L'Edito du dimanche

 

Publié le Dimanche 4 mai 2014 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du dimanche

Le divorce

imageJe divorce.

Hein ? Non, c’est bon, je ne vais pas vous parler de mon couple. Il va très bien, merci. Enfin, comme d’habitude, quoi. Je passe mon temps à me faire engueuler parce que je ne suis pas capable de faire un repas sans mettre le « wild » dans la cuisine et sans la nettoyer correctement après. Il faudrait que je pense à faire quelques machines de linge. Que je sorte les poubelles en temps et en heure. Que je range mon bordel dans mon bureau. Que je range mon linge propre qu’elle vient de plier dans mon placard au lieu de le laisser trainer sur la commode. Que je répare correctement cette fois-ci la fuite qui a salopé tout un pan de mur et qui venait bel et bien du tuyau qu’elle m’avait indiqué et non pas d’un autre, situé au-dessus, dans les toilettes, comme moi je le pensais. Que je répare, du coup, le mur des toilettes que j’ai explosé en pensant que la fuite venait de là…

Enfin bref, mon couple roule parfaitement comme n’importe quel couple puisque je suis certain que vous aussi, avez une longue liste de réprimandes et de choses à améliorer dans votre comportement si vous ne voulez pas qu’elle rentre chez sa mère. Ou dans mon cas, change les serrures le jour où j’ai une soirée parce que, hé, quitte à foutre le camp, autant que ce soit moi et que je lui laisse la maison.

imageNon, quand je dis que je divorce, c’est que j’ai définitivement décidé de me séparer de la FNAC. Au risque de me faire huer au nom de la préférence nationale, j’ai pris sur moi de tourner la page, après des dizaines d’années d’amour inconsidéré. Qu’ils crèvent.
Mon histoire d’amour avec les magasins culturels remonte pourtant à ma plus jeune enfance et ne s’était jamais tari depuis. J’arpentais déjà à l’époque, avec mon père et mon frère, le rayon livres, CD et cassettes VHS de la Samaritaine, du centre commercial Vélizy 2. C’était un rituel : chaque vendredi soir, après dîner, nous y faisions un tour, entre hommes uniquement. Du Printemps à la Samaritaine, en passant par le disquaire Nuggets, j’ai mine de rien commencé à prendre goût à la culture.
Puis j’ai découvert Virgin Megastore lors des voyages en Angleterre et ne ratait jamais une occasion d’aller y faire un tour sur les Champs-Elysées. Mais au fil du temps, de fermetures en dépôts de bilan, une enseigne a supplanté toutes les autres dans mon cœur. La FNAC. Impossible de s’arrêter dans une ville où une FNAC était implantée sans aller y faire un tour. J’aimais flâner dans les rayons livres et BD, aller jeter un œil sur les nouveautés musicales, voir quels films venaient de sortir, jeter un œil au rayon jeux vidéo… juste sentir l’ambiance. Gros consommateur de produits culturels, j’y ai laissé un nombre incalculable d’heures et, surtout, une véritable fortune. J’ai même privilégie l’achat de ma télé chez eux, même un poil plus cher, simplement en raison d’un vendeur sympathique et compétent, et parce que, ben, c’était la FNAC, quoi. Mon vrai, mon seul amour.

imageAujourd’hui je suis las. Déçu. Agacé. Peiné de ses incessantes réorganisations de rayons. De ses vendeurs désormais incompétents qui expliquent que si, si, pour jouer à Candy Crush, il faut une bonne carte vidéo et un ordinateur portable à 1000 boules. Que quoi ? Un hub USB ? C’est quoi ? Sans oublier les « un conseil pour un livre destiné aux enfants de 10 ans ? Je ne sais pas. Le rayon est là, faut regarder ». Seul mon petit vendeur de télé est toujours là, survivant dans ce marasme d’incompétence et de manque total d’amabilité. Las de sa politique globale qui finalement va à l’encontre du bien-être client. Las d’essayer de comprendre pourquoi on me pousse à acheter un objet plus cher qu’ailleurs mais qui ne sera pas disponible avant plusieurs jours « parce qu’il faut le commander ». Quand bien même il s’agit d’un bouquin qui pourtant, est sorti depuis une semaine seulement. Je cherchais simplement « Tortures à l’électricité, un maximum d’efficacité pour un minimum de watts » de Chico Estevez, un écrivain péruvien qui s’est inspiré de l’histoire de son grand-père, Einrich Estevez dont il a appris récemment, en trouvant ses mémoires, qu’il n’était pas péruvien d’origine mais qu’il avait immigré au Pérou au milieu des années 40. Et que Estevez n’était pas son vrai nom. Enfin bref, un bouquin grand-public qu’on devrait trouver facilement, quoi. Las des queues interminables parce qu’un tiers des caisses seulement sont ouvertes et, surtout, de croiser les caisses libre-service (vous scannez vous-même les produits) constamment fermées « parce que nous n’avons pas assez de personnel pour s’en occuper » oubliant de préciser qu’une personne suffit pour gérer ces 6 caisses et que du coup, bouger un caissier pourrait peut-être s’avérer bénéfique pour les clients au lieu de les faire poireauter 10 minutes dans la queue, si l’on voulait bien réfléchir deux minutes. Las aussi, finalement, des soldes qui n’en sont jamais vraiment mais ne proposent finalement que des produits reconditionnés avec 5% de réduction, à peine.

Après plusieurs prises de tête avec le personnel, plusieurs allers-retours inutiles parce que le produit n’était pas en stock, j’ai finalement décidé de rompre. Définitivement. Et tant pis si eux, payent l’intégralité de leurs impôts en France. Tant pis si leur situation économique est plus que précaire et, au contraire, qu’il faudrait aujourd’hui les soutenir plus que jamais. Je suis fatigué. Mécontent. Même pour mes BD, j’irai coucher ailleurs.

imageOh, j’irai encore la visiter, hein. Comme on visite une vieille pute amicale les soirs où l’on se sent seul. Enfin, je dis ça, personnellement, je ne connais aucune vieille pute amicale. Mais c’est pour l’image. J’irai encore flâner quelques fois, voir un produit de visu. M’en servir de simple vitrine. Mais mon portefeuille restera bien sagement dans ma poche, et ne ressortira qu’une fois chez moi, pour commander sur Internet.

On parle souvent de la lutte déséquilibrée entre les boutiques physiques et Internet. J’ai juste envie de répondre, cette fois-ci, à la FNAC, ce qu’ils disaient aux petites boutiques culturelles les accusant de tuer le petit commerce dans les années 80 : place à la modernité. Faut savoir s’adapter.

Voilà. C’était mon petit coup de gueule du dimanche. Qui mine de rien, vous ne vous en rendez pas compte, vous, mais est une véritable révolution dans mon existence.

Sur ce, je vous laisse. J’ai une fuite à colmater. Comment on colmate une fuite, d’abord ? Un chewing-gum, ça tiendra ? Oui, bon, je sais. Mais si je touche ma bille en électricité, j’ai toujours été une vraie quiche en plomberie. Si vous avez des contacts, je suis preneur, soit dit en passant.


 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par Yutani le 04/05/2014 à 12:48

 

1

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Ton coup de gueule, je l'ai vécu avec "Le Furet Du Nord", seule boutique culturelle près de chez moi, la FNAC se situant a 50 bornes de chez moi, j'avais pas trop le choix. Les boutiques Internet ont bien comblé ce "vide"smiley 9

Comme on visite une vieille pute amicale les soirs où l’on se sent seul. Enfin, je dis ça, personnellement, je ne connais aucune vieille pute amicale
Mais si, mais si. tu connais Stéphanie. Tu la mentionnes souvent, ça doit être pour une bonne raison smiley 13

(Pardon a la concernée smiley 54 )

4489 Commentaires de news

Ecrit par yaknnc le 04/05/2014 à 12:59

 

2

avatar

Inscrit le 02/06/2013

Voir le profil

On pourrait avec du recul se dire que tu es tombe sur un mauvais personnel au mauvais moment mais il est vrai que quand ca se reproduit un peu trop souvent le bilan est sans appel !

Je suis d accord avec toi et les Fnac Darty Saturn Pc City Virgin ... les magasins specialises sont en voie de disparition ! smiley 41

nb : un pote de poker bosse chez FNAC a Villiers (77) et il ferme dans les prochaines semaines smiley 44 et le plus gros de France celui de Paris (Ternes) fermera ou plutot ne renouvellera pas son bail qui expire dans 2 ans !

Faut il rappeler que la FNAC est a vendre depuis pas mal d annee et personne n en veut ! Ah oui Darty aussi !! smiley 18

546 Commentaires de news

Ecrit par cazlme le 04/05/2014 à 13:44

 

3

avatar

Inscrit le 04/10/2012

Voir le profil

Et les sacs ?
Tu as oublié les sacs !
Grande lectrice, j'achète les livres en quantité (poche pour la plupart c'est moins cher). Je me vois mal sortir de ce magasin avec 5 ou 6 bouquins empilés prêts à se fiche parterre. Et pour le principe, pas question d'acheter un sac à chaque fois. Je privilégie donc les libraires, les vrais, qui en plus d'être aimables, sont de bon conseil, et vous remettent un article emballé qui est transportable.

5 Commentaires de news

Ecrit par Papa Panda le 04/05/2014 à 13:46

 

4

avatar

Inscrit le 26/03/2014

Voir le profil

Arf courage pour la fuite ^^.

945 Commentaires de news

Ecrit par Aces le 04/05/2014 à 14:03

 

5

avatar

Inscrit le 28/04/2009

Voir le profil

Bah c'est la FNAC en même temps, la boite est à vendre mais personne n'en veut donc, ça va fermer...

Sinon, la dernière fois que j'ai mis les pieds dans une FNAC, c'était celle de St Lazare pour acheter ma Ps Vita et le vendeur m'a affirmé de façon très sérieuse que la 3DS était plus puissante que la portable de Sony parce qu'elle coûtait plus chère...

J'ai hésité entre le frapper très fort avec une Ps3, lui expliquer la vie à coup de pelle mais j'ai choisi l'humiliation devant des clients et son chef...
Il s'est vexé et est parti bouder quand je lui ai expliqué comme il faut les différences techniques et tout le truc...

Bref, ce jour là, je me suis bien marré. smiley 47

3768 Commentaires de news

Ecrit par DarkSerpent le 04/05/2014 à 14:18

 

6

avatar

Inscrit le 10/09/2009

Voir le profil

Faut pas s'en étonner.

Pourquoi connaître tel ou tel auteur, réal', pourquoi savoir quand sort tel film, bouquin, matos ou autre quand l'ordinateur à l'état du stock ?

C'est fini le temps où les spécialistes (mais y en a t'il vraiment eux dans ces enseignes ?) de ces domaines ce sont barré vers d'autre cieux/lieux. Quand tu vois les horaires et la paie qu'ils ont, l'amour et la passion ça va 5 minutes mais ça paie pas les factures.

En plus avec le nombre de trous du cul qu'ils doivent se cogner toute la journée, je comprend que la plupart d'entre eux n'en n'ont rien à carrer.

3142 Commentaires de news

Ecrit par dieudivin le 04/05/2014 à 15:00

 

7

avatar

Inscrit le 18/03/2011

Voir le profil

On parle souvent de la lutte déséquilibrée entre les boutiques physiques et Internet. J’ai juste envie de répondre, cette fois-ci, à la FNAC, ce qu’ils disaient aux petites boutiques culturelles les accusant de tuer le petit commerce dans les années 80 : place à la modernité. Faut savoir s’adapter.
Ce paragraphe résume tout, et pas que pour la FNAC. Ça me fait bien rire justement les majors ou les grands actuels se plaindre alors qu'ils utilisaient cet argument à tout va par le passé.

4038 Commentaires de news

Ecrit par Mikis le 04/05/2014 à 20:17

 

8

avatar

Inscrit le 21/12/2011

Voir le profil

Je compte plus les heures arpentées dans les Fnac, de Marseille à Paris en passant par Grenoble ou Bordeaux.

De bons moments jusqu'à celui où tu demandes quelque chose à un vendeur. Celui que les pubs de l'époque vendaient comme un "passionné", mais qui omettaient d'ajouter : aigri, malaimable, connard, pédant, prétentieux...
A la phrase devenue culte : "C'est pas mon rayon, demandez à mon collègue" (Collègue que soit on ne trouve pas, soit répète la même phrase)
Quand on fini par le trouver, il sort sa seconde phrase culte avec un air condescendant à l’extrême : "Vous avez cherché à la lettre "G" ? (Si on cherche un album des Guns n Roses, par exemple) Le genre de question à laquelle j'ai mainte fois eu envie de répondre : "Non connard, j'y ai pas pensé, parce que je suis débile, mais toi, tu es un putain de passionné alors tu sais tout". Bon, je l'ai pas fais, j'ai juste dit : "Ok, et bien j'irai l'acheter ailleurs"
Je n'ai pas dû être le seul au fil des années et j'en ai souvent rigolé avec des potes. Aujourd'hui la Fnac est quasi condamnée - bien que ses dirigeants pensent que vendre des aspirateurs ça va les sauver (et ils ont fait HEC pour ça ???) - ça me fait quand même un peu chier parce que les lieux de vente d'objets culturels qui disparaissent, c'est une génération d'incultes élevés à la TNT qui prolifère.
ça ouvre plus grande la porte du piratage et ça n'aide pas à la découverte de nouveaux artistes et auteurs.

1128 Commentaires de news

Ecrit par Quantum le 04/05/2014 à 20:26

 

9

avatar

Inscrit le 08/05/2009

Voir le profil

dtc Fnac ... lien tellement frais qu'on croirait que la quote a été écrite suite à cet édito

489 Commentaires de news

Ecrit par Papa Panda le 05/05/2014 à 08:36

 

10

avatar

Inscrit le 26/03/2014

Voir le profil

Franchement quand je vous lis ,je me demande comment vous aviez voir avez pu aller dans cette boutique ...

Déjà de mon "temps", celui des disquettes et cds gravables ^^", ces boutiques étaient déjà à oublier ...m'enfin !

Il n'est jamais trop tard pour aller de l'avant ;)

945 Commentaires de news

Ecrit par mectx le 05/05/2014 à 09:05

 

11

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Bof.
Pour ma part, adhérent fnac depuis 12 ans bientôt et ou j'ai du bol ou ma fnac est exceptionnelle a Créteil mais le personnel est efficace est bien informé, patient car j'ai souvent des questions a la con sans forcément acheter d'aileur (en ce moment mission sortir des enfer des opérateur historiques avec nos forfaits mobile ).
Le seul problème que j'ai c'est leur appauvrissement des rayons livres ...

654 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

20521-fnac-divorce-fin-deception-qualite