Une alerte à la bombe lancée par des hackers détourne l'avion du président de SOE

 

Publié le Mardi 26 août 2014 à 13:00:00 par Romain Lezaud

 

Une alerte à la bombe lancée par des hackers détourne l'avion du président de SOE

On ne rigole pas avec les avions aux États-Unis

Il semblerait que le groupe de hackers qui a déclaré être responsable de la fermeture momentanée du PSN ait envoyé, via Twitter, une alerte à la bombe sur le vol qui transportait le président de Sony Online Entertainment John Smedley. Ce-dernier ayant confirmé qu'il était présent sur le vol et qu'il a été redirigé pour des raisons de sécurité.

« Quelque chose à propos de la sécurité et notre cargaison. Attends sur le Tarmac. » a tweeté Smedley par la suite. Un porte parole d'American Airlines a confirmé que le vol 362 a bien été redirigé vers Phoenix en Arizona et que le FBI enquêtait sur une éventuelle menace.

Le groupe de hackers, se nommant Lizard Squad, a aussi tweeté des liens de cette image montrant un e-billet du vol où Smedley était présent, demandant si cela était bien lui et son vol qui étaient renseignés. Un scénario angoissant. Les hackers ayant poursuivi par des menaces sur Twitter pendant le détournement de l'avion.

Pour rappel, le vol qui a été détourné pour Phoenix devait originellement arriver à San Diego et contenait 179 passagers et 6 membres d'équipage. 

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par Abaker le 26/08/2014 à 13:36

 

1

avatar

Inscrit le 05/11/2009

Voir le profil

Mais pourquoi le PDG de sony sérieux? Des fanboy microsoft?smiley 54

1302 Commentaires de news

Ecrit par Tidus le 26/08/2014 à 17:32

 

2

avatar

Inscrit le 05/02/2010

Voir le profil

Ah et là c'est quoi leur justification à ces andouilles de Lizard Squad ? Ils voulaient également tester le système de sécurité de l'avion ?

1435 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

21818-le-groupe-de-hackers-nomme-lizard-squad-detourne-l-avion-du-president-de-soe-john-smedley-par-des-tweets-d-alerte-a-la-bombe