(Gamescom) Titanfall - La preview

 

Publié le Vendredi 23 août 2013 à 12:30:00 par Alexandre Combralier

 

(Gamescom) Titanfall - La preview

Call of Duty a du souci à se faire

En obtenant l’exclusivité de Titanfall pour la 360, la Xbox One et le PC, Microsoft a comme qui dirait frappé un grand coup. Car autant l’avouer tout de suite, notre prise en mains de la bête en multijoueur nous aura laissé une grosse envie de rejouer au soft de Respawn Entertainment. Dynamique à souhait, exigeant, virevoltant, détonnant, Titanfall s’annonce comme un des must-have de ces prochains mois, et pas seulement pour les habitués du FPS.

Le gameplay du jeu tranche avec les jouabilités souvent statiques voire molles du genou des autres FPS de base. Ici le joueur incarne un pilote du futur, capable de faire des bonds de géant grâce à ses doubles sauts, et de courir sur les murs comme dans un Mirror’s Edge. Titanfall pourrait être qualifié de plateformer-FPS, tant la dimension parkour donne un nouveau tour aux affrontements, stratégique autant que dynamique. Dans les faits, tout va à cent à l’heure, ça court, ça saute, ça tire et ça explose de partout dans des matchs au rythme effréné, grâce à des maps adaptées pour être parcourues à toute berzingue. Aucun temps mort. Reconnaissons qu’en ce sens que la relative petitesse des maps aide aussi.

Mais Titanfall ne sacrifie pas sa profondeur sur l’autel de la vitesse. Bien au contraire. Titanfall, c’est deux gameplays en un, selon que soyez un piéton misérable ou un puissant Titan (votre Titan se reconstruit en quelques minutes une fois détruit par ceux d’en face). A pied, il faut utiliser toutes les ressources de votre personnage pour survivre face aux titans et tuer les autres adversaires ; en mode Titan, le joueur se sent surpuissant, mais attire forcément l’attention des yeux ennemis.

Pour plus d’aspect stratégique, trois classes de pilotes et trois classes de Titans sont disponibles pour le joueur, libre de choisir la combinaison qui lui plaît le plus. Pour les pilotes, on retrouve la classe Assaut, traditionnelle et polyvalente ; le CQB, un spécialiste du pompe et de la courte portée ; et le Tactical, qui avec un simple pistolet, mais un pistolet intelligent qui auto-locke les cibles et qui peut les atteindre même dans des angles impossibles, doit jouer avec plus de finesse (la classe la plus intéressante à nos yeux). Concernant les Titans, on retrouve la classe classique et polyvalente, le Heavy Titan plus résistant, et le Titan « High Explosive » qui dispose d’un lance-roquettes comme arme principale, pour plus de douceur et de tendresse.

En dépit d’une version pré-alpha, tournant certes sur PC, ce mode multi de Titanfall nous a plutôt charmé la rétine. Sans dépoter sa maman comme saura le faire sûrement le mode solo, le versant multi n’a pas à souffrir la comparaison avec, au hasard, celui d’un Battlefield 4. De toute façon, vous n’aurez guère le temps d’apprécier la finesse des textures. Quant à l’absence de décors destructibles, elle se justifie aisément par l’aspect grimpette du soft.

Pour rajouter à son dynamisme, Titanfall se paie même le luxe d’innover quelque peu dans le déroulement des matchs multijoueurs. A la fin de chaque partie, l’équipe défaite ne l’est pas encore tout à fait et peut, pour sauver l’honneur, rejoindre un point d’évacuation sur la carte pour un bouquet final explosif. Autre innovation, le Campaign Mode mêle à la fois des éléments d’un jeu solo (des personnages, quelques bots) et d’un jeu multi (les joueurs adverses).

On pourrait définir Titanfall comme le grand FPS multi arcade d’EA, tandis que Battlefield 4 serait plus proche de la simulation. Electronic Arts nous propose ainsi un FPS qui assume son côté défoulant, et qui le fait excellemment. Titanfal a déjà remporté de nombreuses récompenses auprès de la presse mondiale, et on ajouterait volontiers les nôtres. Respawn semble avoir trouvé la parfaite alchimie pour faire fonctionner sa machine. Titanfall a toutes les chances de remporter un large succès à sa sortie… mais ce ne sera pas avant le printemps 2014. La rançon du succès, c’est l’impatience.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par kasasensei le 23/08/2013 à 17:18

 

1

avatar

Inscrit le 05/12/2010

Voir le profil

Ça a l'air sympa.

10688 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

17676-titanfall-preview-gamescom-electronic-arts