L'Edito du Dimanche

 

Publié le Dimanche 23 juin 2013 à 12:30:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du Dimanche

Tranche de vie

imageJ’ai rencontré Stéphanie en 4ème, au collège Maryse-Bastié de Vélizy Villacoublay. Et nous avons passé deux années dans la même classe, avant que nos chemins se séparent vers des Lycées différents. Reste qu’à bien y réfléchir, ces deux années ont été parmi les plus belles de mon existence étudiante. Voire les plus belles tout court. Nous avions 13 et 14 ans. Un âge où l’on commence à découvrir la vie, les copines, et où les potes veulent vraiment dire quelque chose.
Nous étions en plus une bande d’amis avec une formidable entente. Moi je trainais avec Alex Rubin, Pierre-Olivier Slaës (que tout le monde appelait Pilou), Olivier Artopeus, Christophe Têtard, Maxime Letribot, Victor Leroy et mon pote depuis la primaire, Cyril Chevalier. Et puis il y avait Stéphanie, avec son inséparable copine Sabine.
Mais globalement, nous nous entendions tous. Toute la classe. Nous avions également la chance d’avoir des profs cools. D’autant plus cools qu’un voyage en Espagne, à la fin de l’année de 4ème, permettra de resserrer les liens entre les élèves qu’avec les profs.
Je garde des souvenirs assez émus de cette période, j’avoue. Nous régnions en maître sur la cour de récré, découvrant au gré des mois les amours naissantes et contrariées, dont la question primordiale restait, il faut bien l’avouer : « dans quel sens on tourne la langue ? ».

Je ne peux pas dire que nous étions proches, avec Stéphanie. Nous l’étions, je veux dire. Mais autant qu’avec les autres membres de ce petit groupe. C’était une grande blonde, sexy et bien foutue, dont tous les garçons de la classe sont tombés amoureux à un moment ou un autre, moi y compris. Et non, pour répondre à la question que vous vous posez, nous ne sommes jamais « sortis ensemble ». Sans doute n’étais-je pas, à cette époque, cet homme séduisant et bien bâti que je suis aujourd’hui (oui, certes, mais si je ne m’envoie pas des fleurs, qui le fera ? Si je dois compter sur ma femme pour ça, ma cirrhose m’emportera bien avant, tiens…). N’empêche qu’elle est sortie plus tard (elle me l’a avoué récemment) avec mon pote Oliver Artopeus. Salope, va.

Enfin bref. Nous étions une bande de potes comme il en existe partout. Et qui se délita après avoir passé deux formidables années (si certains sont encore en vie et qu’ils tombent par hasard sur cet édito, qu’ils me donnent des nouvelles, ça me ferait plaisir).

imageNos chemins se sont croisés quelques années plus tard. A 18 ans, il y eut l’Irak puis ce fut le tour de la Yougoslavie. L’armée, certes en qualité de journaliste, mais l’armée quand même. Et vous avez beau être journaliste de presse pour l’armée, vous vous retrouvez quand même en première ligne avec un FAMAS entre les mains. De retour, j’ai cherché à noyer les horreurs que j’avais vues, ou faites. Alors que John Rambo avait préféré une vie d’ermite, moi j’ai opté pour une vie de débauche. Près d’un an à m’abandonner à quasiment tous les vices (pas de drogue, jamais).

Et c’est à la fin de cette sombre période de ma vie que j’ai rencontré à nouveau Stéphanie. Pour payer ses études, elle travaillait certains soirs comme strip-teaseuse dans une célèbre boîte parisienne. C’est assez troublant de se rendre compte que vous connaissez la sublime créature qui se déhanche sur le pilier au milieu de la scène et adopte des poses lascives, puis vient vous proposer une lap-dance.
Dotée d’un fort caractère – il faut au moins ça pour supporter ce boulot – elle a rigolé de la situation et n’a pas cherché à fuir notre rencontre. Notez bien que, comme si Stéphanie était l’aventure ratée de mon histoire amoureuse, nous n’avons jamais rien fait là non plus. Pas de danse particulière, pas de show privé. Rien.
Nous nous sommes ensuite revus plusieurs fois, principalement en dehors de ce club. Nous sortions dîner, parlant du passé, du présent et assez peu du futur, finalement.
Et c’est elle qui m’a présenté, un soir, une de ses collègues, qui est devenue ma femme par la suite.

Là encore, nos chemins se sont séparés. J’ai repris une activité professionnelle et ai intégré une rédaction de magazine de jeux vidéo. Elle a poursuit ses études. Je me suis marié. Elle aussi. Elle a eu des enfants. Moi aussi.

Des années plus tard, nos chemins se sont une nouvelle fois recroisés, lors du gala de danse de nos filles. Même professeur, deux villes voisines, même gala de fin d’année.
C’est assez bizarrement que nous nous sommes rendus compte que nous habitions à 5 min l’un de l’autre. Assez timidement au départ, nous nous sommes revus en couple. Avant de nous rendre compte que nous nous entendions tous quatre, elle et son mari, ma femme et moi, comme larrons en foire. Depuis, nous ne nous sommes plus quittés. Nous nous voyons régulièrement. Dîner, voire même vacances ensemble… ce sont devenus des amis très chers.
Nous parlons régulièrement du passé, de nos chères vieilles années, et goûtons au plaisir du présent, qui feront à leur tour de chères vieilles années plus tard.

imageEnfin, sachez qu’elle a intégré il y a quelques mois l’équipe de GamAlive, en extra, où elle gère les concours et les partenariats.

Voilà. Je vous avais dit qu’un jour, je vous parlerais de Stéphanie. Que je vous raconterais notre histoire. Rien de bien exceptionnel. Juste une tranche de vie. Comme il en existe des centaines. Une histoire aussi faite d’amitié et de respect, deux mots qui malheureusement, aujourd’hui, n’ont plus ce sens sacré qu’ils avaient autrefois.

Sur ce, je vous laisse. Mon voisin m’a proposé de m’emmener à la chasse cet après-midi. J’ai forcément accepté : l’idée même de revenir avec une biche sur le dos et la jeter sur la table, devant mes filles, en leur lançant un « vous voyez, la maman de Bambi, c’est papa qui l’a butée », c’est un de ces petits plaisirs de la vie qu’on ne peut pas refuser.


 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par t-la le 23/06/2013 à 12:47

 

1

avatar

Inscrit le 28/04/2009

Voir le profil

Tu t'es fait la filmographie de Wong Kar Wai récemment ?

1418 Commentaires de news

Ecrit par ganjatealq le 23/06/2013 à 12:59

 

2

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Donc ta femme était strip-teaseuse aussi Cédric ?

181 Commentaires de news

Ecrit par pluton-x le 23/06/2013 à 13:01

 

3

avatar

Inscrit le 18/09/2009

Voir le profil

l’idée même de revenir avec une biche sur le dos et la jeter sur la table, devant mes filles, en leur lançant un « vous voyez, la maman de Bambi, c’est papa qui l’a butée », c’est un de ces petits plaisirs de la vie qu’on ne peut pas refuser.
Tu mérite le titre de père de l'année smiley 7

565 Commentaires de news

Ecrit par èFBéBéèF le 23/06/2013 à 13:08

 

4

avatar

Inscrit le 22/01/2013

Voir le profil

l’idée même de revenir avec une biche sur le dos et la jeter sur la table, devant mes filles, en leur lançant un « vous voyez, la maman de Bambi, c’est papa qui l’a butée », c’est un de ces petits plaisirs de la vie qu’on ne peut pas refuser.

smiley 25

188 Commentaires de news

Ecrit par Abaker le 23/06/2013 à 13:25

 

5

avatar

Inscrit le 05/11/2009

Voir le profil

l’idée même de revenir avec une biche sur le dos et la jeter sur la table, devant mes filles, en leur lançant un « vous voyez, la maman de Bambi, c’est papa qui l’a butée », c’est un de ces petits plaisirs de la vie qu’on ne peut pas refuser.

smiley 25

Et donc bonjour stéphanie.

1302 Commentaires de news

Ecrit par dieudivin le 23/06/2013 à 14:03

 

6

avatar

Inscrit le 18/03/2011

Voir le profil

J'ai bien aimé cet édito qui avait comme un petit cours d'histoire.
C'est quand même assez marrant la vie et les rencontres - pertes de vue et re-rencontres (parfois).
Sur ceux, je part me soûler, cet exercice vient de me filer un coup de vieux et ça m'a fait très mal à l'égo smiley 35

4040 Commentaires de news

Ecrit par 10r le 23/06/2013 à 14:08

 

7

avatar

Inscrit le 18/03/2010

Voir le profil

La fin... je dois vraiment avoir l'air con a me marrer tout seul..
smiley 26

4326 Commentaires de news

Ecrit par yaknnc le 23/06/2013 à 16:27

 

8

avatar

Inscrit le 02/06/2013

Voir le profil

Nous avions également la chance d’avoir des profs cools
Avec un pantalon comme ca, les mains dans les poches, une posture de gardienne de prison ... heureusement que l apparence est trompeuse !
Sinon ou se trouve Stephanie sur la photo ? A cote d une barre !! smiley 15

546 Commentaires de news

Ecrit par stolx10 le 23/06/2013 à 17:18

 

9

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

un petit côté Forrest Gump bien sympathique dans cet édito smiley 54 (sauf que ta femme, au final, c'est pas l'amie d'enfance smiley 13 )

6708 Commentaires de news

Ecrit par coolkat le 23/06/2013 à 17:46

 

10

avatar

Inscrit le 31/03/2013

Voir le profil

Moi je trainais avec Alex Rubin, Pierre-Olivier Slaës (que tout le monde appelait Pilou), Olivier Artopeus, Christophe Têtard, Maxime Letribot, Victor Leroy et mon pote depuis la primaire, Cyril Chevalier. Et puis il y avait Stéphanie, avec son inséparable copine Sabine.

Et où c'est qui sont les étrangers..?? tu nous aurai menti ? smiley 32

160 Commentaires de news

Ecrit par mrours le 24/06/2013 à 00:18

 

11

avatar

Inscrit le 18/07/2009

Voir le profil

y a pas à dire on a tous de vraies gueules sur les photos de classe de college. J'ai l'impression de voir les miennes

Bel édito au passage. C'est beau la vie...

53 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

Derniers Commentaires

17124-histoire-personnelle-stephanie-bambi-nostalgie