Rencontre NRA / industrie du jeu vidéo : le bide de Biden

 

Publié le Lundi 14 janvier 2013 à 10:58:00 par Laurent Benoit

 

Rencontre NRA / industrie du jeu vidéo : le bide de Biden

A dada sur mon Biden...

imageVendredi, le Vice-président américain Joe Biden a rencontré les représentants du jeu vidéo et de la NRA (mais aussi du cinema) pour discuter du massacre de Sandy Hook Elementary School, survenu dans la ville de Newtown, dans le Connecticut. 

Pour éviter les empoignades, les rendez-vous se sont fait à part. Concernant le jeu vidéo, étaient présents le Procureur général Eric Holder, le président de l’ESA Michael Gallagher, le CEO d’Electronic Arts, John Riccitiello, le CEO de Zenimax Media (propriétaire de Bethesda) Robert Altman, l’ex-président d’Epic Games, Mike Capps, Pat Vance, gérant de l’ESRB (équivalent PEGI américain) et la Secrétaire de la Santé et des Services Humains, Kathleen Sebelius.

Un détail étrange, Pat Vance avait amené une copie de Blastman 3. En vérité il s’agit d’un faux jeu, amené pour illustrer comment les informations de classification étaient affichées sur les emballages de jeu vidéo.
Au final, Biden a surtout invité la presse pour parler de ses résolutions sur le contrôle des armes, et le débat a presque esquivé le sujet du jeu vidéo.

Certains ne comprenant pas bien leur présence, ont demandé à Biden de s’expliquer : pourquoi des acteurs de l’industrie du jeu vidéo étaient convoqués en sus de la NRA et des experts en santé mentale ?
« Nous sommes anxieux de voir s’il y a quelque chose que vous pouvez nous suggérer qui pourrait aider à diminuer la possibilité de… qui pourrait sauver ne serait-ce que la vie d’un seul enfant. Il n’y a aucune mesure dont je sois conscient qui puisse déterminer si oui ou non il y a un lien de coercition dans notre culture entre médias et violence, dans une voie qui ne serait pas saine. Je ne connais pas la réponse à cette question et je ne suis pas sur quel impact cela aurait-il ou non sur le genre d’évènements que nous étudions. »

imageBref, même la presse a reconnu à demi-mots que Biden les avaient surtout invité pour faire parler de sa commission d’enquête en bien, alors même que le jeu vidéo n’a quasiment pas été abordé durant cette entrevue. Un constat que semble s’accorder beaucoup de joueurs sur les sites spécialisés anglophones qui ont suivi l’affaire.
La science de déterminer si les jeux vidéo peuvent catalyser et / ou déclencher une agression est débattue, et jusqu’à aujourd’hui, aucune véritable et sérieuse enquête scientifique n’a pu connecter jeu vidéo et violence. Que les jeux fusionnent ou non avec la culture de notre monde réel contemporain, la plupart des joueurs, selon les sondages, s’accordent à douter que les jeux puissent engendrer des conséquences aussi violentes, un point que Biden a partagé auprès de l’argumentation des acteurs présents.
« Nous ne savons même pas si certaines choses auxquelles pensent les gens impactent ou non sur cet impact actuel sur ceci ou non, et nous voulons que vous sachiez tous que vous n’avez pas été convoqués seuls, mais que nous avons demandé à beaucoup de gens. »
Une sortie amère de cette réunion pour la plupart des intervenants, qui pensent qu’ils étaient là pour faire briller Biden auprès de la presse et pour le protocole, mais qui s’estiment finalement peu écoutés.

Le vice-président américain n’a d’ailleurs pas perdu de temps. Moins d'un mois après avoir été chargé par Barack Obama de diriger une commission sur la violence par arme à feu, il a déjà terminé ses travaux. Joe Biden, connaît bien le sujet : il a été l'un des auteurs, en 1994 (année où les meurtres par armes à feu atteignaient des sommets), de l'interdiction des fusils d'assaut que le Congrès a laissé expirer en 2004 et que les partisans du gun control veulent réinstaurer au grand dam de la NRA.

imageLes conclusions seront remises à Barack Obama le 15 janvier. Jeudi dernier, Joe Biden s’était entretenu avec les familles des victimes et les représentants de la NRA, mais aussi du cinéma, des lobbys des chaînes câblées, des médecins, et même des responsables de Wall-Mart, qui est le premier distributeur au détail d’armes à feu. 

L’administration Obama assure vouloir non seulement réfléchir à la facilité d’accès aux armes, mais aussi au manque de prises en charge psychiatrique des tueurs potentiels qui habiteraient les Etats-Unis, et aux conséquences possibles d’une banalisation de la violence à travers les médias.
La National Rifle Association a répondu par un communiqué à cette réunion, présentant leur version aux médias. L'organisation a accusé la commission Biden de se préoccuper moins de la sécurité des écoliers que d’un moyen, sans doute électoraliste, « d'attaquer le 2e amendement », le paragraphe de la Constitution qui garantit le droit individuel au port d'armes. « Nous ne laisserons pas les propriétaires d'armes qui respectent la loi payer pour les actes de criminels et de fous » clame le site de l’association.

Toutes les organisations de gauche sont mobilisées, pour obtenir la nouvelle interdiction des fusils d'assaut. Leurs homologues de droite affirment que la loi de 1994 n'a pas empêché les tueries, la preuve étant la fusillade du lycée de Columbine, en 1999.

Alors que les républicains ont prévenu le Président Obama que les débats sur les armes ne passeraient pas avant les réductions budgétaires et le plafond de la dette, tandis que l’administration Obama rappelle que la mesure votée en 1994 a fait perdre aux démocrates les élections de mi-mandat.
Biden, bien décidé à l’appliquer, a quant à lui suggéré un vote par décret sans demander l’opinion du Congrès, afin de réaliser également un fichier central fichant les acheteurs d’armes, et limiter les tailles des chargeurs des armes semi-automatiques. Ce que la NRA accuse de volonté de « confisquer les armes des citoyens ».

imageLe puissant lobby de la NRA demeure minoritaire aux Etats-Unis en termes de membres, mais veut s’approprier la voix de tous les possesseurs d’armes à feu. En face des 4 millions d’inscrits, la population américaine représente près de 312 millions de personnes.
Les propriétaires d’armes sont plusieurs dizaines de millions à travers les Etats, puisque 310 millions d’armes circulent, soit une moyenne dépassant une arme par personne (en théorie pure). La Floride par exemple, comprend déjà plus d’un million de licences rien qu’entre ses frontières, pour 20 millions de résidents. La NRA pourrait toujours rappeler que les possesseurs d’armes ne représentent « que » 5 % de la population de l’Etat qui est aujourd’hui le plus armé de la fédération.
Quelques 300 sociétés de fabricants d'armes et de munitions aux Etats-Unis se partagent le marché, qui génère chaque année sept milliards de dollars de chiffre d'affaires.

Les associations anti-armes espèrent d’ici la fin du mois une nouvelle interdiction des fusils d’assaut et des armes automatiques sur le territoire. La NRA répond que cela n’empêche pas les tueries, en citant en exemple le tristement célèbre lycée de Columbine, survenue à Littleton, dans le Colorado, en 1999.
Par ailleurs, un nouvel adolescent a ouvert le feu sur un autre pendant ces réunions, dans un lycée californien, s’estimant victime de harcèlement.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par 10r le 14/01/2013 à 11:13

 

1

avatar

Inscrit le 18/03/2010

Voir le profil

Pour une fois il n'y a pas que le gouvernement francais qui sera ridicule.

4329 Commentaires de news

Ecrit par Pcymog le 14/01/2013 à 11:35

 

2

avatar

Inscrit le 16/04/2012

Voir le profil

Mouai, ils s'acharnent à vouloir trouver un responsable parmis la banalisation de la violence dans le cinéma,les jeux vidéos ou les armes a feux etc... Mais ne s'interroge jamais de l'influence des médias télévisés, de la manière dont ils présentent les choses, de ce soi-disant reflet de la société qui est sensé transparaitre dans ce que les journaleux nous rapportent et qui en fait pousse tous ces gens à s'enfermer dans leur enclos une armes au point tel des moutons apeurés par le loup que pourrait etre leur voisin.

114 Commentaires de news

Ecrit par Mikis le 14/01/2013 à 11:48

 

3

avatar

Inscrit le 21/12/2011

Voir le profil

Ils auraient pu au moins accoucher d'une mesure du genre : mettre sur les emballages de fusils et de munitions : "Tirer sur un enfant à balles réelles le tue" et sur les boites de jeu vidéo : "Le pvp irl au fusil d'assaut tue pour de vrai (et ça, c'est pas cool)".

Vous avez compris, ne m'invitez jamais dans une rencontre NRA/Jeu vidéo smiley 49

1131 Commentaires de news

Ecrit par Djaron le 14/01/2013 à 12:01

 

4

avatar

Inscrit le 28/04/2009

Voir le profil

en meme temps j'ai beau etre un joueur de jeux videos calmau naturel, j'avoue qu'etre dans la meme piece qu'un officiel (dirigeant) de EA aurait tendance à générer des pulsions violentes chez moi a

1645 Commentaires de news

Ecrit par kasasensei le 15/01/2013 à 07:42

 

5

avatar

Inscrit le 05/12/2010

Voir le profil

10688 Commentaires de news

Ecrit par dieudivin le 15/01/2013 à 08:33

 

6

avatar

Inscrit le 18/03/2011

Voir le profil

Ecrit par kasasensei

Les jeux vidéos, c'est le mal, sauf quand nous on les fait©NRA
Je ne sais pas sil il faut en smiley 13 ou en smiley 19

4040 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

15271-joe-biden-nra-debat-violence-jeu-video