L'Edito du Dimanche

 

Publié le Dimanche 15 décembre 2013 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du Dimanche

Un coup dans le nez

imageS’il y a une chose et une seule que je devrais retenir de Noël, ce ne sont ni les cadeaux, ni les agapes, ni l’alcool qui coule à flots, ni la tronche de mon compte en banque après tout ça. Non. La chose qui me marque le plus durant les fêtes de fin d’année, c’est l’odeur du sapin.

D’aussi loin que je me souvienne, mes souvenirs sont liés à cette odeur qui, du coup, est devenue synonyme de bien-être et de bonheur.
Même à l’époque de mes galères estudiantines. Toute l’année, me lever tôt alors que toute la maisonnée dormait encore, juste pour aller suivre des cours inintéressants prodigués par des abrutis encore plus incultes que la majorité des élèves, était à la limite du supportable. Mais bizarrement, je prenais plaisir à me lever dès que le sapin apparaissait dans le salon. J’ouvrais la porte et là, j’étais saisi par la douceur de cette odeur envoûtante.

J’adore vraiment l’odeur du sapin.

Certains y verront une relation assez normale entre mon caractère et l’idée même que « ça sent le sapin ».
Permettez que je n’y voie qu’un retour annuel en enfance.

imageJ’ai de toute manière une relation assez particulière avec mon nez. Et je ne parle pas de la relation que nous avons tous, à savoir en sortir parfois à grands renforts de triturage des trucs bizarres que la nature réprouverait.
Non. J’ai une certaine symbiose avec mon appendice nasal. Une relation étroite et profonde. Il me guide dans mes choix et mes décisions. Dans mes goûts et dégoûts. Dans mes amours et mes désamours. Et sa sensibilité extrême est souvent mise à l’épreuve.
Le sens olfactif est à ce point important pour moi que je renifle à tout va. Tout. Chaque aliment. Chaque plat. Chaque boite ouverte. Chaque livre. Chaque ambiance. Chaque chose. Chaque personne. Quand vous me rencontrez, je vous bois à pleines narines.
Certains diront que j’ai raté ma vocation. Que j’aurais pu faire « nez » comme métier. Sans doute. Mais j’avoue que le dégoût et la nausée qui me prend dans les boutiques de parfums ne m’a jamais donné envie de développer et me servir de mon talent, si jamais once de talent il y a. Et créer des senteurs pour des vieilles rombières tentant de cacher leur pourrissement en s’aspergeant abondamment du contenu de flacons bon marché ne m’intéresse que moyennement, j’avoue. Je déteste ces odeurs de parfums agressifs qu’elles laissent derrière elles, dans la rue, dans une boutique, dans un ascenseur, dans le métro…
Parce qu’on ne se refait pas, et qu’être un incorrigible connard est un métier à plein temps, je n’hésite jamais, d’ailleurs, à leur faire remarquer tout haut qu’elles devraient y aller mollo sur le flacon : Qu’elles sachent au moins qu’abuser du parfum pour masquer un certain manque d’hygiène est une erreur puisque l’odeur de la rillette est mille fois plus agréable que celui d’un millier de fleurs de jasmin de synthèse qu’on prend en peine gueule.

imageDe toute manière, j’ai le parfum mauvais. De nombreuses personnes en utilisent qui ne leur vont pas. Et ne le dosent pas correctement.
Heureusement, j’ai la chance d’avoir une épouse qui sait parfaitement en mettre. Jamais trop ni trop peu.
Bon. Elle en a un que je n’aime pas. Ce que je ne manque pas de lui faire remarquer à chaque fois. Parfaitement. Puisque je vous dis que c’est un métier à plein temps.

A côté de ça, si vous me voyez sourire parfois dans la rue, ou encore lever la tête en fermant les yeux, il se peut que ce soit une odeur qui m’ait replongé dans mes souvenirs. Il n’y a pas si longtemps, j’ai eu même les larmes aux yeux en reniflant un effluve passager en pleine rue, du même parfum que ma grand-mère.

Et puis, qui ne ralentit pas soudainement le pas devant une boulangerie, au petit matin, tandis que bizarrement, rester à renifler l’air devant un Mc Donald ou un Quick ne viendrait à l’idée de personne ?

Mais finalement, la plus merveilleuse odeur, la plus douce et enivrante, n’est-elle pas celle de la peau nue ? Celle que vous embrassez alors que votre partenaire gémit sous vos caresses ?

imagePersonnellement, j’ai déjà quitté une femme parce que son « odeur » ne me convenait pas. Ne me plaisait pas. Et ce même si elle était charmante, adorable et d’un caractère tout à fait affable. Je vous dis, c’est un métier à plein temps. Mais je suis comme ça. Je me mène par le bout du nez.

J’ai épousé une belle odeur, donc. Et si un jour je m’attarde sur vos joues ou vos lèvres, mesdames, si mes baisers sont un peu plus appuyés que la normale, dites-vous simplement que vous sentez formidablement bon.
C’est Stéphanie (vous ai-je déjà parlé de son parfum ?) qui me le faisait remarquer il y a peu. J’aurais pu lui répondre que ma truffe lui était dédiée et que je voulais être son chien qu’elle pourrait cravacher autant qu’elle le voudrait. Je lui ai simplement répondu que j’aime l’odeur de son corps. De tout son corps.
Oui… là aussi…

Et c’est sur cet édito plein de senteurs que je vous laisse aller embrasser vos proches. Peut-être de manière un peu plus appuyée que la normale. Et s’ils vous demandent pourquoi, répondez-leur que vous les avez dans le nez.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par Hematolyso le 15/12/2013 à 12:38

 

1

avatar

Inscrit le 09/11/2013

Voir le profil

Un bien Bel édito, plein de bon sens smiley 20

Bien que la période soit un peu délicate pour nos naseaux bouchés !

8 Commentaires de news

Ecrit par AlexC le 15/12/2013 à 12:46

 

2

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

3088 Commentaires de news

Ecrit par scudik le 15/12/2013 à 13:14

 

3

avatar

Inscrit le 13/12/2013

Voir le profil

Un article qui n'a pas été écrit au pif, ah bah si.

Si vous me cherchez ==>[]

2479 Commentaires de news

Ecrit par Von-Block le 15/12/2013 à 13:32

 

4

avatar

Inscrit le 11/08/2009

Voir le profil

Le parfum, une belle inutilité sur la femme.

Une belle femme sens bon, le parfum ne vient que gâcher leur formidable odeur délicate.

Je suis bien heureux d'être tombé sur la bonne.

2487 Commentaires de news

Ecrit par jymmyelloco le 15/12/2013 à 13:50

 

5

avatar

Inscrit le 03/05/2009

Voir le profil

T'es dans tombé dans un soupe a la gentillesse Gizmo.

Depuis les débuts de GA, je pense que c'est le premier édito qui n'est ni cynique, ni revenchard, ni même méchant.

Je suis bluffé.

PS : Et le résultat du concours ????

2843 Commentaires de news

Ecrit par dieudivin le 15/12/2013 à 14:00

 

6

avatar

Inscrit le 18/03/2011

Voir le profil

Nez pas Gizmo qui veut smiley 32
Sympa, même si cet edito manque un peu de sang smiley 13

4041 Commentaires de news

Ecrit par Acomax le 15/12/2013 à 18:39

 

7

avatar

Inscrit le 04/03/2012

Voir le profil

sa doit être bien chiant pour toi quand t'as le nez bouché smiley 35

145 Commentaires de news

Ecrit par 10r le 15/12/2013 à 18:54

 

8

avatar

Inscrit le 18/03/2010

Voir le profil

Ecrit par Von-Block

Le parfum, une belle inutilité sur la femme.

Une belle femme sens bon, le parfum ne vient que gâcher leur formidable odeur délicate.

Je suis bien heureux d'être tombé sur la bonne.
Si elle sens bon c'est peut etre que tu allez trop loin..

Mais ma belle m'a surtout accroché sur le sujet.. un coussin lâché dans le salon.

4329 Commentaires de news

Ecrit par 10r le 15/12/2013 à 18:57

 

9

avatar

Inscrit le 18/03/2010

Voir le profil

Re : avez vous déjà essayé de goûter un mets, ou un vin le nez bouché.
Le résultat est étonnant.

4329 Commentaires de news

Ecrit par yaknnc le 15/12/2013 à 23:15

 

10

avatar

Inscrit le 02/06/2013

Voir le profil

je trouve que l odorat se perd ; peu etre les annees ou j ai du prendre le rer ! le matin ca pu la cocotte et le soir la transpiration ... etre en apnee et avoir l aisselle plein de poil de sa voisine !!

bref un edito plein de bon sens ! smiley 20

546 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

18995-odeur-sapin-senteurs-femmes-nez