(Gamescom) Ivre, il joue à Homefront 2

 

Publié le Lundi 10 août 2015 à 11:40:00 par Alexandre Combralier

 

(Gamescom) Ivre, il joue à Homefront 2

Tester un jeu le lendemain de la soirée Wargaming, une mauvaise idée...

Vendredi, 4h du matin. Toute l’équipe de GamAlive arrive à l’hôtel après une soirée de dingue.

Vendredi, 7h30 du matin. Toute l’équipe de GamAlive se lève pour partir aux derniers rendez-vous de la GamesCom. Autant dire qu’en arrivant à la présentation d’Homefront 2, j’étais loin d’être frais. Si encore la présentation avait été un pâle discours d’un développeur sous fond de Powerpoint… Mais non, il fallait que ce soit un hands-on, et de 40 minutes s’il vous plaît.

Alors, que dire sur cette démo ? On a pu noter quelques trucs, par ci, par là : Homefront 2, développé par Deep Silver Dambuster (des anciens de chez Crytek), est un FPS en monde ouvert, dans une Philadelphie hostile car dominée par les Coréens du Nord. Ce FPS n’oublie pas d’être un peu plus fin que la moyenne en incluant des tactiques de guérilla, avec quelques phases d’infiltration, des fumigènes détournant l’attention ou des voitures explosives télécommandées….

Homefront 2, du moins dans l’environnement testé (des quartiers ravagés par la guerre et dévastés) n’est pas spécialement beau avec ses fades teintes de gris, bien qu’il tourne sur le Crytek Engine. Il n’est pas spécialement enivrant non plus. En fait, de ce que nous avons cru comprendre, ni son scénario toujours trop capillotracté, ni son gameplay qui reste encore trop bourrin, ne le détachent véritablement du lot. Mais il s’annonce au moins bien plus réussi que le premier opus.

Sinon, nous avons passé la moitié de la démo à mourir, à rater des objectifs, à avancer accroupi au lieu de courir, à charger au corps au corps, à mourir, à se planter de trajets en moto, à être coincé en moto, à mourir, à se demander comment ouvrir la map du jeu, à viser à côté, à combattre uniquement au cocktail molotov et enfin à se demander, bon sang, quand est-ce que ça finirait pour aller dormir. On vous passe l’horreur du moment où il a fallu recommencer par trente fois un mini-jeu de piratage, sous les regards, cela va de soi, des développeurs. Au final, nous avons rempli 2 objectifs sur 14 et attiré le regard curieux de personnes qui, au fond, s'étaient beaucoup moins éclaté la veille.

Bref, un test dans le pur esprit GamAlive.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par Karim-DZ le 10/08/2015 à 20:49

 

1

avatar

Inscrit le 14/06/2012

Voir le profil

On vous passe l’horreur du moment où il a fallu recommencer par trente fois un mini-jeu de piratage, sous les regards, cela va de soi, des développeurs

Je le confesse, j'ai versé une petite larme smiley 19
Putain c'est beau les mecs, ne changez rien smiley 26

354 Commentaires de news

Ecrit par freyvane le 10/08/2015 à 21:09

 

2

avatar

Inscrit le 25/08/2013

Voir le profil

Et après on se demande d'où vient la casualisation à outrance des jeux... mais quand les journalistes "spécialisés" sont même pas capables de progresser sereinement sur les démos lors des salons, c'est sur que les développeurs doivent apporter après quelques modifications smiley 13

1431 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

25661-homefront-2-biere-gamescom-preview-trailer-video-gameplay