L'Edito du dimanche

 

Publié le Dimanche 20 août 2017 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du dimanche

Wesh ma gueule

imageIl faudrait vraiment que je range mon bureau. Mais en profondeur, cette fois-ci. Pas seulement un petit coup de « je vire deux-trois trucs pour en rajouter cinq ou six ». Une opération d’envergure, un sac poubelle à la main doublé d’une vraie volonté de réorganisation en profondeur.
Il faut dire que mon bureau est un capharnaüm qui a déjà envoyé trois femmes de ménage en dépression, jusqu’à ce que je décide finalement de le déclarer zone sinistrée et interdite à toute personne étrangère au service.

Outre le bon millier de DVD et Blu-ray qui ornent les murs, le bon millier de BD qui les complète, je vous laisse y ajouter des jeux en pagailles et d’innombrables goodies envoyés tout au long de ces années par les éditeurs. Complétez avec des livres et objets achetés au gré de mes envies, quelques consoles portables récentes et anciennes, une collection de vinyles qu’il me reste à encoder, une petite collection de bouteilles de whisky du monde entier, des jeux de société, des figurines géantes de Stormtroopers… j’ai même une flottille d’avions en papiers savamment réalisés dans des tickets de métro usagés, jetés négligemment dans un coin et une dent dont j’attends toujours que le propriétaire se manifeste pour la récupérer.

Nan. Faut vraiment que je fasse un effort. J’ai parfois l’impression de vivre dans une grotte impénétrable où une mère éléphant ne retrouverait même pas son petit. Parce que du coup, c’est le niveau zéro de crédibilité quand j’engueule mes gamines parce que leur chambre est en bordel.

imageJe vais m’y mettre la semaine prochaine, tiens. Ça prendra le temps que ça prendra, mais je suis motivé, là. Et puis si je n’arrive pas à aller au bout, mes enfants prendront le relais. Et peut-être leurs enfants, plus tard. Oui, y’a beaucoup à faire, je vous dis.
J’avoue. Je suis un peu bordélique en général. Ce qui a souvent le don de mettre les nerfs à vif de ma chère et tendre épouse, elle qui tente désespérément de maintenir l’ordre dans la maison. Parfois, elle entre dans mon bureau pour me parler, jette un coup d’œil aux alentours… je vois alors ses yeux qui commencent à s’embuer, ses lèvres qui commencent à trembler, puis elle part finalement sans mot dire et m’envoie un SMS ou un mail à la place. J’avoue, je me demande comment elle fait. Déjà que je me supporte à peine alors que je ne peux pas faire autrement que de vivre avec moi, je pense sincèrement qu’un jour, faudra lui décerner une médaille.

En parlant de ma femme, d’ailleurs, que je traitais de grosse incapable ce matin parce qu’elle n’était pas foutue de me trouver un sujet d’édito intéressant… elle s’amusait hier des expressions « djeunz » employées par mes gamines actuellement. Les mots du moment sont « Genre », « Trop pas », « Lol », « Wesh », « MDR » et le fameux « Non mais sérieux, quoi ».
Je vais encore jouer les vieux cons, mais à notre époque, nous avions « Et tu veux pas aussi 100 balles et un Mars ? » devenu aujourd’hui un classique, « Top moumoute » qui n’est plus employé que dans les boutiques de fourrure, ou encore « Dacodac », ce dernier mot aujourd’hui tombé en désuétude étant, je vous le rappelle, issu de la version française d’Orange Mécanique, ce qui a quand même plus de gueule qu’un « Wesh » que l’on pourra éventuellement retrouver dans les étrons musicaux signés Jul dont les succès à répétition ne cessent de me convaincre que cette nouvelle génération a vraiment des goûts de merde et que pour y remédier, quoi qu’on en dise à une époque où la mode est aux parents démissionnaires et mous du cul, une bonne baffe dans la gueule fait parfois avancer les choses. Voilà.

imageEn attendant, je continue de maintenir une dictature quant à l’utilisation de certains mots et expressions à la maison. Mes filles utilisent le langage qu’elles veulent à l’école ou avec leurs copines, mais ont interdiction de les prononcer au sein même de l’établissement familial. Ni LOL ni Wesh ni PTDR ni MDR à la maison sous peine de sanction. La langue française a suffisamment de mots magnifiques pour ne pas utiliser des acronymes pourris ou des mots ridicules à la place. Et de leur expliquer d’utiliser à la place des « ça me troue le cul », « putain ouais », « j’en pisse dans mon froc » voire même l’expression « so 80’s » que je viens de redécouvrir mais qui m’éclate toujours autant : « lâche-moi la grappe, c’est pas les vendanges ».

Sur ce, wesh, je vais genre vous laisser avec ça même si ça se fait trop pas. LOL.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par 10r le 20/08/2017 à 14:19

 

1

avatar

Inscrit le 18/03/2010

Voir le profil

Je viens de lire l'édito et rigole comme un balaineau ayant échappé à une marée noire' et forcément se foutant des mouettes mazoutees...
Bref ma femme lis aussi...

Digit: ça ne me fait pas rire car j'ai l'impression de vivre ça tous les jours.... Moi aussi je mérite une médaille...


Ps idem DVD, bd et starbidule....
Bref tous les mêmes

4452 Commentaires de news

Ecrit par 10r le 20/08/2017 à 14:20

 

2

avatar

Inscrit le 18/03/2010

Voir le profil

Correcteur à la noix...

4452 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

Derniers Commentaires

- L'Edito du dimanche par Aces

- L'Edito du dimanche par Yutani

- L'Edito du dimanche par Cedric Gasperini

- L'Edito du dimanche par scudik

- Ruiner : Un shoot Cyberpunk ultra-violent par Yutani

- L'Edito du dimanche par Yutani

- L'Edito du dimanche par scudik

32256-bureau-rangement-expression-wesh-lol-mdr-merde