L'Edito du Dimanche

 

Publié le Dimanche 15 juillet 2018 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du Dimanche

Semaine sportive

imageJe n’en ai pas encore parlé, mais il va bien falloir que je dise un petit mot dessus. D’autant plus que je la suis et qu’il y aurait des dizaines de débats à lancer sur cette Coupe du Monde.
Je vous rassure, ce sera pour une autre fois. J’ai autre chose à faire que de me lancer dans l’analyse de chaque match, chaque équipe, chaque joueur, tel un sélectionneur de comptoir comme il en existe des millions.

Mais il faut quand même que je dise un mot sur la Coupe du Monde de Football. D’autant plus que j’ai fait un sale cauchemar hier. J’étais sur le terrain et le public se lançait dans un long clapping. Pour ceux qui ne savent pas, le clapping, c’est cette mode islandaise que tous les supporters en mal d’imagination ont reprise à leur compte. Il s’agit de claquer les mains en rythme, lentement au début puis de plus en plus vite, avec les bras tendus au-dessus de la tête. Bref. Cette nuit, j’étais sur le terrain. Un terrain de foot en salle, cela dit. Rien de bien étrange jusque-là puisque c’est un sport que je pratique de manière hebdomadaire. Mais là, il y avait du public tout autour du terrain. Comme dans un stade. Du genre 80 000 personnes qui se lancent dans un clapping effréné. Sauf qu’au-lieu de claquer des mains, ils tapaient avec des tongs. 80 000 personnes pieds nus , avec ce que ça vaut d’ongles noirs de saleté, d’ongles incarnés, de champignons et d’ongles vernis pour ces demoiselles, avec bien entendu une couleur par doigt de pied. Et donc un match mené tambour battant. Ou plutôt tongs battantes. 160 000 tongs qui claquent en rythme.

Je me suis réveillé en criant.

imageN’empêche. La France a beau avoir l’impression d’être déjà Championne du Monde puisque tout le monde est persuadé qu’on va éclater la Croatie, on oublie un peu vite que cette édition 2018 a quand même été sacrément chiante. Et que l’Equipe de France en est grandement responsable. Ses premiers matchs ont été une purge sans nom. Globalement, d’ailleurs, la quasi-totalité des matchs ont été chiants. Enlevez le spectaculaire Espagne-Portugal, enlevez Allemagne-Mexique, enlevez France-Argentine et peut-être un ou deux matchs tels que Belgique-Japon en bonus, et vous aurez l’une des Coupe du monde les plus emmerdantes à regarder.
La faute à cette mode du football défensif qui a frappé la grande majorité des équipes. Une grosse ligne défensive, une ligne d’attaquants, et on balance. Finis les milieux créatifs à la Platini ou Zidane qui distribuaient les ballons et allumaient l’étincelle du beau jeu. Aujourd’hui, les phases de jeux sont huilées, rodées, répétées à l’envi, appliquées à la lettre. Il n’y a plus de place pour la créativité ou la spontanéité, sauf rares exceptions ou sauf une ou deux actions dans un seul match, ce qui est trop peu pour sauver tout l’ensemble.

Je vous rassure, c’est une problématique qui peut s’appliquer à bien d’autres sports aujourd’hui. Même si la demi-finale de Wimbledon entre Djokovich et Nadal hier me donnera temporairement tort, la plupart des rencontres de tennis sont également chiantes à regarder. On reste derrière et on frappe. On monte une fois ou deux par set au filet… Mais il n’y a plus de tennis service-volée comme il n’y a pas encore si longtemps…

imageEt pour clore la trilogie sportive, parlons du Tour de France. Si l’on met de côté l’idée que le meilleur cycliste est finalement celui qui tient le mieux le dopage et que d’affaire en affaire et de magouilles en blanchiments, le cyclisme n’est plus aujourd’hui que gestion par un Directeur sportif, bien au chaud dans sa bagnole. Là encore, plus de coups de génie, plus d’échappées spectaculaires. Tout est réglé, défini, programmé. A grands renforts d’oreillettes, les cyclistes obéissent comme des machines aux consignes établies par des mecs dont le seul but est de satisfaire les sponsors. Il n’y a guère que les étapes de montagne qui font éclater en partie cet état de fait. Mais entre-temps, qu’est-ce qu’on se fait chier durant les étapes ! La preuve, ils sont obligés de se foutre par terre tous les 2 jours pour éveiller un peu l'attention...

Malgré tout, malgré la beauté fanée de ces sports, malgré la spontanéité flétrie des sportifs, les foules continuent de se presser aux rencontres, sur le bord des routes ou devant leurs postes de télé. Du pain et des jeux. Donnez-leur du pain et des jeux. Le sport est depuis des siècles l’opium des peuples.

On espère simplement qu’en France, on va tous se droguer comme des malades ce soir en chantant la victoire.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par AL-bondit le 16/07/2018 à 07:05

 

1

avatar

Inscrit le 28/04/2009

Voir le profil

Pour ceux qui ne savent pas, le clapping, c’est cette mode islandaise que tous les supporters en mal d’imagination ont reprise à leur compte.
La plupart des "supporters en mal d'imagination" pratiquaient quand même déjà le clapping alors que les islandais ne savaient pas encore ce qu'était le football.
Ils auront surtout relancé une mode datant des années 90 dans nos stadessmiley 9

84 Commentaires de news

Ecrit par Papa Panda le 16/07/2018 à 09:12

 

2

avatar

Inscrit le 26/03/2014

Voir le profil

Bah tu remplaces "clapping" par "fapping" et hop, tout prend son sens ^^"

1223 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

34750-coupe-du-monde-football-tennis-cyclisme-chiant-comme-la-mort