L'Edito du dimanche

 

Publié le Dimanche 24 janvier 2016 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du dimanche

Parlons sérieusement

imageAprès deux éditos de début d’année qui ont bien plombé l’ambiance, même si celui de la semaine dernière se voulait malgré tout empreint d’une certaine légèreté, il est temps de revenir à des sujets graves, des réflexions profondes et philosophiques sur la vie en général, sur l’être et le non-être en particulier, sur le monde qui nous entoure et les solutions de survie qui s’offrent à nous, sur le constat global de l’état de la planète et sur l’humanité, sa profondeur, ses failles, ses espoirs, ses rêves brisés, ses peuples, ses guerres, ses paix…

Bref, parlons sérieusement quelques instants, si vous le voulez bien.

Quand est-ce que le soleil et la chaleur reviennent que je puisse retourner courir dans les champs à poil, les hautes herbes me chatouillant les glaouis avec délicatesse, tandis que quelques écureuils alentours forniqueraient frénétiquement ?

Vous connaissez tous ma passion pour le « gambadage » naturiste. Même si d’ordinaire, je suis plus enclin à bétonner tous ces parterres allergènes, même si je répète à tout va qu’un centre commercial, au moins, c’est utile, alors qu’une forêt, ça pue, ça te fout de la boue plein les godillons et on trouve toujours une saloperie d’ortie pour vous ruiner une jambe ou une saloperie de ronce pour vous bousiller un bras, j’avoue que je suis comme tout un chacun et que je ne suis pas contre, parfois, une petite promenade au milieu des chênes.
Et puis, dans un centre commercial ou au milieu des chênes, le résultat est le même : on est entouré de glands.  

imageJ’avoue également. En réalité, la sexualité des écureuils m’importe peu. Ma femme les éclate par douzaine chaque semaine avec son pare-chocs et revient les yeux larmoyants m’expliquant qu’ils ont surgi sans crier gare devant sa voiture, qu’elle n’a pas eu le temps de freiner, que c’est pourtant si mignon un écureuil… Je n’ai pas osé lui avouer que c’est moi qui les balance sur son chemin et que j’en ai encore une cage pleine à la cave. J’ai même gardé le meilleur pour la fin : tout un stock de bébés écureuils. Et puis, entre nous, l’écureuil en bâtonnet au barbecue, avec une bonne sauce, c’est un mets de choix. Faut juste pas foirer la cuisson.

Non, la sexualité des rongeurs à puces et potentiellement vecteurs d’innombrables maladies transmissibles à l’homme ne m’intéresse en rien. Je préfère de loin la sexualité humaine, voyez-vous.

Car justement, courir dans les hautes herbes à poil, c’est jouissif. Mais le faire à deux, c’est quand même mieux. Faire l’amour dans un pré, communier avec la nature, le soleil réchauffant nos parties génitales, nos corps s’ébattant dans l’herbe fraîchement coupée, les râles de plaisir s’entremêlant aux chants des oiseaux.
Et la maîtresse d’école, envieuse, qui nous explique que comme pré, on aurait pu choisir un endroit autre que le petit jardin jouxtant la cour d’école maternelle, surtout à l’heure de la récré.

Enfin bref, chacun son truc.

imageJe suis d’ailleurs toujours autant étonné que la sexualité reste un sujet parfaitement tabou, parfaitement secret. Quand un type défouraille toute une légion ennemie au fusil mitrailleur mais qu’il le fait pour « son pays et la liberté », le spectateur exulte en mangeant son popcorn et se sent à son tour gagné par une certaine ardeur patriotique. Le même spectateur qui va hurler à la pornographie et fustiger la photo d’un sein, deux corps nus qui s’enlacent dans une scène d’amour à la télé…
Je ne sais pas, moi, personnellement, j’ai plus de pudeur à montrer mes intestins sanguinolents que ma bite. Et cette dernière m’apporte infiniment plus de fierté que l’idée d’ouvrir le bide ou d’exploser à la grenade toute une armée de soi-disant envahisseurs. Car on oublie souvent que le soldat est généralement un brave gars, un bête type, à qui quelques connards haut placés ont farci la tête de sentiments de danger, de nécessité de résistance, d’appel à défendre la patrie. Ces mêmes connards qui, eux, reprendront de la choucroute au Mess pendant que le fantassin se retrouve le nez dans la boue, à vomir ses boyaux.

Tiens, d’ailleurs, le discours vous insufflant un « sentiment de danger », une « nécessité de résistance », un « appel à défendre la patrie »… ça ne vous rappelle rien ?

Continuez de trembler, donc, mes amis. Continuez de regarder votre voisin comme un potentiel danger. Continuez vos regards en coins et vos visages fermés. Moi je guette les premiers bourgeons pour aller m’ébattre dans une meule de foin avec, au choix, la jeune demoiselle que je croise chaque soir en rentrant chez moi, la nouvelle boulangère, ou la jeune mère divorcée aux yeux d’émeraudes. En attendant, je vais aller regarder un porno avec mon épouse, tiens. Et si vous êtes sages, la semaine prochaine, je vous posterai la vidéo de nos ébats.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par jymmyelloco le 24/01/2016 à 12:26

 

1

avatar

Inscrit le 03/05/2009

Voir le profil

Une seule réponse à a ta question :


Religion Judeo-Islamo-Chrétienne.
c'est eux les vrais coupable de notre déclin de quasi 2000 ans, y'a 70 ans c'était repartis, mais avec la super guerre qui a débuté dans les années 90, un déclin commence de plus en plus. smiley 44

Les mœurs des religions polythéiste, avant les "grandes" religion monothéiste, étaient largement plus libre.

Sous la Rome Antique, l'homosexualité était courante, même si il y avait des régles du style : uniquement avec son esclave où pas avec des maures....

A titre perso, me balader à poil me dérangerais totalement, étant frileux par nature et surtout je n'aime pas mon corps.

Mais je suis d'accord sur le coup des glands au supermarché !!!

2843 Commentaires de news

Ecrit par 10r le 24/01/2016 à 12:41

 

2

avatar

Inscrit le 18/03/2010

Voir le profil

Vivement les cours de dictée à l'école sur le sujet :
Faitlation
Quinilaingus
Brouaite japaunaise
smiley 13

4330 Commentaires de news

Ecrit par dieudivin le 24/01/2016 à 12:46

 

3

avatar

Inscrit le 18/03/2011

Voir le profil

Et puis, dans un centre commercial ou au milieu des chênes, le résultat est le même : on est entouré de glands.
smiley 13

Pour le coup de faite la guerre, pas l'amour, remercions l'héritage des religions qui (ont) glorifient/é la destruction de "l'hérésie" plutôt que de venir en aide envers son prochain, même si ce dernier est "différent" (oui parce que la charité chrétienne ou tout autre équivalent, excusez moi mais ça me fait toujours bien rire jaune tellement c'est de l'hypocrisie).

4041 Commentaires de news

Ecrit par XYZ972 le 24/01/2016 à 15:26

 

4

avatar

Inscrit le 01/05/2011

Voir le profil

Et si vous êtes sages, la semaine prochaine, je vous posterai la vidéo de nos ébats.

Chiche.
Pense à enlever à allumer la lumière cette fois histoire ne pas avoir un écran noirsmiley 26

432 Commentaires de news

Ecrit par Papa Panda le 24/01/2016 à 16:30

 

5

avatar

Inscrit le 26/03/2014

Voir le profil

smiley 16



smiley 54

945 Commentaires de news

Ecrit par clayman00 le 25/01/2016 à 10:17

 

6

avatar

Inscrit le 03/01/2012

Voir le profil

smiley 9

6234 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

27262-guerre-sexualite-nature-pornographie-violence