Yves Guillemot s'en prend violemment à Vivendi et à Vincent Bolloré

 

Publié le Jeudi 29 octobre 2015 à 09:00:00 par Alexandre Combralier

 

Yves Guillemot s'en prend violemment à Vivendi et à Vincent Bolloré

OPA hostile, épisode 2

Comme on le sait, Vivendi est en train, peu à peu, d’augmenter sa participation dans Ubisoft. Le groupe tentaculaire dirigé par le très controversé Vincent Bolloré ne s’interdit pas, à court ou moyen terme, de prendre le contrôle de l’éditeur rennais. Ubisoft n’a pourtant pas souhaité une telle offensive.

Son PDG, Yves Guillemot, a vertement répliqué à Vincent Bolloré dans les colonnes des Échos. Les passages sont durs et crus et annoncent une lutte acharnée (mais inégale ?) :
Nous avons le sentiment d’avoir vécu une agression. J’ai reçu un appel de Vincent Bolloré deux heures avant l’annonce de son entrée dans le capital d’Ubisoft. Il ne m’en a même pas parlé ! (…) Prendre un pourcentage dans notre société sans discuter avec nous au préalable, ce sont des méthodes d’un autre temps. On n’entre pas dans une société en cassant la porte ! (…) C’est la méthode des activistes, celle qui consiste à mettre sous pression le management et à procéder à un contrôle rampant sans payer de plus-value aux actionnaires.

Face à la puissance du groupe Vivendi, Ubisoft pourrait se retrouver vite démuni. Mais Yves Guillemot n’entend pas capituler en rase campagne et pourrait se mettre à la recherche d’alliés :
Avant tout, nous devons rester concentrés sur notre activité, c’est ce qui nous a permis d’être numéro 3 mondial dans notre secteur. Nous avons toujours agi dans l’intérêt de tous nos actionnaires, nous continuerons à le faire. Nous allons étudier toutes les options possibles, y compris auprès de nouveaux partenaires. Cela pourrait par exemple être des acteurs qui créent des plates-formes et qui ont besoin de contenus.

Pour Yves Guillemot, la menace est de perdre ce qui a fait le succès d’Ubisoft : son indépendance même.
L’indépendance est à la base de notre modèle de développement pour rester créatif et leader. (…) Nous n’avons pas besoin des milliards de Vivendi. Le jeu vidéo est une industrie cyclique qui a besoin de stabilité. (.. .) L’indépendance est la clé de notre modèle pour assurer la réactivité et la liberté de ton, fortement créatrices de valeur pour Ubisoft, ses joueurs et ses actionnaires. (…) D’ailleurs, j’observe que quand Vivendi a vendu la majeure partie de sa participation dans cette société, son patron Bobby Kotick a reconnu que Vivendi l’avait empêché d’être réactif et agile.

La guerre psychologique est lancée ! Mais Ubisoft pourra-t-il résister aux milliards de Bolloré ? On l’espère…

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par freyvane le 29/10/2015 à 09:22

 

1

avatar

Inscrit le 25/08/2013

Voir le profil

Non, l'indépendance n'est pas la base de votre model Mr Guillemot; sinon vous n'auriez jamais mis sur le marché plus de 49.9% des part de Ubi en bourse; voir vous ne serriez jamais rentré en bourse tout court.

Vous avez voulu jouer pour avoir des capitaux avec les avantages et inconvénients; vous assumez.

Ce n'est pas Mr Bolloré qui casse les portes, c'est vous qui les avez ouvert en grand.

1430 Commentaires de news

Ecrit par SMachine le 29/10/2015 à 11:00

 

2

avatar

Inscrit le 26/08/2015

Voir le profil

Vas y Yves! Arraches lui sa chemise!!! smiley 13

209 Commentaires de news

Ecrit par rameaux le 29/10/2015 à 11:22

 

3

avatar

Inscrit le 28/04/2009

Voir le profil

pour plus d’indépendance racheté les actions de la société, et donc la mettre à l’abri d'une opa.

691 Commentaires de news

Ecrit par scudik le 29/10/2015 à 13:38

 

4

avatar

Inscrit le 13/12/2013

Voir le profil

Ecrit par freyvane

Non, l'indépendance n'est pas la base de votre model Mr Guillemot; sinon vous n'auriez jamais mis sur le marché plus de 49.9% des part de Ubi en bourse; voir vous ne serriez jamais rentré en bourse tout court.

Vous avez voulu jouer pour avoir des capitaux avec les avantages et inconvénients; vous assumez.

Ce n'est pas Mr Bolloré qui casse les portes, c'est vous qui les avez ouvert en grand.

+1 Un peu trop de comédie à mon goût ici il connaissait très bien les risques en s'ouvrant au marché.

Le problème reste de savoir ce que Bolloré compte faire de sa place de 1er actionnaire, ça ça craint.

Bon après moi le seul jeu ubisoft que j'attends c'est south park fractured but whole, et ils ne sont qu'éditeurs là dessus, un éditeur facilement remplaçable si jamais.

2472 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

Derniers Commentaires

- L'Edito du dimanche par scudik

- L'Edito du dimanche par Cedric Gasperini

- L'Edito du dimanche par scudik

- L'Edito du dimanche par Tidus

- L'Edito du dimanche par dieudivin

- A quoi jouez-vous ce week-end ? par Aces

- A quoi jouez-vous ce week-end ? par clayman00

26482-vincent-bollore-ubisoft-vivendi-rachat