L'Edito du dimanche

 

Publié le Dimanche 22 octobre 2017 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du dimanche

Tout est bon dans le cochon ?

imageMême si la tempête semble s’être légèrement calmée en cette fin de semaine (pour mieux repartir la semaine prochaine ?), difficile de passer à côté de la vague de dénonciation de harcèlement sexuel dont sont victimes les femmes au quotidien. Quand on ne parle pas de « viol » pur et simple. Quelques hommes, hétéros ou gays ont bien aussi essayé d’élargir le mouvement et prouver que ces violences ne sont pas uniquement réservées aux femmes, mais leur voix a moins porté malgré des faits tout aussi graves. Mais peu importe. Là n’est pas le propos.

J’avoue d’un point de vue personnel osciller entre méfiance et consternation. Déjà, mettons les choses au clair. C’est une polémique qui ne me concerne pas directement en tant que personne physique. Comprenez par-là que je n’ai jamais harcelé qui que ce soit. J’ai toujours pris soin d’assommer mes victimes avant pour ne pas être reconnu. Et on ne m’a jamais proposé quoi que ce soit non plus en échange d’une promotion. J’ai toujours eu des hommes comme patrons et même si j’avais opté pour une tenue à base de jupe courte et de bas résilles, je ne pense pas que j’aurais pu allumer chez eux la moindre étincelle de désir.
J’ai bien eu dans ma déjà longue carrière quelques occasions et quelques aventures avec des collègues ou attachées de presse, mais tout s’est toujours déroulé en bonne intelligence, à base de consentement mutuel et sachez que pour la quasi-totalité des histoires, je ne fus pas celui qui fit le premier pas. Bref, si vous cherchez le Harvey Weinstein du jeu vidéo, passez votre chemin, il n’est pas ici.

Voilà. Je voulais déjà mettre les choses au point de ce côté-ci.

imageLes gens ont donc découvert que la société est peuplée de gros dégueulasses et de pervers. Commencé dans le milieu Hollywoodien, et commenté façon « bah, on le savait déjà », le mouvement s’est élargi à tout un chacun et le monde s’est finalement réveillé sonné par tant de témoignages glaçants.
J’avoue avoir découvert moi aussi avec effarement que certaines connaissances avaient été victimes de gestes déplacés, et propositions indécentes très appuyées, voire de menaces, de la part de collègues ou patrons. Je vous rassure, je n’ai pas attendu l’arrivée du hashtag « balance ton porc » ou « MeToo » pour réagir et proposer mon aide aux amies concernées. Qu’il s’agisse d’un soutien moral, d’un accompagnement dans leurs démarches ou tout simplement pour leur rappeler que j’ai à la maison une batte de baseball et qu’un type avec les genoux pétés court vachement moins vite après une fille. Leurs affaires se sont réglées (heureusement ?) sans que j’aie à exercer mon swing. Swing qui en son temps a fait l’admiration de Joe DiMaggio et Mickey Mantle. Il est donc bon que je l’exerce de temps en temps, cela dit.

Bref. Le monde s’est réveillé en se rendant compte de l’ampleur du désastre. A vous en dégoûter profondément des hommes en général. Tout le monde semble touché de près ou de loin par ce problème. Ce qui finalement implique également une responsabilité crasse de beaucoup de monde. Car l’indifférence est tout aussi dégueulasse. Quentin, si tu nous lis, va te faire foutre. Toi et les autres.

Ce qui fait dire plusieurs choses.
Oui, il est temps de prendre le problème à bras le corps. Pour faire évoluer les mentalités, déjà. Quand on voit le nombre de réactions outrées ou dédaigneuses visant à culpabiliser les victimes, ça donne tout simplement envie de gerber. Ces donneurs de leçon à l’emporte-pièces n’ont pas l’intelligence nécessaire pour comprendre le concept de harcèlement, de pression psychologique de longue durée, de pouvoir exercé et de faiblesse psychologique. Qu’ils aillent crever ailleurs avec leurs idées nauséabondes.
Oui, il faut aider les victimes à s’exprimer. Et même si je trouve le hashtag « balancetonporc » assez malheureux dans le choix des mots, peu importe. S’il permet de dénoncer une société en perdition et de faire réagir, tant mieux.

imagePar contre, il serait de bon ton de calmer les ardeurs de certains. Quand je vois certains sites demander aux femmes de dénoncer leurs harceleurs et qu’ils les mettront en lumière en enquêtant dessus, je ne vois là qu’une dérive de plus d’Internet et ses crétins qui réagissent au quart de tour sans prendre le temps de réfléchir.
Parce que chaque cas est unique. Parce que chaque situation est différente. Et comment réagiront-ils s’il s’agit de fausses dénonciations ? Oui, il faut aussi y penser. Les fausses accusations de viol sont peut-être rares, mais elles existent. Et là aussi brisent certaines vies.

Et enfin, parce que quoi qu’on en dise, il y a des lois à respecter. Ce qui amène à un autre point : je suis saoulé de ces effets d’annonces, de réactions trop rapides des gouvernements qui nous expliquent dès le lendemain vouloir sortir une loi pour lutter contre les problèmes. Une loi, ça se réfléchit. Ça se travaille. Avec les associations de victimes, pourquoi pas. Mais ça ne s’écrit pas sur un coin de papier Q entre deux diarrhées. Sinon, c’est juste de la merde.

Enfin bref.

Vous commencez à nous connaître sur GamAlive. Nous luttons au quotidien contre toute forme de violence, de discrimination ou dans ce cas, de harcèlement. Je ne dis pas que nous le faisons toujours de manière intelligente ou subtile, mais notre ligne directrice est claire et ne saurait jamais être remise en question.
Et nous vous poussons à faire de même.
Essayons juste de lutter contre ce fléau à notre niveau, au niveau de chacun. Parce que les prochaines victimes peuvent être nos femmes. Ou nos filles.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par scudik le 22/10/2017 à 21:48

 

1

avatar

Inscrit le 13/12/2013

Voir le profil

On associe tous ces harcèlements à du sexisme, ça n'est même plus lié au final je pense.

Les gens font ça parce qu'ils dénigrent tout ce qui dépasse de leur premier cercle. Vous êtes un étranger, une étrangère alors vous n'êtes rien. On peut vous agresser verbalement, physiquement, que ce soit l'acteur ou le spectateur qui reste passif devant ce genre de choses, ce sont des gens qui ne respectent plus leur prochain.

Et malheureusement juste dénoncer un sexiste par ci, un violeur par là n'a probablement pas d'impact. Et comme d'habitude nos politiques se servent d'un courant d'un mouvement pour créer quelque chose sur lequel ils peuvent mettre leur nom, mais qui sera ingérable et n'aura pas de réel impact positif.

Bref ouai il ne nous reste que notre petite influence pour essayer de rendre le monde meilleur.

2951 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

32813-harvey-weinstein-harcelement-sexuel-viol-reaction