vite, mentir et me battre pour survivre. Je n'ai jamais cédé à l'appel des gangs du bidonville, par exemple. Et je me suis endurci au rythme des raclées que je prenais.
Une simple habitude, en fait. Quand ce n'étaient pas les gangs qui se défoulaient sur moi, c'était mon "père", revenu de cabane, qui entre deux bouteilles calmait son mal de vivre à coups de ceinturon sur un fils qui n'était pas de son sang.

Au fil des années, des huit enfants de la famille, seuls trois ont survécu. Un frère aîné et une soeur cadette. J'ai vécu ainsi pendant 12 ans, voyant ma famille mourir de faim, de froid ou de violence, jusqu'à ce qu'un coup de trop soit retourné avec la première chose qui me passait sous la main - un couteau - et que mon paricide m'oblige à m'exiler dans une autre région, sous d'autres cieux, dans une famille lointaine, plus aisée, qui m'apprit à vivre comme quelqu'un de civilisé.

Je n'ai jamais parlé de cette période sombre de ma vie. Mais aujourd'hui, plus de 25 ans après, alors qu'avec ma femme et mes enfants, j'ai décidé de revenir sur les terres de mon enfance, les souvenirs affluent.
Et même si le bidonville a laissé place à un petit supermarché, si les bois ont diminué de moitié, si les routes sont en bitume et non plus de boue, je reconnais quelques lieux, quelques pierres, quelques arbres, quelques champs. En témoigne mes initiales gravées dans un tronc, avec celle de mon premier amour, décédé quelques mois après d'une pneumonie.

Les temps changent, les rides apparaissent, mais le temps n'efface pas les cicatrices.

Ce soir, pour fêter mon retour, j'irai tuer un panda.

 
image



 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par t-la le 26/02/2012 à 12:09

 

1

avatar

Inscrit le 28/04/2009

Voir le profil

dans un bidonville en bordure de forêt de Sologne.


Center Park ?

1418 Commentaires de news

Ecrit par CyberJoJo le 26/02/2012 à 12:13

 

2

avatar

Inscrit le 26/12/2009

Voir le profil

Ce soir, pour fêter mon retour, j'irai tuer un panda.


Sichuan, Gansu, Shaanxi ou bien dans le Zoo de Paris ?

1579 Commentaires de news

Ecrit par icetroll le 26/02/2012 à 12:30

 

3

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

882 Commentaires de news

Ecrit par Grogg le 26/02/2012 à 13:04

 

4

avatar

Inscrit le 10/12/2009

Voir le profil

La prescription étant de 30ans sur les crimes de sang, il nous reste donc 5 ans pour te faire chanter.



je veux la moitié de la peau du panda.

189 Commentaires de news

Ecrit par dieudivin le 26/02/2012 à 13:18

 

5

avatar

Inscrit le 18/03/2011

Voir le profil

On oscille entre la petite maison dans la prairie et Rémi sans famille, mélant probablement éléments véridiques et d'autres fantastiques (serez vous les trouvez ?) smiley 54



La semaine prochaine, Cedric nous racontera comment il était assidu à l'école, comme Tom Sawyer

smiley 32

4040 Commentaires de news

Ecrit par Von-Block le 26/02/2012 à 13:46

 

6

avatar

Inscrit le 11/08/2009

Voir le profil

AH ouais, mince je ne savais pas que tu l'avais eu si dur Cedric ?



Respect.





Maintenant explique comment tes mains de travailleurs pauvres se sont transformé en paluche délicate et au ongles limés d'écrivain ?

2487 Commentaires de news

Ecrit par Antiope le 26/02/2012 à 15:47

 

7

avatar

Inscrit le 22/05/2009

Voir le profil

Ecrit par Von-Block

AH ouais, mince je ne savais pas que tu l'avais eu si dur Cedric ?



Respect.





Maintenant explique comment tes mains de travailleurs pauvres se sont transformé en paluche délicate et au ongles limés d'écrivain ?


A force de lire en boucle Oliver Twist...

3201 Commentaires de news

Ecrit par YMCA le 26/02/2012 à 16:03

 

8

avatar

Inscrit le 15/11/2010

Voir le profil

Ecrit par Von-Block

AH ouais, mince je ne savais pas que tu l'avais eu si dur Cedric ?



Respect.





Maintenant explique comment tes mains de travailleurs pauvres se sont transformé en paluche délicate et au ongles limés d'écrivain ?
il a été élu miss prison lors d'un séjour en taule

882 Commentaires de news

Ecrit par AKULA le 26/02/2012 à 21:58

 

9

avatar

Inscrit le 04/05/2009

Voir le profil

smiley 26

546 Commentaires de news

Ecrit par youri_1er le 27/02/2012 à 08:22

 

10

avatar

Inscrit le 04/12/2009

Voir le profil

tien moi aussi j'était en sologne hiers ... pas vu de panda!

3603 Commentaires de news

Ecrit par DarkSerpent le 27/02/2012 à 08:35

 

11

avatar

Inscrit le 10/09/2009

Voir le profil

Ecrit par youri_1er

tien moi aussi j'était en sologne hiers ... pas vu de panda!


Normal, Cédric les a tous tué.

3142 Commentaires de news

Ecrit par Jyhere le 27/02/2012 à 12:15

 

12

avatar

Inscrit le 28/04/2009

Voir le profil

En guise d'emploi, elle était tombée sur une bande d'ouvriers qui fêtaient la fin des travaux du périphérique parisien. Ils la violèrent pendant trois jours avant qu'elle ne réussisse à s'enfuir.
Eh beh… Si Marine et Jean-Marie apprenaient que tu as du sang portuguais dans les veines, ils seraient bien déçus. smiley 7

1604 Commentaires de news

Ecrit par Laurent B. le 27/02/2012 à 23:56

 

13

avatar

Inscrit le 21/12/2011

Voir le profil

Faits partager ton expérience de la vie. La transmission du savoir est la priorité.



Demain, Cédric vous explique comment fabriquer une dynamo pour votre NES avec trois clous rouillés et une peau de panda.



Ou alors t'as découvert les jeux vidéo lors de ta reconversion en miss prison ? smiley 12

911 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

12179-week-end-souvenirs-enfance-zola-nostalgie