L'Edito du dimanche

 

Publié le Dimanche 25 juin 2017 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du dimanche

Jamais seul au monde

imageLes vacances approchent à grands pas. Avec tout ce que cela comporte d’espoirs et de promesses. Mais j’avoue que j’ai hâte de quitter les cons d’ici pour retrouver les cons de là-bas. J’ai hâte de me changer les idées et d’aller me goinfrer de tomates mûries au soleil de Provence et non pas dans un camion frigorifique entre l’Espagne et Rungis. Arrosées d’huile d’olives locale et non pas d’huile d’olive mélangée avec un brin de 15w40 pour rallonger la sauce et rééquilibrer le goût. J’ai hâte de croquer à pleines dents dans un melon cueilli la veille, dans des pêches et nectarines juteuses à vous en dégouliner de plaisir sur le menton. Et une petite tranche du meilleur saucisson de France avec un petit verre de rosé bien frais et… hein ? Quoi le saucisson ? Oui, je sais, le saucisson, ce n’est pas forcément une spécialité provençale. C’est juste que j’ai mes habitudes, sur un petit marché du coin, où je retrouve mon vendeur de ciflard chaque année. Un petit vendeur à qui je lâche volontiers un billet de 100 tellement ses produits sont excellents.
Bref, j’ai hâte de partir en vacances.

Bon. Au bout de 15 jours, j’aurais hâte de quitter les cons de là-bas pour retrouver les cons d’ici. Certes. Mais là, tout de suite, j’ai envie de soleil, de plage, de mer, de produits locaux – ou presque – bref, j’ai comme une envie de changer d’air. De changer d’environnement.

imageAlors oui, je sais. Ça peut paraître bizarre que je parte en vacances là où il y a des gens. Je suis un être antipathique et asocial. Je vous l’accorde. Mais l’île déserte, très peu pour moi. Qui je pourrais faire chier au quotidien sinon, hein ? A qui je pourrais expliquer que s’il continue de rouler comme un dingue dans la rue limitée à 30 qui passe devant chez moi, je lui montre à quel point un pot d’échappement double ça peut quand même rentrer dans l’anus, et ça, sans même couper le moteur ? A qui je pourrais expliquer que si son gamin continue de me balancer son ballon de plage dans la gueule, je lui fais un costard façon Petit Gregory, lesté aux coquillages ? A qui je pourrais démontrer qu’un piquet de parasol, ça fait un pic parfait pour faire un méchoui de clébard, surtout quand ledit clébard vient de déféquer en bord de mer ?
Non, non, l’île déserte, ce n’est définitivement pas mon truc.

Tiens, d’ailleurs, si on me posait la question « qu’amèneriez-vous avec vous sur une île déserte », je suis certain que je vous surprendrais par ma réponse. Parce que souvent, les réponses se suivent et se ressemblent. Un manque d’imagination, d’originalité, voire de côté pratique.
Un pote m’expliquait par exemple qu’il partirait avec sa console et ses jeux. « Sans télé, t’auras l’air d’un con ». « Mais si, avec la télé et à condition que je puisse tout brancher ». « De toute manière, t’auras l’air d’un con quand même à jouer à Forza Motorsport devant les poissons ».
Un autre me disait qu’il partirait avec de nombreux livres – dont la saga Twilight parce que cet espèce d’abruti adooooore l’histoire. Notez que dans le pire des cas, un bouquin, ça pourra toujours lui servir pour allumer un feu. Quant à la série Twilight, qu’il la garde pour s’essuyer après l’évacuation naturelle du repas de la veille. Va juste falloir bien penser à rationner les feuilles.
imageUn troisième me parlait de tout son répertoire musical. « Pour faire rire les oiseaux, chanter les abeilles, chasser les nuages, briller le soleil et danser les écureuils ? » « Hein ? » « Cherche sur Google, tu verras de quoi je parle, avant de vouloir faire chier les crabes avec ta musique de merde ». Parce que oui, cet hurluberlu aime la techno. Pire. Il aime aller en boîte de nuit. Ce con serait capable de transformer un paradis perdu en une saloperie de nouvelle Ibiza. Aaaaah, Ibiza… l’enfer musical où tous les demeurés de la planète se donnent rendez-vous…
Un autre encore m’expliquait qu’il aurait du mal à se séparer de ses films préférés. Soit. T’es sur une île déserte et toi, t’amènes ta télé et ton 5.1. Pourquoi pas. Ça va juste être chiant pour construire le canapé en feuilles de cocotiers.

« Non mais c’est bien joli de faire le malin et de te foutre de nous, mais toi, dis-nous ce que t’amènerais sur une île déserte… »

Moi, la réponse est toute trouvée. Alors si on oublie les réponses « safety » du genre « un kit de survie et un gros couteau » ou « une radio satellite pour qu’on vienne me chercher dès que je me ferai chier », voire même « un stock de grenades pour pêcher tranquille » (chacun sa méthode, hein), je sais parfaitement ce qu’il y aura dans ma valise.

 J’amènerais ma femme.

imageParfaitement. Ma femme. D’une part parce que quoi qu’on en dise, elle a quand même plus de conversation qu’une mouette. Et que passer tout le reste de sa vie tout seul comme un gland sans personne à qui parler, ça craint quand même un brin.
Et puis, soyons sérieux deux minutes. Il y a forcément le côté sexe qui joue. Parce qu’un bouquin, un film ou l’intégrale de David Guetta ne remplace pas la chaleur humaine. Alors certes, on peut se débrouiller autrement… Mais pour forniquer avec un cormoran, faut quand même être motivé. Ce n’est quand même pas super sexy, un cormoran. Même avec un porte-jarretelles. Et même si j’ai déjà croisé quelques femmes qui faisaient le même cri au moment de l’orgasme, j’avoue que non, un cormoran, ça me branche moyen pour les câlins.
En plus, ma femme fait du volley. Du coup, Wilson pourra servir enfin à quelque chose d’autre que rester planté sur une souche. J’avoue. Faudra construire un filet. Mais ça doit quand même être moins chiant et plus facile qu’un canapé, non ?

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par jymmyelloco le 25/06/2017 à 22:20

 

1

avatar

Inscrit le 03/05/2009

Voir le profil

Mais rester un moment seul au monde, ca doit être sympa et la vie plus calme.

Faudrait essayer.

https://me.me/i/ma-bite-mon-couteau-bear-grylls-kit-de-survie-11532949

3030 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

31858-vacances-ile-deserte-cons-wilson-femme