L'Edito du dimanche

 

Publié le Dimanche 21 mai 2017 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du dimanche

Gainsbourg, reviens !

imageJe suis conscient que la fameuse phrase du « c’était mieux avant » est assimilée au vieux con aigri qui rumine ses jeunes années tout en se passant de la pommade sur les articulations pour soulager son arthrose. Mais ce dénigrement systématique de certaines expressions ne signifie pas pour autant qu’il faut les bannir de notre réflexion globale sur la société. Parce que merde, c’est vrai qu’il y a des choses qui étaient quand même mieux avant.

Vendredi soir, alors que mes gamines me réclamaient à corps et à cri de leur mettre un film, je suis tombé, en allumant la télévision, sur un documentaire dédié à Serge Gainsbourg. Au regretté Serge Gainsbourg, serais-je même tenté de dire. Et du coup, le temps d’aller chercher le Blu-ray du dernier XXX reçu cette semaine – et dont je vous reparlerai lundi, la perfection des rythmes et des paroles de la javanaise, Bonnie & Clyde et la décandanse ont eu raison de la soirée cinéma. Ce qui nous amène à tirer quelques conclusions :
  • La première, c’est que mes filles n’avaient qu’à pas regarder France 3 la dernière fois que la télévision était allumée, comme ça en la rallumant, je ne serais pas tombé sur ce programme.
  • Ensuite, que sur France 3, il y a aussi de très bons programmes.
  • Que quand on veut un film, on le prépare au préalable. Ça évite que je mette 5 minutes à aller le chercher dans mon bureau.
  • Et pour finir, que Serge Gainsbourg, c’était quand même d’un autre niveau musical que les tubes de merde d’aujourd’hui.
Non parce que « Dans son regard absent, Et son iris absinthe, Tandis que Marilou s'amuse à faire des vol… Utes de sèches au menthol, Entre deux bulles de comic-strip, Tout en jouant avec le zip, De ses Levi's, Je lis le vice, Et je pense à Caroll Lewis. » c’est quand même d’un autre niveau que « T'es rentré dans ma vie comme dans un freestyle, T'as voulu qu'on s'évade comme Bonnie & Clyde, J'ai voulu percer ton cœur en titane, J'ai vite compris que j'n'étais pas de taille, Baby, alors? On va où? On fait quoi?, On s'enfuit, loin d'ici, on y va » ou que « Sur ma route, oui, Il y a eu du move, oui, De l'aventure dans l'movie, Une vie de roots, Sur ma route, oui, Je n'compte plus les soucis, De quoi devenir fou, oui, Une vie de roots ». Et je n’ai jamais entendu Gainsbourg se servir de la voix de robot à la con qu’on entend partout dans toutes les chansons sans exception.


imageOn peut même rajouter dans la liste que c’est moi le patron et que je décide donc de ce que l’on regarde à la télé. J’en profite, elles sont encore petites, j’ai toujours un semblant d’autorité à la maison.

Résultat, la grande s’est barrée dans sa chambre et a décidé de se coucher, et la petite s’est endormie sur le canapé au son de la ballade de Johnny-Jane.

Mais entre hits à foison et interviewes, je me suis surtout rendu compte qu’il n’existe plus de personnalités telles que Serge Gainsbourg de nos jours. Et quand on rajoute la même réflexion à propos des Le Luron, Desproges et autres Coluche, on se dit qu’il y a quand même un sacré manque dans notre société actuelle.

Où sont les impertinents ? Où sont les personnalités décalées ? Où sont les dérapages incontrôlés d’artistes hors du commun ? Où sont les artistes hors du commun, d’ailleurs… ? Je ne doute pas un seul instant qu’il existe encore quelques génies et grandes gueules, capables de dire à une artiste internationale qui à l’époque avait le vent en poupe, qu’il veut lui défoncer, justement, la poupe. C’est juste qu’aujourd’hui, ils n’ont plus la parole. Ils n’ont plus droit de cité sur le petit écran. Aujourd’hui, le summum du décalé et de l’impertinence, c’est Touche pas à mon Poste avec Cyril Hanouna. Juste histoire de vous resituer le niveau actuel d’une télévision définitivement perdue et d’une société qui suit le même chemin vers les égouts du puritanisme et de la morale lisse et sans accroc. Parce que putain, à l’époque, pour coller sa gamine dans son pieu en chantant « Lemon Incest », fallait quand même avoir de sacré couilles.
Aujourd’hui, la chanson serait interdite d’antenne, radio ou télévision, sans autre forme de procès. A l’époque, elle ne le fut pas, malgré le scandale qu’elle généra parmi les pisse-froids.

imageEt on terminera sur les paroles et surtout les clips de Je t’aime toi non plus, la Décadance, ou même Tandem de Vanessa Paradis… Les mouvements lascifs ou les poitrines nues des danseuses ne sont plus que de l’histoire ancienne. Aujourd’hui, la vulgarité du twerk a remplacé la beauté suggestive et érotique, tandis que le moindre téton se heurte à une levée de boucliers des bien-pensants et coincés du cul qui semblent avoir imposé leur loi sur le petit écran et dans la société en général.
Regardez. Le dernier clip en date qui a fait scandale concernait simplement une nana à cheval en culotte de coton sur une boule de démolition. Pas un nichon, pas une chatte, même l’ombre d’une, même l’ombre d’un poil. Juste une putain de culotte en coton.

Y’a quand même quelque chose de pourri au Royaume de France.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par Quantum le 21/05/2017 à 14:09

 

1

avatar

Inscrit le 08/05/2009

Voir le profil

rien à ajouter ... sinon : NE REGARDE PAS XXX ... pour ta santé mentale ...

524 Commentaires de news

Ecrit par pok le 21/05/2017 à 19:26

 

2

avatar

Inscrit le 14/04/2017

Voir le profil

Quand je vois des gamins aujourd'hui deux fois plus réac que mes grand parents, je me fait pas mal de soucis pour la culture en effet.

5 Commentaires de news

Ecrit par masta le 21/05/2017 à 20:24

 

3

avatar

Inscrit le 26/05/2015

Voir le profil

Pas grand chose à redire en effet.
Simplement au niveau de la radio si on compare avec les années 90, on pouvait écouter dans la même heure et sur la même station du I'AM, du AC DC, Metalicca, Corona etc etc, on nous passait de tout alors que maintenant c'est soit du rap soit des pleureuses.


Mais entre hits à foison et interviewes, je me suis surtout rendu compte qu’il n’existe plus de personnalités telles que Serge Gainsbourg de nos jours. Et quand on rajoute la même réflexion à propos des Le Luron, Desproges et autres Coluche, on se dit qu’il y a quand même un sacré manque dans notre société actuelle.

Vu la connerie générale, si ces artistes apparaissaient maintenant ils ne pourraient pas faire la même chose et ils seraient certainement mis dans la même catégorie que Dieudonné (alors que c'est tout le contraire), et oui: on peut rire de tout mais pas avec n'importe qui

61 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

31475-gainsbourg-reportage-paroles-seins-sexe-societe-aseptisee