[MGS] Splinter Cell Conviction

 

Publié le Lundi 2 novembre 2009 à 13:30:00 par Geoffroy Ladrat

 

[MGS] Splinter Cell Conviction

Sam il est vénère

imageS’il y a un jeu que j’attendais de voir sur le salon du Micromania GameShow c’était bien Splinter Cell « next-gen ». Grand amateur des précédents épisodes, j’ai suivi avec intérêts puis inquiétudes toutes les annonces et autres reports du titre. Et s’il semble avoir été accouché dans la douleur, le jeu d’Ubisoft reste un beau bébé même s’il prend vraisemblablement une nouvelle orientation.

La première chose qui est frappante lorsqu’on observe le jeu, c’est son nouveau parti-pris graphique, le côté mature qui s’en dégage. Désormais Sam Fisher évolue dans la jungle urbaine habillé en street-wear avec un sac à dos en bandoulière. Je ne reviendrai pas une énième fois sur le background du jeu qui a déjà été abordé sur GamAlive, mais je vais tenter de vous retranscrire mes impressions devant la démo.

Le niveau présenté commence donc en périphérie d’une ville, aux abords d’une usine désaffectée. Sam doit sauver une scientifique otage de quelques bad guys et va donc péter quelques bras pour y arriver. L’action est donc lancée, et on parle bien ici d’action. Dans Conviction l’infiltration laisse place à l’adrénaline. Oh évidemment l’animateur a expliqué en long, en large et en travers que si le joueur souhaitait se la jouer ninja de service, il le pouvait, mais malheureusement à aucun moment il ne nous en a été fait la démonstration.

Arrivé dans une espèce d’allée où vont-et-viennent quatre gardes, c’est l’occasion de nous montrer la fameuse nouveauté : le « mark & execute ». Sam se jette donc sur le premier ennemi à portée, le prend comme bouclier et d’une pression de touche dégomme rapidement les trois méchants suivants. Autant dire que l’action est rapide et le combat bouclé en quelques secondes, le joueur à peine blessé.

Alors oui tout l’intérêt (ou inversement le désintérêt) de ce nouvel opus va tourner autour de ce mouvement spécial. Car s’il simplifie terriblement l’infiltration il n’en reste pas moins jouissif. C’est du moins ce qu’a essayé de nous expliquer l’animateur, Chef de produit du jeu. D’après lui la majeure partie des joueurs étaient frustrés sur les anciens épisodes et ces nouvelles phases de jeu à la « Jack Bauer » vont faire prendre leur pied à tous les amateurs de grand spectacle.

C’est là que j’ai envie d’intervenir en demandant « très bien, mais où est passé l’aspect infiltration si cher à la licence ? ». Et pour moi la réponse donnée ne tient pas debout. En effet toujours d’après le présentateur, il ne s’agit pas de faciliter le travail mais simplement de donner une nouvelle dimension au gameplay. Le joueur pourrait donc potentiellement ne pas utiliser le « m&e » et uniquement s’infiltrer à l’ancienne en brisant quelques nuques.

Pourtant la scène finale semble lui donner tort. Imaginez donc une salle dans laquelle vous arrivez par une espèce de balcon. Dans cette salle quatre terroristes détiennent le fameux otage, objectif de la mission. Si vous êtes repéré, il meurt. Or le seul moyen d’arriver à le sauver est de sauter sur un des ennemis, ce qui active le « m&e » et vous éliminez alors instantanément les trois restants. Ici le côté grand spectacle est respecté mais malheureusement il m’a semblé totalement impossible de faire autrement.

Je pourrai également vous parler de quelques nouveautés comme les lunettes nocturnes permettant de voir à travers les murs (???) ou encore de la fameuse « dernière position connue » qui une nouvelle fois prémâche le travail au joueur. Mais finalement ces améliorations sont vraiment anecdotiques par rapport à l’ambiance.

Car désormais Splinter Cell est un jeu gore. On n’arrache pas (encore) des têtes à la God of War III mais Sam n’hésite pas à planter un couteau dans la main d’un terroriste pour le faire parler et le tout donne presque une ambiance glauque qui illustre la nouvelle personnalité du héros.

Enfin pour conclure on nous a promis la suppression des temps de chargement et des cinématiques. Ces dernières sont directement incrustées dans les décors, comme projetées par un rétro. Il en est d’ailleurs de même pour les objectifs des missions. En plus de donner un effet assez classe, le but est de garder continuellement le joueur au cœur du jeu sans lui faire subir de coupure malvenue et illustre bien la nouvelle orientation de la licence : de l’action non-stop.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par TdbSpidey le 02/11/2009 à 14:00

 

1

avatar

Inscrit le 28/04/2009

Voir le profil

Bon ba ils vont visiblement réussir à tuer une belle licence (pour la remplacer par une nouvelle, plus accessibles et donc, potentiellement plus vendeuse) smiley 19

2842 Commentaires de news

Ecrit par Magtheridon le 02/11/2009 à 14:12

 

2

avatar

Inscrit le 23/05/2009

Voir le profil

Heureux que cet épisode soit une exclu 360smiley 31

458 Commentaires de news

Ecrit par Scholl le 02/11/2009 à 14:12

 

3

avatar

Inscrit le 12/09/2009

Voir le profil

Pognon, pognon, pognon, démagogie...



Moi qui adorait les premiers épisodes...



Entre les lapins crétins & co et la "mainstreamisation" (copiright Scholl smiley 7 ) de toutes leurs bonnes licences, Ubisoft est définitivement mort à mes yeux.

25 Commentaires de news

Ecrit par nykho le 02/11/2009 à 14:21

 

4

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

j'ai jamais adhéré aux splinters... est ce que cela sera différent avec celui là... smiley 31

3575 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

3619-splinter-cell-conviction-micromania-gameshow