Brexit : L'impact sur les jeux vidéo et l'industrie du cinéma

 

Publié le Lundi 27 juin 2016 à 11:00:00 par Cedric Gasperini

 

Brexit : L'impact sur les jeux vidéo et l'industrie du cinéma

Divorce douloureux ?

imageLa sortie du Royaume Uni de l'Union Européenne n'aura pas seulement un impact sur la libre circulation des marchandises et des voyageurs... Ce ne sera pas seulement un séisme pour La City qui va perdre des (dizaines de) milliers d'emploi, notamment dans le secteur bancaire.

L'industrie du jeu vidéo et du cinéma vont très certainement être impactées par cette décision. Et peut-être plus sérieusement et plus profondément que prévu...

En premier lieu, la fin de la libre-circulation des personnes va rendre bien plus difficile l'installation d'étrangers dans le pays. Ce qui signifie que les talents européens du jeu vidéo ne pourront plus venir au Royaume-Uni facilement... De nombreux studios pourraient donc décider de s'installer ailleurs. Mieux vaut, en gros, que seuls les talents anglais doivent gérer une installation dans un pays Européen, plutôt que tous les européens, dans un pays du Royaume-Uni. 
Ubisoft, Sony, EA, Activision et les autres pourraient donc décider, à terme, de fermer leurs studios pour les rouvrir sur le continent. 

D'autre part, les aides fiscales et financières consenties par l'Europe au secteur du jeu vidéo n'ont aucune garantie d'être maintenues par le gouvernement anglais qui va donc devoir prendre le relais s'il ne veut pas là aussi une "fuite de talents". 

Enfin, un jeu "made in UK" risque donc d'être plus taxé désormais quand il arrivera sur le continent. Un problème que de nombreux éditeurs pourraient donc éviter en délocalisant leurs studios.

Plus de 2000 studios du Royaume-Uni, représentant plus de 20 000 emplois, pourraient donc être plus ou moins impactés par cette décision.

imageDe la même manière, l'industrie de la télé et du cinéma devrait subir de plein fouet ce Brexit.

De nombreux studios (Pinewood en tête) pourraient voir les tournages se délocaliser. Cela concerne notamment la série Game of Thrones, ou encore les films Star Wars et James Bond, pour ne citer qu'eux.

Car le Brexit signe une rupture commerciale avec l'UE également. Ce qui implique plus de problèmes pour trouver des financements pour produire des films, faire venir son personnel, voire même ses acteurs... et une hausse des tarifs de production et de tournage. La France et l'Espagne pourraient alors tirer leur épingle du jeu et devenir bien plus attractifs au final. 

Pire encore : sans le support de l'Union Européenne, les investisseurs et publicitaires pourraient être moins enclins à financer les programmes anglais et les séries TV.

Bien entendu, tous ces changements et l'impact d'une telle décision ne se feront pas ressentir à court terme. Il est possible, également, que certains accords entre l'UE et le Royaume-Uni viennent amoindrir les conséquences du Brexit. Mais il y aura forcément du remue-ménage.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par Narcisse d'oyo le 27/06/2016 à 17:57

 

1

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Vivons seul et contre les autres c'est plus simple smiley 20

2168 Commentaires de news

Ecrit par freyvane le 27/06/2016 à 20:32

 

2

avatar

Inscrit le 25/08/2013

Voir le profil

Ecrit par Narcisse d'oyo

Vivons seul et contre les autres c'est plus simple smiley 20

Conscience politique zéro.
Non compréhension des enjeux 19,5/20.

Mention "phrase débile", qui n'est que le reflet des capacités de ton logiciel cognitif.


Pour l'article, je rappelle que l'Angleterre n'a jamais été entièrement dans le marcher économique de l'EU avec sa livre; puisque sa banque centrale fait marcher la planche à billet depuis 2008 et qu'elle en a au moins produite 4, alors que l'EU n'a que récemment décidé d'injecter (en première étape) pour 1 300 milliards de PQ dans l'économie des banques.

Donc à partir de la; inutile de produire tout un tas de spéculation sur la monté des coups qui pourraient rendre frileux des investisseurs étrangers; je rappelle qu'à la suite du Brexit, c'est la bourse anglaise qui a eu le moins de perte avec "seulement" 4% (sachant que les marchés avaient bien augmentés quelques jours avant en prévision d'un "oui" à l'EU).
Avoir le contrôle de sa monnaie, si elle est trop chère, permet, au besoin, de la dévaluer pour revenir à des taux plus acceptables.

Les vrais questions à se poser sont, est-ce que certains acteurs n'ont pas envie d'accélérer la rupture le plus vite possible pour que la sortie se passe le plus mal possible pour la grande Bretagne ? ... car il faut absolument (pour certains fanatiques) empêcher d'autre sortie de l'EU, et plus la sortie de l'UK se passera mal rapidement, plus vite cela convaincra que la sortie est une mauvaise chose.

Et si il y a des gens qui le pensent (qu'il faut absolument que cette sortie apporte des fruits pourries rapidement), est bien vous êtes une bonne bande de salopards ! car le plus important, c'est la population de Grande Bretagne, et il est impératifs que les débouchés lui soient le plus favorable possible.
Jubiler du malheur des autres, c'est vraiment d'une putasserie qui démontre que NON, il y a bien des personnes avec qui il vaut mieux ne pas cohabiter. ET le pire, c'est que certaines de ces salopes vous diront qu'elles sont humanistes et vous feront de grand discours de tolérance.

Il faut donc que cette rupture se fasse en collaboration étroite avec les nations, de façons mature, et que les accords soient rediscutés dans leur ensemble pour respecter une équitabilité entre l'UK et ses partenaires; car de doutes façons, elle restera un partenaire des autres nations européennes et du globes.
Pas besoin d'utiliser la même brosse à dents pour avoir des objectifs communs... je rappelle que la diplomatie internationale est une discipline plurimillénaire; alors pas besoin de faire une décente d'organe pour le Brexit.

1430 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

28802-brexit-impact-jeu-video-cinema-television-europe-royaume-uni