(Gamescom) Just Cause 3 : du fun à l'état pur

 

Publié le Vendredi 7 août 2015 à 10:30:00 par Alexandre Combralier

 

(Gamescom) Just Cause 3 : du fun à l'état pur

Une avalanche de sensations en prévision

Just Cause 2 avait été une excellente surprise : bourrin, fun, dynamique à souhait, le soft d'Avalanche Studios se jouait tout le long avec un grand sourire aux lèvres. Heureuse nouvelle, pour Just Cause 3, les mêmes bases reviennnent, comme nous avons pu le constater après une prise en mains d'une bonne demi-heure.

Le pitch de départ ne change pas : un dictateur bardé de médailles terorrise un archipel. Il faudra donc installer la démocratie. A coup de roquettes. Plus il y aura de roquettes lancées, plus il y aura de démocratie. C'est mathématique. Allez, pour être francs, Avalanche a voulu un tout petit peu plus soigné son scénario en ajoutant une dimension personnelle à la quête de l'ami Rico(ré)*. Et toujours pour être francs, on sait très bien que le scénario de Just Cause 3 ne sera qu'un prétexte.

Toujours armé de son grappin, Rico parcourt les centaines de mètre carré de la carte du monde à fond la caisse. Avec le wingsuit et le parachute, il est même possible de traverser la carte sans mettre un orteil par terre. Tout se fait avec vélocité et facilité, et rien n'est réaliste : attraper un hélicoptère en plein vol, balancer le pilote par-dessus bord, prendre le contrôle et crasher l'hélico en partant en wingsuit au dernier moment, ne pose absolument aucun problème. Le grappin permet d'aller où l'on veut, de prendre de l'élan, de se propulser ou bien, plus simplement, d'attacher une voiture à un poteau parce que c'est vraiment très rigolo.

A aucun moment Just Cause 3 ne se prend au sérieux. Oui, le jeu est totalement bourrin, mais comme cet aspect est totalement assumé pour proposer un plaisir conséquent et immédiat, c'est encore mieux. Un détail qui veut tout dire : lorsque Rico commande un RPG, un hélico et trois bagnoles aux rebelles alliés, ceux-ci larguent tout par hélicoptère dans les trois secondes qui suivent.

Comme tout bon jeu en monde ouvert qui se respecte, Just Cause 3 propose quelques défis annexes entre deux hookfights, comme des territoires à libérer ou des garages à débloquer (afin de se faire livrer pour plus tard une bonne voiture en pleine mission). Des challenges sont également proposés (parcours d'adresse en wingsuit, bac à sable de destruction...) pour obtenir de nouvelles compétences, mais rien de très folichon comparé au reste du jeu. Etonnant que les développeurs aient insisté dessus durant la présentation.

Just Cause 3 n'a pas beaucoup changé par rapport à Just Cause 2, et on s'en félicite. Il est bien sûr plus agréable pour les rétines, avec une profondeur de champ appréciable et un clipping qui n'a pas le mauvais goût de se montrer quand le joueur avance très vite en wingsuit (ce qui arrive souvent). Beaucoup moins réaliste que les gambades en wingsuit-parachute de Far Cry 4, beaucoup plus fun que la majorité des jeux d'action, Just Cause 3 a toutes les chances d'être l'excellent défouloir qu'on espérait. Sans prise de tête. Avec, simplement, le fun en ligne de mire. Sortie sur One, PS4 et PC le 1er décembre prochain.

Et pour votre plaisir, une petite dose de fun question de se mettre en appétit avec le trailer du jeu:




* La rédaction offre au passage le prix de la meilleure vanne insérée dans une actualité sur la Gamescom à Alexandre

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par Yutani le 07/08/2015 à 13:41

 

1

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

je n'ai pas de console 'next gen' mais du coup tu me redonnes envie de me refaire Juste Cause 2 smiley 20

4489 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

25584-just-cause-3-demo-gamescom-premieres-impressions