L'Edito du Dimanche

 

Publié le Dimanche 10 octobre 2010 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du Dimanche

Tous des pédés

imageCette semaine, j’ai une nouvelle fois été confronté à l’intolérance de notre siècle, au déclin de notre liberté d’expression, et, disons-le tout net, à la connerie humaine.
Pourtant, pour une fois, je ne fus pas celui directement visé.
Je n’ai pas, cette fois-ci, eu à subir les récriminations hargneuses de lecteurs qui goûtaient mal de me lire traiter un développeur de mongolien (horrible démonstration d’une volonté d’humiliation des trisomiques), de me moquer des Canadiens (détestable xénophobie), de railler la censure de certains pays musulmans envers le jeu vidéo (racisme évident), ou d’affirmer que Twilight, le film, c’est vraiment de la merde (machisme primaire, insulte de la gent féminine, anti-Pattinsonisme primaire, et de toute manière je suis trop débile pour comprendre la substantifique moelle du cinéma hollywoodien).
Non, cette fois, rien à voir avec ma plume immonde, mes billevesées verbales, mon caractère détestable ou mon sens de la provocation inné.
Non. Je rentrais chez moi, tranquillement, par un après-midi ensoleillé, une baguette de pain à la main. Une saloperie de baguette tradition à 1,20 €, pas même bonne soit dit en passant, quand une autre boulangerie, à peine plus loin, la vend 1,05 € et vous régale les papilles. Je garde encore une certaine rancune envers cette petite voix qui m’a soufflé un « tiens, et si on essayait le pain dans cette boulangerie, aujourd’hui ? ».
Mais bref. Je ne suis pas là pour me lancer dans une diatribe contre les boulangers qui deviennent aussi voleurs que des garagistes ou lancer une pétition pour abattre les boulangères à lunettes qui vous recommandent leur spécialité parce que « c’est leur meilleur pain », vous laissant du coup imaginer avec effroi la qualité des autres.
Je rentrai chez moi, donc. Et trouvais, juste devant ma porte et donc m’empêchant tout accès à ma demeure, deux jeunes garçons, d’environ 8-10 ans, qui se chamaillaient « pour rire ». Finalement, l’un pris le dessus et chopa la tête de son adversaire sous son bras pour le faire plier et lui faire avouer sa défaite. Ce dernier, peu enclin à abandonner l’affrontement, préféra se réfugier dans les « gestes immoraux », ceux interdits par les règles du Marquis de Queensberry et que seule la rue vous apprend. Il tenta donc un « arrachage testiculaire » bien senti et, parce qu’il ne s’agissait pas d’un vrai combat, suffisamment dosé pour faire lâcher prise à son assaillant, mais suffisamment retenu pour ne pas l’énucléer tout à fait et le laisser étendu à terre, vomir tripes et boyaux et prier Sainte Brigitte Lahaie que les deux gonades redescendent un jour dans leurs sachets.
Dans un grand rire, le responsable du geste peu catholique, s’éloignait, la mine rayonnante du vainqueur. L’autre se lançait alors dans un monologue insultant : « T’es une tapette ! Y’a que les tapettes qui font ça ! Tu me touches la bite ! T’es une tapette. »
imageDes mots d’enfants, en quelque sorte. Des mots que nous avons, les garçons, tous prononcés à un moment ou un autre dans la candeur de notre jeune âge. Et, soit dit en passant, nous ne sommes pas devenus pour autant des tueurs psychopathes homophobes qui rentrent dans une rage folle à la moindre prononciation des mots « Queen, Village People, Tokio Hotel ou Link de Zelda ».
Enfin, pour Tokio Hotel, si, mais ça n’a strictement rien à voir avec les mœurs sexuels de leur chanteur mais avec leur insipide musique. Et pour ma part, leurs origines teutonnes.
Reste qu’une passante ne l’entendait pas de cette oreille. Et elle se décida à châtier les impudents. Ces graines de voyous qui ne commencent par se traiter de tapettes qui finissent par brûler des voitures, fumer du haschisch et violer des petites filles.
Elle commençait donc à tancer leurs dérapages verbaux, maudissant leur manque d’intelligence, leur manque d’éducation et finissant par un « toi, je connais tes parents, je vais leur dire un mot, tu vas voir, je vais t’apprendre à parler correctement et à tenir des propos homophobes, c’est lamentable, c’est une honte, mais dans quel siècle vit-on Jésus Marie Joseph ». Les gamins, médusés et choqués devant le visage de leur interlocutrice, déformé par la haine, restaient comme deux ronds de flan.
Elle saisissait donc par le bras l’auteur de ces débordements dont elle semblait connaître les géniteurs, et faisait mine de l’emmener subir son châtiment avec un « viens, je vais dire à ta mère que tu tiens des propos horribles, tu vas voir un peu ».
 
imageFort heureusement pour les deux pré-adolescents, je suis un sale con. Parfaitement. J’ai tendance à ouvrir ma bouche quand elle ferait mieux de rester fermer, et à lever les yeux quand ils devraient se baisser. Je veux dire, j’aurais dû faire comme tout le monde : me taire et passer mon chemin. Rentrer prestement chez moi et me faire la tambouille en pensant aux tests de F1 2010, Civilization V, Castlevania Lords of Shadows, Racket Sports PS Move, ou Wii Party, parmi la dizaine de jeux qu’il me reste à tester.
Mais j’ai un neurone défaillant, ou je suis possédé par un démon (ce qui me paraît, au final, nettement plus probable) qui prend mon corps sans que je m’en rende compte et me fait parfois agir de manière irraisonnée. Je regardais donc la mégère et lui lançait un « putain (toujours commencer par un mot qui claque et attire l’attention), vous ne pouvez pas leur foutre la paix, à ces gamins ? ».
La discussion continuait alors en un échange peu sympathique et à l’agressivité latente :
« - Non mais de quoi je mêle ? Mêlez-vous de vos affaires, monsieur ! »
« - Parce que vous vous mêlez des vôtres en emmerdant ces deux jeunes ? Faut vraiment que vous n’ayez rien d’autre à faire que de faire chier le monde »
Bon. Ok. On était loin d’un échange à la Rostand entre Cyrano et le Vicomte. Mais mieux vaut prendre le contrepied de son interlocuteur : être courtois et avoir un langage soutenu face à une petite frappe, et sombrer dans la vulgarité face à une bigote.
Je lui expliquais donc, avec quelques mots imagés, que jouer les Ayatollah verbaux face à des enfants est déplacé,  et qu’il n’y a finalement rien de plus insupportable et détestable que de voir un adulte vouloir imposer sa vision du monde, ses carcans et ses restrictions à un enfant.
Finalement, elle abandonnait la partie en lançant un « ça ne s’arrêtera pas là » au jeune garçon, que je surenchérissais par un « eh bien ce n’est pas à votre honneur » et goûtait à mon nouveau statut de héros tandis que les gamins me remerciaient vivement.
 
imageTranche de vie qui se termina par une tranche de pain. Pas bon, donc, le pain.
 
Reste que ce non-évènement romancé que je viens de vous conter n’est là que pour illustrer un état d’esprit détestable de notre société. Même dans l’insulte, éructation primale d’une haine pourtant contenue, nous devons faire attention à ce que nous disons. Alors qu’il s’agit d’un état sauvage sensé libérer une frustration nerveuse, il faut bien peser ses mots. Un « pédé » de travers et vous risquez l’amende pour homophobie. Un « mongolien » et vous voilà taxé de haine envers les trisomiques. Bientôt, traiter quelqu’un de « trou du cul » vous vaudra une assignation en justice par l’ordre des proctologues.
 
Je ne dis pas que ce type d’insulte est forcément « intelligent » ou très malin. Juste qu’il serait bon, une fois pour toutes, que les bien-pensant pensent surtout à nous lâcher la grappe. Nous laissent traiter Mario de (sa)lopette, Link de petite pédale des bois, Lara de broute-minou, Duke Nukem de mongolien mono-neuronal, tout ça sans risquer les foudres d'une intelligentsia prompte à vous accuser de tous les mots sans vous connaître, sans savoir que, par ailleurs, vous fréquentez régulièrement des homosexuels, des trisomiques, et, oulalalah, même des maghrébins ou des noirs, bref que même avec de tels débordements verbaux, vous êtes bien plus tolérant que la quasi-totalité (réunie) de vos détracteurs.
Et surtout, surtout, qu'ils foutent la paix aux gamins.


 


image
 

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par Kef le 10/10/2010 à 12:13

 

1

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Bien parlé ! smiley 17

1409 Commentaires de news

Ecrit par Doctor Zinc le 10/10/2010 à 12:23

 

2

avatar

Inscrit le 14/06/2009

Voir le profil

smiley 30

1657 Commentaires de news

Ecrit par DrV0dka le 10/10/2010 à 12:31

 

3

avatar

Inscrit le 28/04/2009

Voir le profil

Je t'aime tu es mon héros !!! smiley 1

444 Commentaires de news

Ecrit par futex le 10/10/2010 à 12:36

 

4

avatar

Inscrit le 15/06/2010

Voir le profil

smiley 30 smiley 20

35 Commentaires de news

Ecrit par Logan Mathia le 10/10/2010 à 12:46

 

5

avatar

Inscrit le 29/10/2009

Voir le profil

C'est bien les lesbiennes nan? Moi j'aime bien perso...



Puis, le broute minou n'a jamais tué personne...



J'suis dehors, si vous me cherchez...

2009 Commentaires de news

Ecrit par Aerith le 10/10/2010 à 12:49

 

6

avatar

Inscrit le 28/04/2009

Voir le profil

insulte de la gente féminine


Voilà qui est réparé, et on ne prononce pas le "T" à la fin de gent.



smiley 9



Moyennement d'accord avec cet édito.

1112 Commentaires de news

Ecrit par NinjaNawak le 10/10/2010 à 12:49

 

7

avatar

Inscrit le 15/07/2009

Voir le profil

smiley 33

312 Commentaires de news

Ecrit par Pierre Le Pivain le 10/10/2010 à 13:07

 

10

avatar

Inscrit le 09/05/2009

Voir le profil

mmmm

débat vieux de plusieurs centaines d'années. il y a 15 ans, dans le magazine Plasma (le magazine qui en a) le rédac chef se fendait d'un édito dans lequel il écrivait



"A partir du moment où l'on est obligé de demander la préférence sexuelle de son interlocuteur avant de lui raconter une blague de pédé, on se dit que la prochaine étape, c'est la lettre de dénonciation envoyée à la police"

1101 Commentaires de news

Ecrit par AKULA le 10/10/2010 à 13:12

 

13

avatar

Inscrit le 04/05/2009

Voir le profil

ça me fait penser du moment ou on est pas d'accord avec une personne d'une minorité on est immédiatement catalogué de raciste

546 Commentaires de news

Ecrit par Pierre Le Pivain le 10/10/2010 à 13:14

 

14

avatar

Inscrit le 09/05/2009

Voir le profil

Ecrit par machomachoman

déprimante intervention : en 15 ans rien n'a changé donc


oui

1101 Commentaires de news

Ecrit par Costello le 10/10/2010 à 14:20

 

15

avatar

Inscrit le 28/04/2009

Voir le profil

ca me rappelle un truc marrant qui m'est arrivé avec un pote y'a quelques années...

Dans un centre commercial je faisais la queue (non cela n'a rien de sexuel) pour acheter une pizza. Devant moi dans la queue y'avait un gros mastodonte venant des "quartiers de banlieue". A un moment, alors que je parle avec mon pote --on parlait de ski-- je dis "j'aime pas quand y'a trop d'arbres".

Là, le gars se retourne illico, il nous regarde et il fait "t'as dit quoi la? répète un peu?" de manière bien agressive. On lui répète exactement ce que j'ai dit, ne comprenant pas du tout pourquoi il a réagi comme ça.

Ce n'est qu'après en discutant qu'on s'est rendu compte que le mec avait sûrement compris "arabe" au lieu d'arbre.

Maintenant je dois en toute circonstance faire gaffe à tout ce que je dis...

1338 Commentaires de news

Ecrit par Walid le 10/10/2010 à 14:44

 

16

avatar

Inscrit le 03/05/2009

Voir le profil

Ecrit par Costello

ca me rappelle un truc marrant qui m'est arrivé avec un pote y'a quelques années...

Dans un centre commercial je faisais la queue (non cela n'a rien de sexuel) pour acheter une pizza. Devant moi dans la queue y'avait un gros mastodonte venant des "quartiers de banlieue". A un moment, alors que je parle avec mon pote --on parlait de ski-- je dis "j'aime pas quand y'a trop d'arbres".

Là, le gars se retourne illico, il nous regarde et il fait "t'as dit quoi la? répète un peu?" de manière bien agressive. On lui répète exactement ce que j'ai dit, ne comprenant pas du tout pourquoi il a réagi comme ça.

Ce n'est qu'après en discutant qu'on s'est rendu compte que le mec avait sûrement compris "arabe" au lieu d'arbre.

Maintenant je dois en toute circonstance faire gaffe à tout ce que je dis...


En même temps, quand tu crois entendre derrière toi "j'aime pas quand y a trop d'arabes" et que t'es arabe, oui tu te retournes et tu demandes des explications.

Par contre, si tu fais une blague sur les arabes, comme tu peux en faire sur les belges ou les blondes, faut t'en tenir à la règle n°1: on peut rire de tout, mais pas avec tout le monde. Si tu savais le nombre de blagues que je fais sur les handicapés/juifs/femmes/enfants en faisant gaffe à ce que personne ne soit à proximité... Pas par peur de me faire chopper, mais parce que je sais que c'est pas agréable d'entendre de telles choses quand on a un passé douloureux sur le sujet.

1243 Commentaires de news

Ecrit par Costello le 10/10/2010 à 15:33

 

17

avatar

Inscrit le 28/04/2009

Voir le profil

Bah déjà le mec n'était pas d'origine maghrébine, enfin je me rappelle plus exactement mais je ne crois pas. En plus ca se fait moyen d'écouter les conversations des autres... m'enfin bon dans le fond c'est vrai que c'est légitime comme réaction. L'anecdote n'a pas de rapport direct avec le sujet, ça m'y a juste fait penser smiley 15

1338 Commentaires de news

Ecrit par Freddu92 le 10/10/2010 à 16:10

 

18

avatar

Inscrit le 28/04/2009

Voir le profil

Ecrit par Costello

Bah déjà le mec n'était pas d'origine maghrébine, enfin je me rappelle plus exactement mais je ne crois pas. En plus ca se fait moyen d'écouter les conversations des autres... m'enfin bon dans le fond c'est vrai que c'est légitime comme réaction. L'anecdote n'a pas de rapport direct avec le sujet, ça m'y a juste fait penser smiley 15


Pas plus que la bigote n'était une tapette smiley 54

1905 Commentaires de news

Ecrit par Daviplane le 10/10/2010 à 16:45

 

20

avatar

Inscrit le 11/09/2010

Voir le profil

Ça dépend pour le slalom, si c'est une partie de glisse entre portes ou entre potes...



Maintenant, si la dame est ici allée un peu loin (et un peu vite) dans ses conclusions, je ne suis pas certain que ça soit tellement mieux de laisser les mots continuer à se vider graduellement de leur sens. Comme ça a été dit, tout dépend du contexte. Ici c'était entre deux copains dont on peut penser que "l'offensé" n'a pas été vraiment blessé moralement, qu'en serait-il pour un autre interlocuteur, dans un autre contexte ? Je continue de penser qu'il y a des mots qui ne s'accommodent pas d'être employés, même à la légère, ce qui fait que cet édito ne me convainc pas vraiment.



- Ah merci, vous êtes bien gentil. Attention, j'ai bien dit "gentil", pas "homosexuel", hein !

(Steven)

81 Commentaires de news

Ecrit par icetroll le 10/10/2010 à 16:56

 

22

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Ecrit par Costello

Là, le gars se retourne illico, il nous regarde et il fait "t'as dit quoi la? répète un peu?" de manière bien agressive.

Dans le même genre, rue Montgallet avec un pote, en parlant d'une tour Antec Sonata



Moi : Elle est pas mal la noire là

Un reubeu inconnu : sale raciste !

Moi : gné? smiley 41





Et le mec de me prendre la gueule pendant 5 minutes avant que je finisse par comprendre et qu'on se casse en lui riant à la gueule (lui beuglant toujours).



Mais sinon un mot rapport à l'edito : amen.

882 Commentaires de news

Ecrit par AlexC le 10/10/2010 à 18:04

 

23

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

aux tests de F1 2010, Civilization V, Castlevania Lords of Shadows


Il y a une grosse pub pour Castlevania sur gamalive.



Un site qui fait de la pub pour un jeu est corrompu.



Gamalive est corrompu.





La parole est à la défense. smiley 18

3088 Commentaires de news

Ecrit par Cedric Gasperini le 10/10/2010 à 18:11

 

25

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Ecrit par alexandre1234

La parole est à la défense. smiley 18
Suppression de compte, ça te va comme défense ? smiley 9



Ce qui est chiant, en fait, et dont tu ne te rends pas compte, c'est que toi, tu dis ça en riant, histoire de déconner. Que je le sais. Que les habitués le savent. Mais les mecs de passage qui vont lire ton commentaire vont se dire "ah ouais, il a raison". Et donc, ça nuit au site.

Bref, c'est un peu crétin, quoi.



Toujours est-il que je préfèrerai toujours rater une pub mais être honnête dans un test, que l'inverse. Si Castlevania est bon, il sera bien noté. Sinon, non. Peu importe la pub.

Je viens de commencer le test (2h de jeu seulement). Pour l'instant, j'aime assez, même si je le trouve un poil difficile.

6671 Commentaires de news

Ecrit par AlexC le 10/10/2010 à 18:20

 

26

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Ecrit par gizmo

Suppression de compte, ça te va comme défense ? smiley 9



Ce qui est chiant, en fait, et dont tu ne te rends pas compte, c'est que toi, tu dis ça en riant, histoire de déconner. Que je le sais. Que les habitués le savent. Mais les mecs de passage qui vont lire ton commentaire vont se dire "ah ouais, il a raison". Et donc, ça nuit au site.

Bref, c'est un peu crétin, quoi.



Toujours est-il que je préfèrerai toujours rater une pub mais être honnête dans un test, que l'inverse. Si Castlevania est bon, il sera bien noté. Sinon, non. Peu importe la pub.

Je viens de commencer le test (2h de jeu seulement). Pour l'instant, j'aime assez, même si je le trouve un poil difficile.


On a qu'à virer les étrangers, gamalive aux gamaliviens ! smiley 55smiley 55smiley 55 smiley 28 smiley 16



(je précise donc aux étrangers de passage avant qu'ils n'aillent ailleurs : ce que je viens de dire, c'est une blague, une plaisanterie, mouton quoi...)



Mais bien sûr que Cedric restera impartial (et non pas objectif), quelle que soit la quantité de boudin offerte par Konami. smiley 20

3088 Commentaires de news

Ecrit par Cedric Gasperini le 10/10/2010 à 18:22

 

27

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Ecrit par alexandre1234

Mais bien sûr que Cedric restera impartial (et non pas objectif), quelle que soit la quantité de boudin offerte par Konami. smiley 20
En plus, suis de mauvais poil. Me suis enfoncé une brosse métallique dans le doigt. J'ai mal. Aïe.

6671 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

7293-edito-dimanche-lopette-tarlouze-pede