Call of Duty Black Ops (GamesCom)

 

Publié le Mercredi 18 août 2010 à 18:01:00 par Cedric Gasperini

 

Call of Duty Black Ops (GamesCom)

Alléchant

Call of Duty Black Ops sera basé sur certaines opérations secrètes de la CIA. Nous avons eu droit à la présentation de deux missions. La première se déroule au Vietnam, le long de la Huong River, le 5 février 1968.
La mission commence alors que vous venez de survivre au crash de votre hélico. A peine le temps d'ouvrir un oeil qu'il faut flinguer deux vietcongs, puis s'extirper de la carasse qui sombre dans les eaux profondes. Vous remontez, abordez une embarcation, saisissez un vietcong par derrière, piquez sa Kalachnikov, vous servez du bonhomme comme d'un bouclier humain et flinguez ses petits camarades.
Le tout avec un beau ralenti sur un headshot.
Peu de temps après, vous retrouvez certains compères et partez à l'assaut d'un village. Discrètement pour commencer. Furtivement. Vous placez quelques pains de C4, nagez (très beaux fonds marins), évitez les sentinelles, en égorgez d'autres... puis vient la pétarade finale. Tout plonge dans le chaos. Les ennemis sortent par dizaines des baraquements. Vous réglez ça à coup de sulfateuse, de grenades, voire même des roquettes contre certains bâtiments et bateaux.
Le tout se termine par un débarquement d'hélicos alliés, des dizaines de personnages à l'écran, ennemis comme amis, dans un beau bordel comme on les aime et comme seul Call of Duty sait nous en proposer.
Finalement, vous continuerez votre opération Mr Propre en nettoyant un tunnel, au milieu des rats et des cafards.

La seconde mission se déroule à bord d'un hélico que vous pilotez. Après l'avoir gentiment (tout est relatif) volé à quelques vietcongs. Nous sommes au Laos, le 12 février 1968. Sur un chemin bien balisé, vous allez dézinguer des bateaux, des pirogues, des ponts, des villages, des bases, des tourelles de défense ennemies... ça pète de partout. Les explosions s'enchaînent. C'est plutôt bien foutu. Et ça change des shoots sur rails basiques que certains FPS (dont Call of Duty) nous livrent souvent pour soi-disant casser le rythme (et que moi j'estime uniquement là pour rallonger pauvrement la durée de vie). Car là, si le chemin est balisé et que vous devez suivre un parcours tout bête le long d'une rivière, vous dirigez quand même l'hélico (bas, haut, sur les côtés) et pouvez aussi vous retourner pour abattre un ennemi devant lequel vous venez de passer.

Que dire de cette première mise en bouche ? Le jeu est joli, avec de très très nombreux détails. Quelques pains de textures ou d'IA, certes, mais dans le feu de l'action, on ne s'en rend pas vraiment compte. Et surtout, le jeu n'est pas encore fini.
Joli, donc. Et surtout, très alléchant. Treyarch pourrait bien se hisser au niveau d'Infinity Ward et offrir un bel épisode pour la série.




Prolongez vos vacances à moindre prix avec Comparonet.com

image
 

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Il n'existe aucun commentaire sur cette actualité


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

6829-call-duty-black-ops-preview