Tout sur Black Isle et la série Baldur's Gate...

 

Publié le Vendredi 21 décembre 2012 à 10:26:00 par Laurent Benoit

 

Tout sur Black Isle et la série Baldur's Gate...

La vérité est ailleurs (enfin chez nous quoi)

image
Interplay n'est plus que l'ombre de lui-même. Empêtré dans une bataille juridique qu'il ne pouvait assumer depuis des années face à Bethesda, pour les droits sur un hypothétique MMO-RPG de Fallout, l'éditeur d'une ère passée a fini par perdre le duel.
Pourtant... une lumière perce du ciel et vient frapper les terres désolées. Black Isle a ressuscité ! Ne craignez plus rien, manants. Les hommes qui vous ont apporté Fallout, Planescape Torment puis Baldur's Gate vont à nouveau unir leurs forces pour protéger le monde et repousser les ténèbres.

Non... en fait ça c'est le trailer idéal que voulait diffuser Interplay. Ils avaient des super idées, avec Bouh qui vole dans le ciel, des danseuses, des Super Mutants en petits rats de l'opéra et tout... mais bon, l'histoire est bien plus démoralisante que ça. Vous êtes prêts ? C'est parti pour un nouveau conte maniaco-dépressif de tonton Laurent.

Back in the days
Tout commence donc cet été là, en cette année de disgrâce 2012. Nous étions en pleine été pourri, avec de la pluie tout le temps, Londres se pavanait en affichant des Jeux Olympiques gênants et ses sportifs célébrant la fête du dopage, le burger house de ma rue était fermé pour problèmes d'hygiène, et Dishonored ne sortait qu'à la rentrée. Bref, autant dire que c'était la dèche totale. Quand certains mecs d'Interplay ont agité le cadavre de Black Isle pour tenter de buzzer autour de la sortie de Baldur's Gate Enhanced Edition (que je ne vous recommande pas pour y avoir moi-même perdu mes illusions). Dans sa sublime conscience professionnelle, bravant la lenteur de l'été, Alexandre s'était fait l'écho de la nouvelle sur le site.

Black Isle... depuis la création de la division par Interplay en 1996 pour produire du jeu de rôle et éditer des jeux d'autres studios (Baldur's Gate de Bioware), de l'eau a coulé sous les ponts, et ses équipes se sont aujourd'hui éparpillées dans le monde. Du succès de Fallout en 1997 à la sortie ultime de Dark Alliance sur consoles en 2004, Black Isle aura pondu deux jeux cultes (les Fallout), deux hack & slash bien reçus (Icewind Dale) et un RPG acclamé pour son sens de la narration (Planescape Torment), tout en ayant dans la foulée édité les mythiques Baldur's Gate du studio Bioware. Un parcours sans fautes.
Mais cette période longue de presque dix ans, et celle qui suivit encore jusqu'à aujourd'hui, verront un ballet complexe se dessiner entre différents studios, différents jeux, différentes licences. Projets, problèmes et coups durs... trop souvent, on pense que Bioware, Obsidian, Black Isle et Interplay sont un tout, alors qu'il n'en est rien.

imageAu tout début il n'y avait rien. Puis dieu a créé Interplay, puis Interplay a créé Black Isle. Puis Bioware a signé chez Interplay/Bioware. Obsidian c'est un peu plus tard. Bref, entre 1995 et 2000, Interplay multiplie les victoires avec son studio Black Isle et les jeux de Bioware. Fallout est un succès critique. Baldur's Gate fait encore mieux. Entre temps, Icewind Dale marche bien et Planescape Torment, moins bien  vendu que les autres, devient culte chez les fans du catalogue de l'éditeur. Les deuxièmes volets de Baldur et Fallout achèvent de traumatiser des milliers de joueurs qui les considèrent encore aujourd'hui comme les meilleurs jeux de rôle sortis. 

A partir des années 2000, pourtant, tout va changer. Interplay entre en bourse, et se fait vite racheter par Titus Interactive. L'entrée en bourse prématurée et la volonté de Titus d'exposer les franchises cultes et emplies de personnalité au public pour en faire de lourdes machines à dollar (Interplay accumulant les pertes depuis son entrée en bourse) participeront à une dégradation des relations entre l'éditeur et Bioware, qui finira par claquer la porte avec NeverWinter Nights, son dernier projet. 

Les marches du pouvoir
Au bout du rouleau, alors que la majeure partie des employés de Black Isle sont partis en même temps que Bioware, Interplay, tourne à vide. Elle finit par céder à Infogrames ses licences de fantasy (les Royaumes Oubliés) permettant à l'éditeur lyonnais de récupérer Baldur's Gate et Icewind Dale, et de sortir NeverWinter Nights.
imageNous sommes en 2002, les Twin Towers se sont effondrées, le monde a changé, et les joueurs enterrent dans leur coeur Baldur's Gate 3, tandis qu'est sorti Fallout Tactics l'an dernier, chant du cygne de la belle époque. En 2003, c'est définitif, Black Isle ferme ses portes. Sa dernière production sera Baldur's Gate Dark Alliance, adaptation A-RPG du jeu de rôle de Bioware.

Brian Fargo, le fondateur d'Interplay, n'attend pas la dissolution de la compagnie pour décider de s'en aller en même temps qu'une majeure partie des employés, convaincus que Titus a complètement bousillé l'avenir du groupe. Pendant que Fargo part créer le studio indépendant inXile (The Bard's Tale, Heist, Hunted : The Demon Forge), une poignée d'employés de Black Isle, comprenant Chris Avellone (papa de Planescape Torment) et Feargus Urquhart (fondateur de Black Isle), ouvrent le studio indépendant Obsidian.

Deux des trois auteurs de Fallout, Leonard Boyarsky et Tim Cain, ainsi que Jason Anderson, le concepteur principal du moteur, partent de leur côté. Ils fonderont tous les trois le méconnu mais culte studio Troika Games (Arcanum et Vampire The Masquerade : Bloodlines).
Par la suite,  Timothy Cain rejoindra Obsidian pour travailler sur Project Eternity. Jason Anderson entrera quant à lui chez inXile en 2009, pour se mettre à plancher sur Wasteland 2. Quant à Leonard Boyarsky, il mettra ses talents de dessinateur au service de Blizzard pour Diablo 3.

imagePendant ce temps, après qu'Infogrames (désormais Atari) se retrouve lui-aussi à faire n'importe quoi, Bioware finira par trouver refuge chez LucasArts pour sortir un nouveau RPG pour le gros Georges (Star Wars : Knights of the Old Republic), qui devient un succès (à un tel point que les deux KoTOR sont toujours vendus dans les rayons PC neufs aujourd'hui). 
Obsidian et Bioware resteront très liés, puisque depuis dix ans, Obsidian sera mis en avant par Bioware, d'abord chez LucasArts pour produire la suite de leur KoTOR pendant qu'ils s'essayent au beat'em all avec Jade Empire. Puis chez Infogrames/Atari pour donner une suite à NeverWinter Nights après le départ de Bioware.
 
 
A gauche, Chris Avellone, à droite, Feargus Urquhart (circa 2006)
En dessous, Brian Fargo
 
 image image

image
 


Finalement, alors que Bioware est racheté à Atari par EA en 2007 juste après la sortie de leur nouveau jeu de rôle (Mass Effect), La même année, Interplay, à nouveau sans le sou, cède l'intégralité de son autre licence, Fallout, à Bethesda et Zenimax, qui s'empressent d'annoncer la sortie de Fallout 3 pour 2008. Obsidian, qui vient de sortir NeverWinter Nights 2 et son extension préparent un nouveau jeu créé de toutes pièces : Alpha Protocol, mix entre action et RPG, qui sortira en 2010, mal reçu par les critiques et les ventes mais salué pour sa narration et ses choix par un petit cercle de fans. 

imageLa suite vous la connaissez : Fallout 3 est un carton, même s'il divise les fans, Obsidian confirme sa percée et assoit sa reconnaissance grâce à son talent narratif, mis au service de sa suite Fallout New Vegas en 2010.
EA touche le jackpot avec le rachat de Bioware, la sortie de Dragon Age en 2009, considéré comme la suite spirituelle de Baldur's Gate, et la trilogie Mass Effect. 
Si les jeux sont toujours de qualité (Mass Effect demeure l'une des grandes licences du jeu de rôle de la dernière décennie), les DLC, les sirènes du marketing et l'appel du pied vers le grand public (apport du shoot à la 3e personne) ont fait grincer des dents, et certains considèrent aujourd'hui que Bioware n'est plus le studio qu'il fut durant sa gloire passée.
D'autres imputent ça aux grands méchants capitalistes (avec EA dans le rôle du grand manitou manipulateur), mais de toute façon, Bioware est mort, vive Bioware 2.0, et ses fondateurs eux-mêmes ont décidé d'arrêter le jeu vidéo. inXile connaît un parcours plus chaotique et moins célèbre, même s'ils buzzent en ce moment pour leur projet d'un Wasteland 2 (édité par... Interplay !).

Charognes et prises de risque
Retour en 2012. Après le ratage de la réédition de Baldur et la fin d'une époque désormais trouvable sur GOG et Dotemu, Interplay, maintenant dirigé par Hervé Caen (ancien PDG de Titus) essaye encore de presser le citron déjà desséché pour tirer quelques dollars de plus de la part des joueurs. Bah ouais, tout ce beau papier pour ça finalement.

Black Isle donc, ou plutôt ce qu'il en reste, "serait", selon son site réactivé cet été, sur le développement d'un RPG old school et post-apocalyptique largement inspiré de Fallout, puisqu’apparemment, le retro en grande tendance auprès des joueurs sur les sites de crowd-funding.
Surtout, cette annonce survient 6 mois après que la justice américaine ait fait comprendre à Interplay qu'ils pouvaient aller se faire voir pour récupérer leur Fallout Online, l'enjeu d'une bataille juridique entre Bethesda et Interplay depuis 2007. Actuellement, Interplay vivote en développant du jeu mobile, et a engrangé un peu de sous avec le portage "HD" de MDK2 par Overhaul (Baldur's Gate Enhanced Edition).

imageLà où ça devient culotté, c'est que le Black Isle "2.0" ouvre une campagne de financement pour se faire aider, appelant les joueurs et leur nostalgie enthousiaste. Mais que l'argent ne servira aucunement à produire le jeu, mais une démo censée convaincre la tête de direction qu'il y a du fric à se faire, donc qu'il faut non seulement engager du monde en plus mais lancer le développement du jeu. Et comme ce n'est pas sur Kickstarter mais sur le site de Black Isle. Pour le moment, donc, des dons de 5, 10 ou 20 dollars pour les pauvres jusqu'à 10 000 si vous n'avez que ça à claquer. Mais les récompenses se limitent à des badges virtuels et un accès à un forum "inédit" interdit aux pauvres. 
Une initiative qui ne garantit pas si vous serez remboursé (puisqu'à priori il n'y a pas de "plafond" à atteindre), mais il y a des mecs qui ont quand même claqué 150 dollars dans l'idée. Dans les commentaires des utilisateurs sur la page de la vidéo de présentation, ça critique quand même pas mal et pas grand monde n'a l'air convaincu par cette tentative de récupérer de l'argent facile.
« Notre but est triple : prouver à notre équipe dirigeante que vous voulez que le studio Black Isle ressuscite avec toute son histoire et sa tradition d'excellence. Continuer à engager des personnes et faire évoluer les grandes lignes du design de notre projet PV13. Mais aussi développer une démo qui prouvera la viabilité de ce concept et nous permettra de réunir des fonds supplémentaires. »
Voilà, un peu comme a démo dont le patron d'Obsidian vous parlait dans le dernier article sur South Park, une démo interne de "show". Sauf que là, on vous demande de la payer. Et comme l'avoue le commentaire à demi-mots, il n'y a plus grand monde chez Black Isle aujourd'hui, puisque depuis la cession des droits des jeux, Interplay n'a fait que perdre de l'argent en procès pour tenter de récupérer le droit de produire un jeu en ligne de Fallout.
Surtout, plus aucune des têtes n'ayant officié sur Baldur, Planescape Torment ou Fallout n'est encore dans le studio. La structure ne compte plus aucun des membres originaux du studio, mais plutôt des développeurs d'Interplay réunis sous ce nom. Restent tout de même Christopher Taylor (l'un des trois créateurs de Fallout,il a bossé sur les esquisses de Fallout Online en 2005 avant de finir sur Le Seigneur des Anneaux Online en 2007) et Mark O'Green (ayant lui aussi officié sur le Seigneur des Anneaux),
Alors du coup, ils font appel à Chris Taylor (Total Annihilation, à ne pas confondre avec Christopher) ou Chip Bumpgardner (producteur de plusieurs Tony Hawk, pourquoi pas) pour tourner une vidéo vous expliquant que c'est quand même trop cool et qu'il faut les soutenir.

Maintenant, vous êtes seuls maîtres de l'avenir de Black Isle, et vous avez toutes les cartes en main pour en décider. A vous de décider s'il faut donner une chance à cette nouvelle formation.
En attendant, Obsidian bosse sur son RPG superstar Project Eternity et le RPG South Park de feu THQ, inXile prépare Wasteland 2 et peut-être un jour un Planescape Torment 2, Bioware prépare un Dragon Age 3 pour 2014 (et sans doute encore du Mass Effect), et Baldur's Gate Enhanced Edition est truffé de bugs et se moque un peu des joueurs, donc ne l'achetez pas. Sans parler que les sous reviennent à Atari et Overhaul, qui compte en passant faire la même chose avec Baldur 2 et espère pouvoir le faire avec Planescape Torment. Oui je sais, c'est bête et méchant, et ça fait remuer la Carsomyr +2 dans la plaie, mais il faut bien qu'on essaie de parler d'autre chose que de Project Eternity et Obsidian quand on aborde le sujet de Baldur.

Ajoutons enfin que Baldur's Gate EE est sorti le 9 décembre sur iOS, mais n'est toujours pas disponible sur OSX ni sur Android à l'heure actuelle, malgré les promesses des développeurs. Le jeu en est à son troisième patch correctif et ça commence à ressembler à quelque chose, mais pour une version enhanced d'un jeu sorti il y a 13 ans (et vendu 20 euros), mieux vaut garder ses sous. Ou les claquer dans la trilogie Fallout de Black Isle, en ce moment à 10 euros sur Dotemu.
 

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par CyberJoJo le 21/12/2012 à 11:14

 

1

avatar

Inscrit le 26/12/2009

Voir le profil

Superbe article smiley 1

Merci, j'ai appris beaucoup de chose sur Bioware, Obsidian, Black Isle, etc... smiley 20

1579 Commentaires de news

Ecrit par stolx10 le 21/12/2012 à 11:14

 

2

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Punaise j'ai tout lu smiley 50

Article très sympa, bien que parfois un brin répétitif sur certains points, et un gros bordel au milieu sur qui fait quoi maintenant smiley 54
C'est très intéressant de savoir que la grosse machine capitaliste fout la pagaille là dedans.

Et c'est dommage que la qualité de ces jeux en prennent plein la tronche à cause de ça.

6708 Commentaires de news

Ecrit par Laurent B. le 21/12/2012 à 13:17

 

3

avatar

Inscrit le 21/12/2011

Voir le profil

Ouais, c'est une longue histoire, et j'ai du tailler dedans, et refaire au moins quatre fois le papier. J'espérais qu'il soit devenu assez clair.

Au début je voulais tacler l'info sur la "réapparition" de Black Isle qui fait la manche, mais comme tous ces jeux et studios sont des figures de proues aujourd'hui et que les plus jeunes ne connaissent pas leur histoire je me suis dit qu'il y avait quand même matière à raconter.

Seulement j'aurais pas du décider ça à 22 heures... ça m'a pris toute la nuit smiley 12

Je pensais le présenter en dossier, mais je n'ai plus eu le courage de refaire une présentation.

J'ai légèrement édité le texte concernant la mise en page et quelques erreurs de ma part (Alpha Protocol est sorti en 2010 et non en 2007).

911 Commentaires de news

Ecrit par Ben999 le 21/12/2012 à 14:35

 

4

avatar

Inscrit le 28/04/2009

Voir le profil

smiley 33 Bel article, ça m'a ramené à cette époque bénie.
smiley 20

352 Commentaires de news

Ecrit par WooK le 21/12/2012 à 19:06

 

5

avatar

Inscrit le 25/07/2010

Voir le profil

Carsomyr est une épée sainte +5 (voire +6, aussi hérétique que ce soit) mais pas +2.

Quoi OSF smiley 24 ?

Article de fond et sympa en tous cas!

5 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

15072-black-isle-interplay-obsidian-bioware