Interview : Philippe Poutou, candidat NPA à la présidentielle parle d'Hadopi et des jeux vidéo

 

Publié le Lundi 12 mars 2012 à 12:00:00 par Alexandre Combralier

 

Interview : Philippe Poutou, candidat NPA à la présidentielle parle d'Hadopi et des jeux vidéo

4 questions, 4 réponses

Nous avons contacté tous les candidats à la présidentielle et leur avons posé les mêmes questions :

- Quelle est votre position concernant la Hadopi ?
- Que proposez-vous concrètement pour lutter contre le téléchargement illégal ?
- Certains candidats (comme Jacques Cheminade) se sont prononcés pour l’interdiction des jeux vidéo violents et une surtaxe des jeux vidéo qui ne sont pas « éducatifs ». Quelle est votre position à ce sujet ?
- Avez-vous des mesures particulières à proposer pour ou contre le jeu vidéo, voire pour l’industrie du jeu vidéo ?

Le premier à nous avoir répondu est Philippe Poutou, candidat anticapitaliste du NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste). Voici ses réponses, sans modification aucune :

- Quelle est votre position concernant la Hadopi ?

image
Copyright : Photothèque Rouge/JMB
Le NPA s'est toujours clairement prononcé contre HADOPI, qui non seulement pénalise les internautes, est totalement déconnectée de la réalité et n'assure en aucun cas des revenus justes aux artistes et techniciens (et pas seulement aux "bankables"...), mais surtout acte de fait, dans une période de crise dans laquelle les biens culturels sont souvent les premiers sacrifiés faute de pouvoir d'achat, la primauté du commerce sur les échanges culturels. C'est pourquoi il faut non seulement l'abroger, mais revenir au fond du problème.

Nous proposons une licence "égale", qui permettrait ainsi de répondre aux trois questions posées par les échanges culturels sur internet : la rémunération, l'accès à la culture pour toutes et tous, et la question du financement.
Cette licence égale repose sur deux grands principes : maintien de l'exception pour copie privée des internautes et protection de la rémunération des artistes et techniciens.

Elle serait financée majoritairement par l'instauration d'une taxation sur le chiffre d'affaire des grosses majors de l'entertainment, fabricants de matériel informatique, opérateurs de télécoms et fournisseurs d’accès (comme cela se fait déjà pour d'autres secteurs sans augmentation des prix pour le consommateur final) qui, en gagnant des abonnés à coup de publicité sur le haut débit, sont les principaux bénéficiaires des échanges, légaux ou non, des œuvres, et ce afin de compenser les ayants droit pour le manque à gagner occasionné par le téléchargement dit illicite.

Concernant la répartition de cette taxe entre les ayant-droits, précisons tout d'abord que nous sommes contre la patrimonialisation de ces mêmes droits : un salarié ne fait pas hériter ses descendants des bénéfices de sa production, et ce sont les futurs salariés de son secteur qui bénéficient de son apport. Même chose ici donc, où les droits post-mortem générés par un artiste serviraient à alimenter un fond d'aide aux artistes fragiles et/ou émergents, en créant ainsi une véritable solidarité intergénérationelle.

- Que proposez-vous concrètement pour lutter contre le téléchargement illégal ?

image
Copyright : Photothèque Rouge/esteban
Tout d'abord, nous souhaitons défendre l'interopérabilité des fichiers et soutenir les logiciels libres (notamment en rendant obligatoire la neutralité de l'état et des collectivités publiques en la matière, ce qui est loin d'être le cas actuellement, avec les partenariats, par exemple, de l'Education Nationale avec Microsoft). Ainsi, l'une des causes initiales du piratage disparaîtrait grâce à cette interopérabilité : l'utilisateur n'aurait plus à s'équiper (ou donc pirater), sur plusieurs plateformes pour pouvoir bénéficier d'un bien culturel.

Ensuite, loin des habituelles rengaines de culpabilisation des joueurs et la guerre des DRMs, nous préférons plutôt miser sur une politique culturelle ambitieuse, au travers d'un développement de médiathèques et ludothèques numériques, publiques et gratuites, qui pourraient ainsi démocratiser l'accès aux oeuvres et aux jeux : on le sait aujourd'hui par de nombreuses études, un auditeur/lecteur/joueur/spectateur, éduqué et cultivé d'abord par l'accès aux oeuvres, devient un acheteur régulier d'oeuvres culturelles et non un "pirate".

Enfin, bien évidemment, la question du piratage ne peut être comprise sans parler du pouvoir d'achat, ce qui élargit le débat à la question du pouvoir d'achat et bien sûr de la répartition des richesses...

- Certains candidats (comme Jacques Cheminade) se sont prononcés pour l’interdiction des jeux vidéo violents et une surtaxe des jeux vidéo qui ne sont pas « éducatifs ». Quelle est votre position à ce sujet ?

image
Copyright : Photothèque Rouge/JMB
On est là en plein coeur du débat concernant le système PEGI: surtaxer les jeux non éducatifs: qui va décider quel jeu est éducatif ou non ?

Actuellement, avec PEGI, à aucun moment les joueurs, bloggeurs, fansites, bref, une grande partie des principaux acteurs du jeu vidéo, ne sont pas consultés. Il s'agit donc là d'une première réforme à entreprendre : associer tous les publics, professionels, pouvoirs publics ET joueurs, à ces décisions.

Ensuite, de manière plus générale, concernant le jeu vidéo (mais dans les années 50 c'était le rock'n'roll par exemple), on est toujours dans la recherche de boucs émissaires. Certains jeux sont violents, gores, certes. Certains films, musiques ou livres aussi. Va-t-on surtaxer Cronenberg, Scorcese, Tarantino, ... ? Evidemment non. Donc, pas de double peine pour le jeu vidéo non plus !

Il faut là, encore une fois, faire confiance à la fois aux joueurs, à la fois aux développeurs, et s'assurer cependant que les outils de protection des publics fragiles (enfance, personnes dépendantes, etc.) soient mis en place comme ils le sont déjà sur d'autres secteurs, sans pour autant mettre à l'index le secteur du jeu vidéo dans son ensemble.

- Avez-vous des mesures particulières à proposer pour ou contre le jeu vidéo, voire pour l’industrie du jeu vidéo ?

image
Copyright : Photothèque Rouge/MILO
L'industrie du jeu vidéo en France (qui, comme le cinéma, peut aussi être considéré comme un art, souvent appelé "le 10ème art"), connait une situation totalement schyzophrène : d'un côté, la France possède deux des trois plus gros éditeurs de jeu vidéo (Activision-Blizzard et Ubisoft), et de l'autre, cette jeune industrie, a vu en 15 ans, disparaître près de la moitié de ses emplois (25 000 en 1994 à environ 10 000 aujourd'hui, répartis sur environ 430 sociétés).
Entre l'auto-exploitation des petits indépendants, et le recours aux stages et CDDs à la chaîne, la première étape est donc bien de permettre aux salariés du jeu vidéo de pouvoir vivre de leurs métiers.

Il s'agit bien là de la même question que nous mettons sur la table sur les autres sujets : la répartition des richesses et du travail. Les indépendants, bien souvent, ne peuvent assumer les coûts de fabrication, doublages, traductions et autres, imposés par la course pour le marché international, et en sont souvent réduits à choisir entre la qualité du jeu -et donc le succès (il suffit de voir le buzz autour du doublage de Binary Domain...) ou bien les conditions de travail de leurs employés.

Aussi, tout comme cela existe déjà pour le cinéma en France, l'industrie des jeux vidéo, et particulièrement ces multiples petits éditeurs et créateurs indépendants, dont on constate chaque jour le dynamisme et la demande des joueurs (comme en témoigne le succès des opérations Indie Bundle), doit être accompagnée et soutenue par une politique publique volontariste. Via notamment un fonds de soutien, alimenté par un prélèvement sur les ventes de tous les jeux (comme c'est le cas par exemple actuellement sur un ticket de cinéma, un DVD, etc.), qui permettrait de proposer une aide à la création et au développement des jeux vidéos, et ainsi, sortir de la précarisation grandissante des créateurs, développeurs, graphistes et autres métiers du jeu vidéo.

Cela passe donc par la création d'un réel fonds de soutien au jeu vidéo, pour permettre aux créateurs et à leurs équipes de produire leurs jeux dans des conditions salariales décentes.

De plus, autre débat, il faut également lancer, avec l'ensemble des partenaires concernés, et pour assurer une juste rémunération des créateurs, une véritable réflexion de grande ampleur sur le statut juridique du jeu vidéo : oeuvre collective ou oeuvre de collaboration ?

 
image



 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par sekto le 12/03/2012 à 12:09

 

1

avatar

Inscrit le 07/03/2012

Voir le profil

Alors il à son point de vue donc on est d'accord ou pas avec lui. Par contre c'est agréable d'avoir quelqu'un qui sait de quoi il parle pour une fois. (Enfin après c'est pas forcément lui qui à écris le mail, peut être un de ses conseillersmiley 7)





les droits post-mortem générés par un artiste serviraient à alimenter un fond d'aide aux artistes fragiles et/ou émergents, en créant ainsi une véritable solidarité intergénérationelle.



Et ça je me doute que jamais ça ne verra pas le jour mais ça serait tellement logique et pas seulement dans le domaine du jeux vidéo.

Que quelqu’un gagne de l'argent grâce a une œuvre qu'il à créé, tout a fait normal. Que ses descendant en profite encore, déjà moins normal. Qu'une entreprise gagne de l'argent par qu'elle à l'exclusivité sur une licence qu'elle n'a même pas créé, là c'est vraiment n'importe quoi.



14 Commentaires de news

Ecrit par Daboo le 12/03/2012 à 12:10

 

2

avatar

Inscrit le 21/05/2010

Voir le profil

Très bonne idée cette petite liste de questions, espérons qu'un grand nombre de candidats y répondront. C'est très intéressant.

336 Commentaires de news

Ecrit par LeBen le 12/03/2012 à 12:20

 

3

avatar

Inscrit le 12/01/2010

Voir le profil

Mon message n'est pas passer dans l'oreille d'un sourd smiley 13



Sinon interview interessante et pleine de vérités dont certain candidats devraient s'inspirer smiley 7

468 Commentaires de news

Ecrit par Cedric Gasperini le 12/03/2012 à 12:25

 

4

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Ecrit par LeBen

Mon message n'est pas passer dans l'oreille d'un sourd smiley 13



Sinon interview interessante et pleine de vérités dont certain candidats devraient s'inspirer smiley 7
Questions envoyées vendredi. Réponse reçue de P. Poutou. Une réponse de l'équipe de campagne de F. Bayrou qui espère que ses réponses à nos questions nous ont apporté satisfaction. On leur a répondu que non, vu qu'on ne les a pas reçues... Pour le reste, néant.

6663 Commentaires de news

Ecrit par KoosMos le 12/03/2012 à 12:38

 

5

avatar

Inscrit le 06/03/2012

Voir le profil

Pour Bayrou, c'est normale, ils ont du envoyé le mail avant qu'internet existe.

19 Commentaires de news

Ecrit par LeBen le 12/03/2012 à 12:39

 

6

avatar

Inscrit le 12/01/2010

Voir le profil

Je me doute bien que ça n'a pas été fait en 1 Heure 40 smiley 15



468 Commentaires de news

Ecrit par CyberJoJo le 12/03/2012 à 12:41

 

7

avatar

Inscrit le 26/12/2009

Voir le profil

Vraiment agréable à lire. On voit qu'il (ou ses conseillers) a des idées sur la chose et qu'il a pris le temps de l'étudier.



smiley 20

1579 Commentaires de news

Ecrit par YMCA le 12/03/2012 à 13:40

 

8

avatar

Inscrit le 15/11/2010

Voir le profil

On est là en plein coeur du débat concernant le système PEGI: surtaxer les jeux non éducatifs: qui va décider quel jeu est éducatif ou non ?
Cheminade

882 Commentaires de news

Ecrit par ErGo_404 le 12/03/2012 à 14:37

 

9

avatar

Inscrit le 09/03/2010

Voir le profil

Non seulement il connait son sujet, mais les réponses qu'il veut apporter semblent tout à fait rationnelles. Il ne se contente pas d'un "on va augmenter les salaires de tout le monde, youhouu", il dit surtout comment il compte faire ça.

698 Commentaires de news

Ecrit par kasasensei le 12/03/2012 à 17:06

 

10

avatar

Inscrit le 05/12/2010

Voir le profil

C'est con, c'est les mecs les plus au fait qui ont le moins de chance d'aller loin ou de faire entendre leurs propositions.

C'est quand même triste.



F. Bayrou
En même temps, s'attendre à quelque chose de rapide avec le vieux modem...

10688 Commentaires de news

Ecrit par Marnus le 12/03/2012 à 18:30

 

11

avatar

Inscrit le 20/04/2010

Voir le profil

Tout d'abord, nous souhaitons défendre l'interopérabilité des fichiers [...] Ainsi, l'une des causes initiales du piratage disparaîtrait grâce à cette interopérabilité : l'utilisateur n'aurait plus à s'équiper (ou donc pirater), sur plusieurs plateformes pour pouvoir bénéficier d'un bien culturel.

Euuuuuuh?

Donc j'achète un jeu sur PC et je peux en profiter sur PS3 et Bobox?



Tout le reste me semble parfaitement sensé, surtout l'idée d'utiliser les droits d'auteurs des défunts pour financer les nouveaux artistes.

Reste qu'on en revient au même problème que pour la licence globale:

Comment on redistribue tout ça? L'organisme qui s'en chargerait serait une véritable usine à gaz...

279 Commentaires de news

Ecrit par Raging le 12/03/2012 à 21:36

 

12

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Excellent. Et les réponses de Mr Poutoux le sont tout autant. Je ne suis pas d'accord avec tout mais bon.



D'ailleurs, une question que je vous pose, vous créez une entreprise, elle rapporte de l'argent, est ce qu'il vous paraîtrait normal que vous ne puissiez la léguer à vos enfants et qu'elle soit remise à la communauté pour aider les jeunes créateurs d'entreprise?

Pourquoi est ce que ça le serait dans ce cas pour les créations artistiques?

1970 Commentaires de news

Ecrit par kasasensei le 12/03/2012 à 21:37

 

13

avatar

Inscrit le 05/12/2010

Voir le profil

Ecrit par Marnus



Euuuuuuh?

Donc j'achète un jeu sur PC et je peux en profiter sur PS3 et Bobox?
Il parle des fichiers vidéo et audio. Pas des jeux.

10688 Commentaires de news

Ecrit par Antiope le 12/03/2012 à 22:01

 

14

avatar

Inscrit le 22/05/2009

Voir le profil

Ecrit par kasasensei

Il parle des fichiers vidéo et audio. Pas des jeux.


Pourquoi pas... Via Steam, nous pouvons déjà bénéficier de nombreux jeux sur PC et sur Mac en ne l'achetant qu'une seule fois. Et il y a un jeu sorti récemment qui permettait d'y jouer sur une console et d'avoir la version PC gratuitement, je crois que c'était Portal 2 (encore Valve tu me diras).

3201 Commentaires de news

Ecrit par kasasensei le 12/03/2012 à 22:25

 

15

avatar

Inscrit le 05/12/2010

Voir le profil

Ecrit par Antiope



Pourquoi pas... Via Steam, nous pouvons déjà bénéficier de nombreux jeux sur PC et sur Mac en ne l'achetant qu'une seule fois. Et il y a un jeu sorti récemment qui permettait d'y jouer sur une console et d'avoir la version PC gratuitement, je crois que c'était Portal 2 (encore Valve tu me diras).
Ce sont des exceptions à la règle. Surtout dans le cas de cross plateforme possible.

10688 Commentaires de news

Ecrit par dieudivin le 12/03/2012 à 22:51

 

16

avatar

Inscrit le 18/03/2011

Voir le profil

Ecrit par kasasensei





F. Bayrou



En même temps, s'attendre à quelque chose de rapide avec le vieux modem...
smiley 25



Sinon, +1 avec Sekto (post#1)

4038 Commentaires de news

Ecrit par Mikis le 13/03/2012 à 16:43

 

17

avatar

Inscrit le 21/12/2011

Voir le profil

Pourquoi est ce que ça le serait dans ce cas pour les créations artistiques?
Parce que ce n'est pas la même chose, ça semble quand même évident.

D'ailleurs une œuvre tombe dans le domaine publique au bout de 70 ans, pas une entreprise.

1128 Commentaires de news

Ecrit par Raging le 13/03/2012 à 19:05

 

18

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Ecrit par Mikis

Parce que ce n'est pas la même chose, ça semble quand même évident.

D'ailleurs une œuvre tombe dans le domaine publique au bout de 70 ans, pas une entreprise.


Je parle du fait de léguer quelque chose à ses enfants. Des gens passent leurs vies à travailler pour bâtir une maison et faire en sorte que leurs enfants ne soient pas démunis, d'autres créent des entreprises qui généreront des profits dont les enfants pourront bénéficier, les artistes ne doivent créer que pour la communauté? Je ne vois pas en quoi c'est différent, ça n'a rien d'évident pour moi.

1970 Commentaires de news

Ecrit par Azety le 14/03/2012 à 08:33

 

19

avatar

Inscrit le 24/04/2011

Voir le profil

fallait pas hésiter à se servir dans mes photos de son meeting à Montpellier : http://azety.blogspot.com/2012/02/philippe-poutou-montpellier-07022012.html

608 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

12306-interview-philippe-poutou-npa-candidat-presidentielle