Le cloud-computing français n’intéresse personne

 

Publié le Jeudi 10 janvier 2013 à 13:00:00 par Laurent Benoit

 

Le cloud-computing français n’intéresse personne

Cocoricloud

imageCloudwatt et Numergy sont des co-entreprises françaises conçues pour proposer de l’espace dédié aux entreprises et particuliers sur serveurs pour une ouverture du clud-gaming « français ». Soutenues par l’Etat, ces entreprises lancées en septembre 2012 pensent avoir trouvé comment s'imposer dans le paysage informatique : elles comptent sur leurs compatriotes pour les soutenir.

Un argument assez bancal, vous en conviendrez à peu près tous. C’est d'ailleurs la même conclusion du cabinet d’études de Kurt Salmon, qui ne voit pas comment français ni mêmes francophones européens pourraient se laisser séduire sur la seule promesse qu’ils soutiennent l’économie de l’hexagone et sa souveraineté.

Pour atteindre leurs objectifs, dont un chiffre d’affaires d’environ 500 millions d’euros en 2017, Cloudwatt, entreprise commune d’Orange, Thales et la Caisse des Dépôts, et Numergy, dont SFR, Bull et la CDC sont propriétaires, devront mettre en avant d’autres arguments : bien que la localisation des données et la nationalité du prestataire soient des critères « pertinents pour certains besoins », notamment ceux des administrations et institutions dédiées à la sécurité nationale, ils ne sauraient à eux seuls répondre aux problématiques complexes des entreprises.

Pour tenter de racoler, Cloudwatt et Numergy agîtent le spectre du Patriot Act américain, autorisant les cowboys de l’univers à toute ingérence légale dans le contenu numérique d’une entreprise, sous prétexte d’une chasse au terrorisme interne et au nom de la guerre contre l’Axe du Mal. Et ça vaut pour les serveurs d’entreprises imagericaines basées à l’étranger ou d’entreprises étrangères installées sur le sol américain.
Mais montrer du doigt le voisin ne suffira pas à rendre l’entreprise française crédible : le cabinet s’explique via la voix de l’un de ses consultants spécialisés en DSI, Fabrice Barros :
« Sur le papier, les risques semblent importants. En pratique, les États-Unis restent un état de droit et compte tenu des enjeux, des acteurs comme Amazon n’ont certainement pas envie de risquer leur crédibilité en diffusant à tout va les données de leurs clients. »
En attendant, le Conseil régional de Bretagne lui-même, qui recherchait des espaces de cloud, s’est finalement porté sur les services online… d’Amazon. Pas étonnant, vu qu’en face de Cloudwatt et Numergy, on trouve parmi les leaders du marché, outre le géant de la vente en livraison, IBM ou Google par exemple.
Le cabinet conclut qu’il faudra jouer sur la qualité et la quantité de services disponibles, leur fiabilité et leur pérennité dans le temps, et la flexibilité de réponse à l’évolution du marché de leur modèle.
Qu’ils ne cherchent pas à attirer le consommateur via une différence de prix : « à ce jeu-là, difficile de concurrencer des entreprises internationales profitant de leurs infrastructures existantes, souvent dans des pays où les coûts de main-d’œuvre sont bas », conclut Barros.

Il va donc falloir trouver autre chose pour convaincre et attirer. Marquer "Made in Taïwan" en gros sur ses serveurs ?

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par TdbSpidey le 10/01/2013 à 15:24

 

1

avatar

Inscrit le 28/04/2009

Voir le profil

Qu’ils ne cherchent pas à attirer le consommateur via une différence de prix : « à ce jeu-là, difficile de concurrencer des entreprises internationales profitant de leurs infrastructures existantes, souvent dans des pays où les coûts de main-d’œuvre sont bas », conclut Barros.



Conclusion : aucune chance de gagner. L'argent est le nerf de la guerre, surtout en ces temps de "crise" smiley 54

2778 Commentaires de news

Ecrit par Loog le 10/01/2013 à 16:52

 

2

avatar

Inscrit le 05/05/2009

Voir le profil

En même temps, se positionner sur ce marché aussi tard n'allait pas permettre d'en devenir acteur aussi facilement.

Sans compter que les 2 structures font un peu tâche dans le décors smiley 18

1133 Commentaires de news

Ecrit par Malaria le 10/01/2013 à 19:58

 

3

avatar

Inscrit le 01/05/2009

Voir le profil

C'est normal que ça ne marche pas et que ça ne marchera jamais. Le gouvernement précédent à juste fait un chèque à ces entreprises sans rien exiger en retour (des résultats par exemple).

Et quand on pense que des boites comme OVH (français, premier hébergeur européen) n'ont même pas été consultées alors qu'ils font du cloud depuis des années...

291 Commentaires de news

Ecrit par Tyr le 11/01/2013 à 00:33

 

4

avatar

Inscrit le 19/04/2012

Voir le profil

Ecrit par Malaria


Et quand on pense que des boites comme OVH (français, premier hébergeur européen) n'ont même pas été consultées alors qu'ils font du cloud depuis des années...

Et OVH va faire encore plus fort puisqu'il propose bientôt un VPN géolocalisé pour 5€ par mois.

862 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

15231-cloud-computing-amazon-france-google