L'Edito du dimanche

 

Publié le Dimanche 31 juillet 2016 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du dimanche

Juste un slip

imageY’a des soirs, comme ça, où vous vous affalez dans le canapé, avec l’impression du devoir accompli. La journée a été bien remplie. Voire même la semaine. En un temps record, vous avez refait le parquet de la chambre, découpé, peint et posé les plinthes. Vous avez fait ça en plus de votre boulot quotidien, dans lequel vous vous êtes même avancé pour les prochains jours. Et parce qu’il vous restait même du temps, vous avez en plus géré des trucs trop longtemps remis au lendemain et qui commençaient à prendre la poussière. Bref, vous êtes à jour de tout. Mieux encore : vous êtes en avance de tout. Idéal, puisque vous partez le lendemain matin, à l’aube, pour un week-end bien mérité, histoire de vous reposer pleinement et n’avoir rien d’autre à penser.

Vous voilà donc l’arrière-train posé sur le cuir froid du canapé. Il est 21h. Vous soupirez d’aise et de contentement. Dans un moment de rébellion familiale, vous vous laissez même aller à poser les pieds sur la table basse, entre les cahuètes et l’apéro que votre fille aînée a enfin réussi à vous servir correctement après 11 années de dur apprentissage à lui expliquer à coup de savate comment verser un Ricard, un Whisky ou une bière sans trop de mousse.

La vie est belle.

Et là, alors même que vous allez porter le verre à vos lèvres, votre femme vous balance un « et l’édito ? T’as pensé à l’édito ? ».

Et votre monde s’effondre.

Merde. J’ai tout fait. Sauf l’édito.

imageEt alors qu’un bon petit verre de Dalmore 30 ans d’âge vous tend les bras, vous voilà rattrapé par la réalité. Bordel. L’édito. Comment ai-je pu oublier l’édito. Cet édito qui rythme ma vie semaine après semaine, vacances ou non, maladie ou non. Même crevé comme un hérisson sur le bord de la route un soir d’été, il faudra que je me tape les éditos du dimanche. Mais là, cette semaine, c’était le black out. Le zap ultime. L’Alzheimer précoce. A un stade avancé.

Et puis là, à 21h passés, allez trouver un sujet d’édito qui vous motive à noircir de la page Word et à quitter le confort du cuir souple et des vapeurs de malt pour disserter sur la vie, l’amour ou les vaches. Ce n’était pas comme si le monde était intéressant actuellement ni ne vous donne envie de revenir sur certains sujets ultra-sensibles comme les liens évidents entre les tongs et Daesh, l’intégrisme religieux qui est source de la baisse du port du monokini, ou la montée du nazisme pour expliquer la tendance qu’ont certains à se garer à cheval sur deux places de parking.

Bref. Vous voilà devant votre PC et, jetant un coup d’œil au salon, vous remarquez que vos filles ont tôt fait de prendre votre place sur le canap’, la petite dernière se ratissant généreusement les trous de nez et étalant sa pêche sur le dessous de votre accoudoir. Alors que merde. C’est votre place. C’est vous qui devriez être en train d’étaler vos crottes de nez en regardant un bon petit film des familles. Oh. Votre verre vous a bien accompagné pour l’occasion, mais avouons-le, un pur malt antédiluvien n’a pas le même goût, les doigts de pieds en éventail ou sur le rebord d’un clavier.

Saloperie de vie. Saloperie de métier, tiens.

imageIl est 21h57 maintenant. Vous vous rendez compte qu’une fois de plus, votre édito n’est qu’une vague fumisterie. Un vide intersidéral qui rend compte assez précisément, finalement, de la futilité de votre existence. Vous n’avez qu’une envie, c’est de sortir dans la moiteur chaude d’une nuit d’été pour danser en slip dans votre jardin, un rythme Dance à fond dans les enceintes. Les deux ou trois, voire quatre, voire huit ou neuf verres de whisky ingurgités pour vous donner inspiration et imagination y sont sans doute pour quelque chose. C’est la petite dernière qui demande à sa mère, en vous voyant passer « il fait quoi papa en slip ? Pourquoi il va dehors ? ». « Laisse-tomber, lui répond votre épouse. Il a dû voir qu’il y avait un Pokémon à chasser ».

Le quotidien, la vie toute entière, manquent cruellement de poésie. Et de mecs qui dansent en slip dans leurs jardins. Heureusement, j’suis là pour corriger les choses.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par Mikis le 01/08/2016 à 09:48

 

1

avatar

Inscrit le 21/12/2011

Voir le profil

ça explique ma femme, iPhone en main, tournant autour d'un gros machin en slip se roulant sur la pelouse à 23h, en hurlant : "J'ai plus de pokéball"!!!

Les ravages de l'alcool un samedi soir sur terre en 2016...

1132 Commentaires de news

Ecrit par padywak le 01/08/2016 à 23:30

 

2

avatar

Inscrit le 04/01/2015

Voir le profil

Pas grave pour le retard smiley 16
C'est pas aussi mal de se marrer le lundi après une journée de reprise du boulot ..... et rien que pour ça ....merci smiley 13

10 Commentaires de news

Ecrit par padywak le 01/08/2016 à 23:30

 

3

avatar

Inscrit le 04/01/2015

Voir le profil

Pas grave pour le retard smiley 16
C'est pas mal aussi de se marrer le lundi après une journée de reprise du boulot ..... et rien que pour ça ....merci smiley 13

10 Commentaires de news

Ecrit par padywak le 01/08/2016 à 23:31

 

4

avatar

Inscrit le 04/01/2015

Voir le profil

*pas mal aussi (veut pas éditer)

10 Commentaires de news

Ecrit par scudik le 01/08/2016 à 23:51

 

5

avatar

Inscrit le 13/12/2013

Voir le profil

Ecrit par padywak

Pas grave pour le retard smiley 16
C'est pas mal aussi de se marrer le lundi après une journée de reprise du boulot ..... et rien que pour ça ....merci smiley 13

L'édito était là dimanche midi, pas de retard, même si en effet ce ne serait pas grave.

2478 Commentaires de news

Ecrit par padywak le 03/08/2016 à 23:42

 

6

avatar

Inscrit le 04/01/2015

Voir le profil

Ah oui mince c'est marqué en haut en plus. J'ai dû regarder un peu avant smiley 9

10 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

29101-oubli-edito-vie-quotidienne-slip-danse-jardin