Attaque contre le jeu vidéo : Claire Gallois remet le couvert, nous lui répondons

 

Publié le Dimanche 2 décembre 2012 à 10:15:00 par La rédaction

 

Attaque contre le jeu vidéo : Claire Gallois remet le couvert, nous lui répondons

Erreur de parcours

imagePeut-être avez-vous suivi cette histoire « d’article anti-jeux vidéo » publiée sur lepoint.fr, écrit par Claire Gallois, romancière. Nous ne nous en étions volontairement pas fait l’écho sur ce site, parce que ledit article ne nous paraissait ni pertinent, ni intéressant, ni bien informé, et sonnait plus comme une erreur de parcours qu’autre chose.
Pourtant, la toile s’est enflammée et nombre de « contre-articles » et autres commentaires ulcérés, voire insultants, ont été écrits en retour par nos confrères.

Honnêtement, de notre point de vue, il s’agissait vraiment de donner plus d’importance à cette affaire qu’elle n’en méritait. Affaire qui, sincèrement, aurait pu et aurait certainement dû en rester là. L’ignorance flagrante de madame Gallois sur le monde des jeux vidéo, voire peut-être sur le monde culturel en général, et ses amalgames vraiment douteux, autant de raccourcis faciles et stupides, n’auraient mérité qu’un mépris silencieux et, peut-être, un ou deux ricanements moqueurs.

Pour rappel, madame Gallois s’alarmait de la violence grandissante dans les jeux vidéo, et surtout mettant en exergue les liens entre de récents tueurs, tels que Breivik ou Merah, et les jeux violents auxquels ils jouaient. Et de mélanger tout ça dans un énorme gloubi-boulga mettant en relation actes de terrorisme, jeu vidéo et loi Nutella.
L’affaire aurait dû en rester là, disais-je. Or voilà que Le Point, toujours à l’affût d’un bon coup médiatique, quitte à passer pour un support ordurier ou putassier, remet le couvert en laissant madame Gallois donner une suite à ses propos.

imageLa voilà donc qui cite différents jeux et le fait qu’ils sont en complète opposition avec les conventions de Genève, ou même la morale. Et d’en remettre une couche sur le fait que Breivik et Merah étaient des joueurs. Sans nommer clairement le lien de cause à effet, madame Gallois renforce donc l’idée que le jeu vidéo a eu une influence sur le comportement de ces tueurs. Et de réclamer en urgence, une plus grande éthique sur ce média.

Cette fois, donc, nous nous décidons à prendre la plume pour répondre. Nous ne sombrerons pas dans l’insulte gratuite et non constructive, ou l’indignation méprisante dont ont pu faire preuve lecteurs et confrères. Mais de nous contenter d’expliquer à madame Gallois pourquoi elle se trompe de cible. Pourquoi elle s’attaque de la plus mauvaise manière à un poids lourd de la culture, devenu aujourd’hui un indispensable de notre société, et pourquoi, finalement, dans sa méconnaissance et sa vision trop étriquée, elle fait fausse route.

D’abord, il convient de vous signaler, madame, que malgré votre réponse agacée, vous ne maitrisez tout simplement pas votre sujet. Sans jamais vouloir affirmer que seuls les professionnels du milieu et les joueurs ont « droit de connaissance » sur l’industrie vidéo-ludique, comment ne pas lever les yeux au ciel et soupirer, en lisant que « [le jeu vidéo] n'est pas un souci au ministère de la Culture. On ne perd pas son temps avec des distractions qui ne contribuent pas à la promotion des arts. Call of Duty, Dishonored, Assassins Creed, Grand Theft Auto, Manhunt ? C'est qui, c'est quoi ? »
Et bien c’est oublier que le ministère de la Culture a fait Chevaliers des arts et des lettres plusieurs grands développeurs français du jeu vidéo, tels Michel Ancel (Rayman, les Lapins Crétins) et Frédérick Raynal (Alone In The Dark, un jeu que vous pourriez qualifier de violent d’ailleurs). Et même des étrangers tiens, à commencer par Shigeru Miyamoto (emblème de Nintendo et papa de Super Mario, Donkey Kong ou The Legend of Zelda). Ou tout simplement qu’en mars dernier, le Ministère de la Culture a créé et remis les prix du jeu vidéo 2012, et annoncé la création d’une Cité du Jeu vidéo dont l’ouverture est prévue au second semestre 2013.

imageC’est oublier que le jeu vidéo est aujourd’hui arrivé dans les musées (de Paris comme de New York), et est reconnu comme une forme d’art à part entière, un média transgenre. Le jeu vidéo français est même consommé et respecté dans le monde entier pour sa capacité à combiner des moyens de productions industriels, des concepts et des visions d’artistes et de penseurs différentes du reste de la culture occidentale. Encore une fois, seul un studio comme Ubisoft aurait pu apporter cette vision si particulière de la Révolution américaine vue à travers des yeux francophones, face au prisme qu’est Assassin’s Creed 3. Et faut-il rappeler la longue histoire des Flashback, Another World, The Nomad Soul et autres productions de David Cage, Paul Cuisset et consorts ?

Quand il est bien réalisé, le jeu vidéo est un véritable travail d’orfèvre, avec force et détails sur la personnalité et l’empreinte qu’on leur façonne. Même avec sa violence inhérente à son époque (la Peste Noire en Angleterre victorienne), un jeu – français – récent que vous citez comme Dishonored (des lyonnais d’Arkane Studios) reste avant tout un produit remarquable pour son univers, sa narration, sa liberté de jeu pour le joueur même et son travail d’environnement et d’ambiance. Sa violence n’est qu’une composante parmi tant d’autres, ce que vous ne semblez ni analyser ni comprendre, en le comparant à Call of Duty et GTA. Trois licences qui n’ont rien en commun, à commencer par l’utilisation de leur violence, la finalité de cette utilisation, le contexte narratif et le recul des scénaristes sur leur histoire et sur la mise en abîme du joueur et spectateur dans des jeux frôlant parfois le cinéma interactif.

imageSachez, madame, que vos arguments sont bancals. Et il en est de même quand vous tentez de faire peur aux foules en liant la violence virtuelle à celle bien réelle des tragédies qui ont frappé l’Europe récemment. Citer Breivik comme pur produit de ce que le jeu vidéo violent peut produire est une erreur. Breivik était un joueur, mais il a toujours soutenu qu’il ne jouait à World of Warcraft que pour se donner une « vie sociale » et un « alibi » pour paraître normal auprès de ses amis et famille. Une argumentation analysée et reconnue viable par les experts psychiatriques qui ont participé au procès.
Breivik a toujours soutenu que ce jeu n’avait eu aucun autre intérêt pour lui. Son « addiction » toute relative à Call of Duty a là aussi été expliquée par le tueur : il s’est servi du jeu pour s’entraîner à manier les armes et savoir tuer et réagir en cas de riposte. Call of Duty a donc été… un « simple » terrain d’entraînement. Qu’est-ce que ce lien entre le jeu et le tueur prouve ? Juste que Call of Duty est un jeu « réaliste » (même si ce point pourrait largement être discuté par les soldats qui ont vécu l’enfer du terrain, et même par les joueurs, il suffit de jouer un peu pour se rendre compte que l’on est loin de la réalité), et au rendu suffisamment bon pour offrir des sensations « comme dans la réalité ». Aucunement qu’il pousse à franchir le pas aberrant de tuer dans la réalité.

imagePas plus, finalement, que le film Tueurs nés d’Oliver Stone n’avait été la raison qui a poussé Florence Rey et Audry Maupin à devenir des criminels. Il faut, à la base, avoir de sérieux troubles psychologiques pour devenir un tueur. Vous en conviendrez j’espère. Des tueurs qui ont toujours existés. Rappelez-vous que Jack L’éventreur ne jouait pas à Call of Duty. Qu’Albert de Salvo ou Charles Manson ne jouaient pas à World of Warcraft. Emile Louis ne jouait même pas à Pong. C’est dire.
Un dernier mot enfin sur votre billet de réponse : après avoir amalgamé jeu vidéo et instincts de mort et de meurtre, vous démentez le tout dans le billet suivant, avec force mauvaise foi. Et de citer des « experts » (en quoi, on aimerait bien le savoir) appuyant vos affirmations sur l’affaire du jeune Andy, de la même manière que nous avons si facilement fait appel à leur statut d’argument pour défendre le jeu vidéo face à Breivik dans le paragraphe précédent. Voyez comme une astuce peut se retourner si facilement. Et encore. Au fond, ces experts dont on nous bassine les qualités d’analyse, semblent finalement être décidés à tirer d’hâtives conclusions, quitte à égratigner du monde derrière. Alors jusqu’où faut-il aller accepter votre argumentation ?

imageOutre vos inexactitudes, c’est surtout vos amalgames qui poussent la communauté des joueurs à réagir. Car soyons sérieux deux minutes. Vouloir réclamer une « éthique » digne des conventions de Genève dans les jeux vidéo, c’est se tromper de cible. D’abord parce qu’avant de réclamer que le jeu vidéo se calque sur ce genre de conventions, il serait bon de le réclamer des Etats de droit et de démocraties qui sont censés les appliquer. Et il n’est pas nécessaire de développer à nouveau l’ingérence, les camps de torture et d’emprisonnement illégaux ou les raids sur les civils, journalistes, humanitaires et autres pour savoir de quoi l’on parle au quotidien dans l’actualité du monde, que les uniformes kaki soient syriens, américains, israéliens, chinois ou autres. Comment peut-on réclamer l’application de conventions humanitaires à un produit recopiant la réalité qui a nourri son contenu premier ?
Enfin, pour votre gouverne, World of Warcraft est un jeu prenant place dans un univers médiéval fantastique fictif. Que viennent y faire les conventions de Genève ? Les réclamer dans ce jeu, c’est comme réclamer leur application durant la Guerre de 100 Ans. Ou mieux encore, durant les batailles prenant place dans le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien, ou le Trône de Fer de George Martin.

Dans ces cas-là, ne faudrait-il pas non plus interdire, censurer, contrôler et « taxer » (ne réclamiez-vous pas dans votre premier texte une taxe sur les jeux vidéo violents ?) les autres produits culturels ? Quid u 7ème art qui décrit si souvent une certaine morale bien douteuse ? Quid des westerns où l’on s’entretue sans vergogne pour un regard de travers ? Des films d’action ? Des péplums ? Trouvez-vous que la morale des Le bon, la brute et le truand , Alien, Casino, Excalibur, et autres films de Leone, Eastwood, Gibson, Hitchock et j’en passe, est un modèle ? Ces films plein de violences, de vengeance, de loi du Talion et autres comportements ? Faudrait-il alors les taxer ? Les interdire ? Ce sont pourtant aujourd’hui autant de chefs d’œuvres reconnus par tous.

imageEt quid des livres ? Faudrait-il de la même manière censurer Baudelaire et ses pensées tour à tour misogynes et morbides ? Faudrait-il censurer Apollinaire et ses 11 000 verges dans lesquelles vous trouvez des scènes de pédophilie et nécrophilie ? Quid des Zola, Hugo et autres ouvrages qui dépeignent parfois avec violence des histoires sombres et malheureuses qui se terminent dans le sang et même par la mort d’enfants ?

Aujourd’hui, c’est la violence de notre monde, reflétée dans le jeu vidéo, voire détournée et modulée en pastiche outrancier dans les jeux d’ultra-violence, que vous déracinez de son contexte de produit contemporain faisant écho des faits et gestes de l’humanité. Parce que vous pensez que le joueur est un écervelé, et que montrer cette torture dégradante dans un Call of Duty ne le fera pas réfléchir dessus et se rendre compte d’une réalité reproduite ici, mais l’excitera dans ses instincts les plus bas.

Et ne nous sortez pas l’argument souvent utilisé par les détracteurs du jeu vidéo, à base de « mais dans les jeux, on est acteur, la portée de la violence est plus importante ». Cet argument a depuis longtemps été démonté par différentes études. Les joueurs savent faire la part des choses, comme vous saurez la faire, à lire votre capacité de recul sur la violence, lorsque vous regarderez un film comportant des scènes de violence. Ils savent qu’ils ne sont pas vraiment acteurs, tout au plus d’un film semi-interactif, et non d’une réalité liée à la leur.

Terminons par le fait que la quasi-totalité des jeux vidéo violents que vous citez sont déconseillés, voire interdits selon les pays, aux moins de 18 ou 21 ans et qu’à cet âge-là, nous sommes censés savoir faire la part des choses. C’est surtout cela, que vous oubliez, madame Gallois. Que l’industrie du jeu vidéo est aujourd’hui suffisamment mâture pour pouvoir se freiner elle-même en imposant sur chaque jaquette une norme conseil d’âge minimum d’utilisation. Et se priver, donc, en théorie, d’une partie de ses consommateurs potentiels. Des normes qui plus est bien plus sévères que celles du cinéma ou de la télévision. Quant aux livres, n’en parlons pas, il n’y en a pas.

imageVous vous trompez de combat, madame Gallois. De la même manière que vous pensiez, dans votre jeunesse, que vos parents se trompaient de combat quand ils fustigeaient le rock’n roll, cette musique amorale pleine de débauche. De la même manière que je pensais, dans ma jeunesse, que mes parents – un « mes » général, les miens n’ont jamais eu cette position – se trompaient quand ils fustigeaient le jeu de rôle papier. Votre croisade ne reflète que douloureusement plus encore l’ineptie de celle qui fut son miroir, celle des bien-pensants partis combattre il y a peu la pipe de René Magritte, la femme-objet de Jean Baptiste Mondino et Damien Saez, les adolescents fiévreux et drogués de Larry Clark…
Voudriez-vous réellement vivre dans une société aseptisée et où une certaine censure « de bon aloi » prédomine ?

Ne cédez donc pas à l’obscurantisme à votre tour, comme le firent nos – vos – ancêtres. Soyez au-dessus de cela et comprenez que si les jeux vidéo violents peuvent être néfastes pour notre jeunesse, il s’agit avant tout d’un problème d’éducation et d’autorité parentale. Un problème de société où les parents d’aujourd’hui préfèrent fermer les yeux et se détendre – s’abrutir ? – devant la télé, le soir, sans se demander ce que font leurs enfants, du moment que ces derniers sont sages et leur foutent la paix.

Le jeu vidéo n’est pas un danger en lui-même. Pas plus que le cinéma ou la littérature. L’ignorance, elle, est le premier fléau et le premier danger qui peut guetter une humanité ayant en mains toutes les cartes pour progresser intellectuellement. Avec le progrès, et par conséquent les jeux vidéo, à ses côtés.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par Freddu92 le 02/12/2012 à 10:36

 

1

avatar

Inscrit le 28/04/2009

Voir le profil

Je crois sincèrement que tu devrais demander au point de publier ça smiley 20

1905 Commentaires de news

Ecrit par Aerith le 02/12/2012 à 10:46

 

2

avatar

Inscrit le 28/04/2009

Voir le profil

Quand on écrit sur un sujet dont on ignore les tenants et aboutissants, peut-on réfléchir sur ce type de réponse?

J'en doute mais je l'espère.

1112 Commentaires de news

Ecrit par LeBen le 02/12/2012 à 10:47

 

3

avatar

Inscrit le 12/01/2010

Voir le profil

Très belle réponse, mais qui ne sera malheureusement pas lue par l'intéressée... smiley 43

468 Commentaires de news

Ecrit par Quantum le 02/12/2012 à 11:06

 

4

avatar

Inscrit le 08/05/2009

Voir le profil

Il faudrait juste expliquer à la dame que la violence nait du désespoir et de l'éducation. c'est tout.

Si les gens avaient de l'espoir, il ne perdraient pas leur temps a essayer de se faire du mal les uns les autres.

(oserais-je dire qu'avec leur monde de "rêve" les MMO apportent un peu d'espoir, même virtuels, et permettent d'éviter à la société actuelle d'imploser ?)

489 Commentaires de news

Ecrit par Yutani le 02/12/2012 à 11:12

 

5

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

ça c'est une réponse qui a des couilles smiley 20

4489 Commentaires de news

Ecrit par CyberJoJo le 02/12/2012 à 11:37

 

6

avatar

Inscrit le 26/12/2009

Voir le profil

Superbe réponse smiley 30

1579 Commentaires de news

Ecrit par pluton-x le 02/12/2012 à 11:43

 

7

avatar

Inscrit le 18/09/2009

Voir le profil

je crois que tu pourrais aussi citer Sade dans le genre hardcore ainsi que l'attrape-coeur où l'assassin de John Lennon aurait déclarer que ça l'aurait influencé pour son meurtre, comme quoi au final la lecture c'est dangereux smiley 7

565 Commentaires de news

Ecrit par Laurent B. le 02/12/2012 à 12:12

 

8

avatar

Inscrit le 21/12/2011

Voir le profil

Au début c'était plus méchant... mais on tape pas sur les vieilles, on a notre honneur quand même. On les finit dans une ruelle sombre à l'écart des caméras. smiley 23

911 Commentaires de news

Ecrit par kasasensei le 02/12/2012 à 12:17

 

9

avatar

Inscrit le 05/12/2010

Voir le profil

Magnifique article. Tout est dit.

10688 Commentaires de news

Ecrit par Walid le 02/12/2012 à 12:25

 

10

avatar

Inscrit le 03/05/2009

Voir le profil

Effectivement, je n'étais même pas au courant de la polémique. Je croyais que c'était un peu dépassé de tirer à boulets rouges sur le jeu vidéo. Apparemment il reste encore quelques personnes qui perdurent dans leur réflexion moyenne-ageuse, malgré les avancées de la pensée collective à ce sujet.

Sinon, bonne réponse la rédaction, mais j'espérais quand même livrer une tête de cheval dans le lit de la dame ou un truc dans le genre.smiley 44

1243 Commentaires de news

Ecrit par Laurent B. le 02/12/2012 à 12:47

 

11

avatar

Inscrit le 21/12/2011

Voir le profil

Chaque chose en son temps... smiley 37

911 Commentaires de news

Ecrit par CyberJoJo le 02/12/2012 à 12:58

 

12

avatar

Inscrit le 26/12/2009

Voir le profil

Ecrit par Laurent Benoit

Chaque chose en son temps... smiley 37

Et puis les bouchers ne sont pas ouvert le dimanche smiley 54

En tout cas, la rédaction a réussi à mettre en mots et phrases ce que la plupart essayait de faire comprendre de manière peu subtile et complétement ratée. J'en suis admiratif smiley 30

1579 Commentaires de news

Ecrit par Yutani le 02/12/2012 à 13:17

 

13

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Ecrit par CyberJoJo

Et puis les bouchers ne sont pas ouvert le dimanche smiley 54

En tout cas, la rédaction a réussi à mettre en mots et phrases ce que la plupart essayait de faire comprendre de manière peu subtile et complétement ratée. J'en suis admiratif smiley 30

une hache, une écurie dans ton secteur...pas besoin de boucher et c'est ouvert 24h/7j smiley 47

4489 Commentaires de news

Ecrit par Mortal le 02/12/2012 à 13:19

 

14

avatar

Inscrit le 13/09/2010

Voir le profil

j'etais pas au courant non plus.
bon enfin comme dit, en 2 lignes, si on critique les jeux videos pour la violence, c'est la meme chose voire pire pour les films, les bandes dessinées, et les livres. Tout art qui raconte une histoire finalement.

Enfin de toute facon, on peut continuer a l'ignorer sereinement, c'est pas ce genre de personne qui influe sur les choses. Ni moi d'ailleurs, a mon grand malheur.

2817 Commentaires de news

Ecrit par dieudivin le 02/12/2012 à 13:20

 

15

avatar

Inscrit le 18/03/2011

Voir le profil

billet de la rédaction
smiley 9
Et particulièrement le paragraphe concernant les conventions de Genève où vous auriez pu être encore plus acide, par exemple en dénonçant des pratiques admises comme normales lorsqu’elles sont perpétrées par les US mais considérées comme immorales ou déviantes quand opérées par d'autres pays.
Comme d'habitude: un poids, deux mesures.

4041 Commentaires de news

Ecrit par Aces le 02/12/2012 à 13:22

 

16

avatar

Inscrit le 28/04/2009

Voir le profil

Alors voilà une réponse qui va lui claquer le beignet si elle le lit.
Mais encore faut-il qu'elle le courage de le lire et l'intelligence de comprendre mais pour ce dernier point, j'en doute très fortement.

Bravo La Rédaction. smiley 20

3776 Commentaires de news

Ecrit par AlexC le 02/12/2012 à 14:04

 

17

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Claire Gallois a tort, les jeux vidéos ne conduisent pas à la violence.

Au chômage, à la limite...

3088 Commentaires de news

Ecrit par jymmyelloco le 02/12/2012 à 14:05

 

18

avatar

Inscrit le 03/05/2009

Voir le profil

Très bon article, je viens de lire son seconde article a la mère Galois, c'est affligeant. Elle se conforte dans sa bétise, pour information elle était contente d'avoir la légion d'honneur remise par Sarko dans l'entre 2 tours.

Mais dans un sens elle a raison, il faudrait arrêter la violence dans les jeux vidéo, dans les média papier ( ou sur le net) a la Tv, dans les films, dans les TV films et évidemment dans la vraie vie.

Quand elle parle de la convention de Genève Hahahahahahahaha, quand ont voit que les 5 pays membres permanent de l'ONU sont les plus gros vendeurs d'arme et les vendent toujours aux deux camps opposés !!!!!!

2843 Commentaires de news

Ecrit par Djaron le 02/12/2012 à 14:56

 

19

avatar

Inscrit le 28/04/2009

Voir le profil

belle réponse, et donc inutile et contreproductive, puisqu'à destination de gens obtus avec lesquels il est impossible de discuter et argumenter

une belle perte de temps, qui conforte les lecteurs de gamalive dans ce que nous savions deja, mais sur ce plan ca valait le coup de coucher ca de facon synthetique, aussi merci pour ca...

c'est comme discuter/avoir un droit de reponse avec un integriste de tout poil ca ne sert pas à grand chose (un ami a moi a tenté un droit de réponse argumenté, posé, clean, respectueux suite à une croisade anti jdr sur un forum catho y'a pas tres longtemps - oui les croisades anti jdr existent encore, alors que le genre/marché en lui meme est deja mort en france ou presque)

contrairement à l'époque d'Audiard, "parler à certaines personnes" ne les instruit plus, loin de là...

ils peuvent bien raler, l'industrie du jeu video compte un %age de consommateurs en france qui n'est plus du tout marginal, et à l'echelle mondiale, cette industrie brasse plus de pognon que la zic ou le cinoche, alors qu'elle a pourtant fait face depuis le debut à la contrefacon malgré tout (mais elle emboite le pas sur la lutte cretinocretine contre ses propres clients de facon aussi stupide que ses petits copains audio et video ces temps ci)

s'attaquer un peu "mais pas trop" a cette industrie c'est bien vu, ca fait fremir et orgasmer le couple de vieux préretraités reacs sans enfants, ou la menagere de 45 ans qui arrive pas à gérer son kevin (alors que ce qui le rend justement ingérable c'est les emissions de tv à la con).

Bref c'est un marché confortable pour des pseudos journaleux tribuns qui croient encore qu'on est au 20eme et qu'ils sont les seuls à avoir la parole public et donc peuvent nous vendre/imposer leur avis (eh oh les mecs reveillez vous, la populace de basse extraction peut desormais s'exprimer seule sans vous et communiquer en interne grace au net, oui le grand satan qui vomi des hores de pedonazis cryptogauchistes d'alkaida qui téléchargent du johnny en jouant à des contrefacons de jeux videos violents)

ces gens la ne meritent ni eclairage, ni discussion ni argument, qu'on les laisse daus la bouse de leur ignorance crasse et la fange de leur mediocrité obtue et arrogante dans laquelle ils se complaisent à se rouler pour se donner en spectacle

1645 Commentaires de news

Ecrit par Djaron le 02/12/2012 à 15:01

 

20

avatar

Inscrit le 28/04/2009

Voir le profil

en bref, le 14eme siecle c'est Re-maintenant (enfin une rediff en catchup), sur le point

l'inquisition et l'obscurantisme, c'est bon, mangez en !

1645 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

14854-article-lepoint-claire-gallois-jeux-video-reponse