L'Edito du Dimanche

 

Publié le Dimanche 30 janvier 2011 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du Dimanche

Peuple juif, soulève-toi

imageJe ne suis pas antisémite. Non mais il faut le préciser. Je ne suis pas même raciste. Même pas un peu. Bon, d’accord, on peut m’accuser du fait que je ne prêterais pas ma mobylette à un arabe, ou mon chien à un asiatique. Mais c’est juste parce que je n’ai ni mobylette, ni chien.
J’aurais du mal, en fait, à être raciste. Avec un beau-frère originaire d’Afrique du Nord, une belle sœur, un autre beau-frère et mon témoin de mariage et ami cher, tous de confession judaïque… ce serait, avouez-le, difficile. Durant ma prime jeunesse (merci de n’en souffler mot à mon épouse), j’ai connu des femmes noires, asiatiques, maghrébines… des catholiques, des orthodoxes, des athées, des juives, des musulmanes… j’ai aimé en couleurs, en racines diverses, bref ma vie sentimentale et sexuelle est un véritable roman sur le melting-pot.
 
Je ne suis pas raciste, donc. Ni antisémite. Et je tenais à appuyer ces faits pour éviter tout amalgame sur ce qui va suivre. On peut être ouvert d’esprit, du moins au niveau des peuples et des races, mais avoir ses idées, ses sentiments et ses avis sur certains comportements. Pour prendre un exemple, on peut tout à fait craindre la poussée des courants musulmans dans les pays arabes (surtout en ce moment d’instabilité politique où des mouvements religieux extrémistes vont tenter de prendre le pouvoir). Ce n’est pas pour cela que l’on est raciste. On s’appuie juste sur le fait que l’extrémisme islamique est, aujourd’hui, le plus virulent et peut prendre sa source n’importe où. Ce n’est pas pour cela que l’on condamne l’Islam dans son ensemble. On craint juste ses dérives. Notez que les dérives des extrémistes catholiques ou fanatiques judaïques ne sont pas moins condamnables. Tout extrémisme est dangereux et insupportable.
 
Mais soit. Je ne suis pas raciste, donc. Ni antisémite. Je n’ai même pas mi un filtre anti-bougnoule, anti-nègre ou anti-niakoué sur le site. Je suis juste à moi seul un filtre anti-con dans les commentaires (à grosses mailles, le filtre, puisque je laisse quand même passer quelques trucs qui sont autant de témoignages de la situation désespérante de l’espèce humaine).
 
Ça n’empêche que « l’affaire de la SNCF », à défaut de me faire doucement rigoler, me fait enrager. Je vous rappelle les faits : Cette semaine, Guillaume Pepy, président de la SNCF, a exprimé les regrets de sa compagnie pour son rôle dans la déportation de 76 000 juifs de France. Il explique, au nom de la SNCF, « s’incliner devant les victimes, les survivants, les enfants de déportés et devant la souffrance qui vit encore ».
 
imagePersonne n’est dupe : derrière ces regrets se trouvent certaines puissantes communautés juives américaines. A l’heure où la SNCF tente de se faire un rail sur le territoire US, elle doit se heurter à l’intégrisme, doublé d’un manque flagrant de connaissances historiques, et, avouons-le, d’intelligence. Ces communautés fustigeaient le rôle de la SNCF dans la déportation de milliers de juifs, et faisaient pression sur le gouvernement US pour écarter l’entreprise française tant qu’elle n’aurait pas fait amende honorable. Ils vont pouvoir désormais peindre l’étoile de la SNCF en une autre couleur que le jaune. Ils vont mieux dormir. Ils sont contents. Pas moi.
Ces regrets sonnent comme une condamnation de la SNCF. Toute la SNCF. Les exiger, et les exprimer, revient à souiller le comportement des milliers de cheminots résistants, de ceux qui ont refusé de conduire des trains de déportation, c’est oublier aussi que des milliers d’employés de la Deutsche Reichsbahn (Chemins de Fer Allemands) ont envahis les postes clefs de la société, donnant finalement à la SNCF un aspect tout sauf français. C’est faire honte à toute l’Histoire de la SNCF. C’est aussi, et surtout, baisser sa culotte comme une vulgaire putain de bas-étage.
 
Envahie, contrainte, étouffée, la SNCF a certes été utilisée par la machine du IIIème Reich pour le transport de déportés. Mais la SNCF était à l’image de la France : sous le joug de l’envahisseur et suffisamment fière et virulente pour résister pleinement. Entre sabotages et autres opérations, les cheminots ont compté parmi les plus importantes forces de la Résistance.
 
 
Cette exigence de voir la SNCF exprimer ses regrets est un comportement d’autant plus détestable et désolant qu’avant tout marché avec une entreprise américaine, la communauté vietnamienne française ne demande pas aux USA d’exprimer leurs regrets envers le massacre de milliers de civils durant la guerre. Les communautés indiennes d’amér… ah, non, pardon, elles ont toutes été exterminées, à peu de choses près… elles ne peuvent plus rien demander… Doit-on aussi évoquer les (très) nombreux responsables nazis protégés, embauchés, utilisés par le gouvernement US après-guerre ?
 
Cette valse des faux-culs est une véritable insulte non seulement à l’Histoire, mais également à le religion elle-même.
 
imageMalheureusement, les communautés juives, d’ici ou d’ailleurs, sont toujours enclines à endosser le rôle de martyrs. Oh, le peuple juif a toutes les raisons de pleurer : il a été longtemps, et de tout temps, la cible des oppressions les plus barbares. Pleurer, oui. Et je veux bien pleurer avec elles. Pleurnicher, non. Et aujourd’hui, c’est le pleurnichement de personnes incapables de vivre dans le présent et d’envisager le futur, que l’on entend. Ils ne semblent avoir trouvé l’impression d’exister, une reconnaissance et une importance sociale que dans ce rôle de victimes.
Un comportement en rupture, d’ailleurs, avec la majorité des juifs, jeunes ou parents qui s’inscrivent comme citoyens à part entière dans la société et s’éloignent de plus en plus des microcosmes, des carcans idéologiques, culturels et sociaux dans lesquels on tente de les enfermer. Ça n’a rien d’étonnant : dans leur bulle hors de la société, les dirigeants, religieux comme politiques, ne sont depuis trop longtemps plus à l’écoute de leurs peuples. Malheureusement, ces dirigeants sont encore puissants. Suffisamment pour brailler et meugler tant et plus, à tort et à travers.
 
Je ne dis pas qu’il faut oublier. Je suis même plutôt pour les mémoriaux, pour le souvenir de cette période terrible de l’Histoire. Pour que jamais elle ne se reproduise, même si l’on sait que l’Homme, dans toute son horreur, a souvent la mémoire courte et arrangeante. Je ne dis pas qu’il ne faut pas pleurer. Simplement qu’il faut arrêter de jouer les Caliméro et sortir des exigences toutes aussi ridicules et exaspérantes les unes que les autres.
 
Le peuple Juif vaut bien plus que ces jérémiades insultantes de ses personnalités. La France vaut bien mieux que ces pitoyables repentirs. Oublier non. Mais cesser de regarder vers le passé et d’exiger à tort et à travers de pareilles stupidités, oui.
 
Et à ce titre, je ne saurais trop vous conseiller l’excellent article, plein d’intelligence et de justesse, de Guylain Chevrier, historien petit-fils d’une famille juive déportée de France.
 

 
Cedric Gasperini, petit-fils de résistant et d’ingénieur à la SNCF.
 
 
 
 PSOne : Bon sang, où est-ce que l’on peut acheter des Pringles au Sel et Vinaigre ? J’adore ça et impossible d’en trouver !
 
PS2 : Semaine prochaine, tests de Dead Space 2, Mass Effect 2 PS3, Mario vs Donkey Kong DS et Tron Evolution. Farpaitement. Et ptêt un test de souris aussi.
 
PS3 : Semaine prochaine aussi, sans doute un reportage supplémentaire sur la 3DS.
 
PS4 : Pas avant 2014, au moins.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par Lionel le 30/01/2011 à 12:19

 

1

avatar

Inscrit le 05/05/2009

Voir le profil

Texte intéressant mais honnêtement il n'y a pas à chercher si loin les USA sont protectionnistes, comme la Chine. Il n'y a que nous connards d'Européens qui jouons à peu près le jeu de la mondialisation, on en paye le prix.



Dans le style regardez le différent SAP/Oracle, les échecs de EDF et plein d'autres groupes européens sur le sol américain. Faut pas s'y tromper il y a toujours moyen de faire tomber une boite ou une personne (Messier et Vivendi). Les américains usent de toutes les feintes possibles pour que le protectionnisme ne soit pas évident mais personne n'est dupe.



J'en ai marre de l'EU c'est une construction dangereuse et pro américaine, vive l'UPR!

1339 Commentaires de news

Ecrit par YMCA le 30/01/2011 à 12:39

 

2

avatar

Inscrit le 15/11/2010

Voir le profil

C’est aussi, et surtout, baisser sa culotte comme une vulgaire putain de bas-étage.
Bienvenue dans le monde du business, les bisounours c'est en rève ou pour les gamins smiley 18

882 Commentaires de news

Ecrit par Malaria le 30/01/2011 à 12:41

 

3

avatar

Inscrit le 01/05/2009

Voir le profil

Je suis entièrement d'accord avec toi.

Je serais curieux de savoir combien de mails d'insulte tu vas recevoir...

300 Commentaires de news

Ecrit par AlexC le 30/01/2011 à 12:48

 

4

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Mais la SNCF était à l’image de la France : sous le joug de l’envahisseur et suffisamment fière et virulente pour résister pleinement. Entre sabotages et autres opérations, les cheminots ont compté parmi les plus importantes forces de la Résistance.*



*Principalement à partir de 42-43, surtout en 44... smiley 18

3088 Commentaires de news

Ecrit par Lionel le 30/01/2011 à 12:50

 

5

avatar

Inscrit le 05/05/2009

Voir le profil

Sinon vu que M.Asselineau est "interdit" de télé, je vous propose lecteurs un débat intéressant:

http://www.u-p-r.fr/francois-asselineau-sur-radio-divergence



Et oui on a affaire ici à une personne raisonnée, pas un extrémiste avec des arguments que les "européïstes" ne peuvent démonter... Ceci explique pourquoi il n'est jamais invité à la télé... trop dangereux... Liberté d'expression mon cul. Heureusement le web est là et des personnes osent encore donner leur avis, bon dimanche Cédric! Et si tu as un peu de temps écoute l'émission que j'ai donné en lien ;)

1339 Commentaires de news

Ecrit par Cedric Gasperini le 30/01/2011 à 12:57

 

6

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Ecrit par liolio

Sinon vu que M.Asselineau est "interdit" de télé, je vous porpose lecteur un débat intéressant:

http://www.u-p-r.fr/francois-asselineau-sur-radio-divergence



Et oui on a affaire ici à une personne raisonné, pas un extrémiste avec des arguments que les européïstes ne peuvent démonter... Ceci explique pourquoi il n'est jamais invité à la télé... trop dangereux... Liberté d'expression mon cul. Heureusement le web est là et des personnes osent encore donner leur avis, bon dimanche Cédric! Et si tu as un peu de temps écoute l'émission que j'ai donné en lien ;)
Je préfère m'en tenir à la source citée en fin d'édito... smiley 9

6669 Commentaires de news

Ecrit par Raging le 30/01/2011 à 13:00

 

7

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Ouai, j'aimerai qu'on quitte l'EU perso mais bon...je suis même pas sûr que ça arrangerait les choses.



Pour le reste, il y a, au dela du protectionnisme, une volonté de certaines organisations d'instrumentaliser encore et encore cette shoah.



Je vous renvoie sur un article qui témoigne, à mes yeux, d'une démarche plus globale.

1970 Commentaires de news

Ecrit par Lionel le 30/01/2011 à 13:10

 

8

avatar

Inscrit le 05/05/2009

Voir le profil

Asselineau a de bonnes sources lui aussi, ce n'est pas un farfelu.

François Asselineau est né le 14 septembre 1957 à Paris.



Diplômé d'HEC Paris en 1980, il a été reçu au concours d'entrée à l'ENA à l'issue de son service national en 1982. Sorti deuxième de la voie d'administration économique en 1985 (Promotion Léonard de Vinci) il a choisi le corps de l'Inspection générale des finances.



Il a notamment été chargé de mission auprès du Président du Crédit National puis chef du bureau Asie-Océanie à Bercy avant d'être appelé, en 1993, comme conseiller pour les affaires internationales au cabinet de Gérard Longuet, ministre de l'Industrie et du Commerce extérieur du gouvernement Edouard Balladur. En juin 1995, il devient directeur du cabinet de Françoise de Panafieu, ministre du Tourisme, dans le gouvernement Alain Juppé (1), puis en janvier 1996 chargé de mission au cabinet d'Hervé de Charette, ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Alain Juppé (2), où il est en charge de l'Asie, de l'Océanie, de l'Amérique latine et des questions économiques. Il rencontre et participe aux entretiens avec de nombreux dirigeants de la planète, de Jean-Paul II à l'Empereur du Japon, et de Nelson Mandela aux plus hauts dignitaires chinois, Jiang Zemin et Li Peng.



Après la dissolution de 1997, il rejoint l'Inspection des finances. Quelques mois plus tard, François Asselineau devient directeur général adjoint chargé des affaires économiques et internationales au Conseil général des Hauts-de-Seine, présidé par Charles Pasqua, puis son directeur de cabinet de 2000 à 2004. Nicolas Sarkozy, qui devient Président du Conseil général des Hauts-de-Seine en avril 2004, le nomme Délégué général à l'intelligence économique à Bercy, poste qui va vite se révéler sans contenu.



François Asselineau, actuellement Inspecteur général des finances et professeur à l'EMLV (Pôle Léonard de Vinci), s'est engagé en politique en 1999, en adhérant pour la première fois à un parti, le Rassemblement pour la France (RPF). Après avoir adhéré un temps à l'UMP, il en a démissionné en octobre 2006.


C'est dommage que tu ne t'y interesses pas, on est pas obligé d'être d'accord mais au moins il n'est pas dans la bouffonerie anti européenne comme des De Villiers, Dupont Aignan et pire une certaine Marine.

1339 Commentaires de news

Ecrit par Lionel le 30/01/2011 à 13:18

 

9

avatar

Inscrit le 05/05/2009

Voir le profil

Ecrit par Raging

Ouai, j'aimerai qu'on quitte l'EU perso mais bon...je suis même pas sûr que ça arrangerait les choses.



Pour le reste, il y a, au dela du protectionnisme, une volonté de certaines organisations d'instrumentaliser encore et encore cette shoah.



Je vous renvoie sur un article qui témoigne, à mes yeux, d'une démarche plus globale.

Quitter l'EU paradoxalement c'est aussi ouvrir la voie à des coopérations plus avancées... entre pays europpéens. Les accords actuels demandent un minimum de 9 états membres pour permettre d'aller plus loin sur certains points que ce que les traités actuels autorisent.

Ca arrangerait les choses, c'est sur mais il n'y a pas de miracle c'est sur aussi. Mon point de vue c'est que ça peut pas être pire, à 27 et bientôt 30 on est d'accord de rien et fin du fin on négocie pourtant ensemble à l'OMC...

Sans compter les effets néfastes entre peuples voir les relations entre Grecs et Allemands en ces temps difficiles. C'est très loin de rapprocher les peuples, au contraire ça sous-tend la montée des nationalismes extrêmes, les peuples se sentant privés de leur souveraineté perdus dans un ensemble inique. Ensemble inique qui de plus appuie plus que toute autre entité dans le monde la globalisation et en fait payer le prix tous les jours aux peuples constitutifs de l'ensemble.

1339 Commentaires de news

Ecrit par AlexC le 30/01/2011 à 13:24

 

10

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Bon sang, mon détecteur à conneries scories s'emballe.

3088 Commentaires de news

Ecrit par F-74 le 30/01/2011 à 13:38

 

12

avatar

Inscrit le 23/04/2010

Voir le profil

Personne n’est dupe


Je suis entièrement d'accord avec toi, j'ai trouvé cette histoire navrante pour des tas de raisons que je ne détaillerai pas (*).



J'attends la "réciproque": à quand l'ouverture de certains marchés européens conditionnée aux agissements d'entreprises américains pendant la guerre en Irak ?





Par contre, l'un des gros problèmes de la France, c'est justement son interventionnisme dans son économie: entreprise d'état à gogo (du fait de son histoire) ou prise de participation dans le capital.



Ce qui fait que l'Etat n'est jamais loin, et que toute déclaration politique peut avoir des résultats comme l'écartement d'un gros groupe français.



A l'inverse, même si évidemment c'est plus subtil, il y a un plus gros fossé entre le gouvernement US et ses entreprises.

Alors, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit: c'est "USA first", et tout l'appareil politique américain roule pour l'industrie américaine allant jusqu'à mélanger les genres (réseau Echelon utilisé pour obtenir des marchés...).

Néanmoins, cette distance apparente permet quand même au gouvernement américain de "donner des leçons de morale", de prendre position sans pour autant que ça ait un impact sur les entreprises américaines qui pourraient être concernées (jusqu'à un certain point évidemment).



En France, c'est systématique: une diatribe du gouvernement entraine une mesure visant à écarter une entreprise semi-publique sur le marché concerné...







(*) Je reviens là-dessus: c'est comme les donneurs de leçon de morale sur l'affreuse collaboration mais qui n'étaient pas là au moment des faits.

D'ailleurs qu'auraient-ils fait sans armes, sans structure ? Ils auraient déjà sauvé leur peau et celles des leurs. Je pense que s'engager dans la résistance était déjà un acte "supérieur".

Ensuite, il y a eu des tas de petits actes "passifs", coupures de lignes, pertes de lettres destinés à nuire au jour le jour aux allemands. Certes, peut-être pas des actes de bravoure au son des fusils, mais suffisants pour parasiter et géner la machinerie allemande.

Je ne me place pas en donneur de leçon, puisque je n'étais pas là... mais je voudrais bien que ceux qui n'étaient pas vivants à l'époque en fassent autant.



C'est malheureux à dire, mais j'ai l'impression que la 2nde guerre mondiale est devenue un business mémoriel pour certains... et je trouve ça honteux au regard de la mémoire des gens qui ont crevé dans les pires souffrances.

Réparations, oui... mais quand on remet sans cesse la même chose sur la table, et que de surcroit on n'est même pas impliqué "directement" (être né à l'époque), ça commence à lasser.



Il faut mettre en garde contre le ressassement perpétuel: il peut générer à long terme exactement l'effet contraire à celui attendu.

330 Commentaires de news

Ecrit par F-74 le 30/01/2011 à 13:41

 

13

avatar

Inscrit le 23/04/2010

Voir le profil

Ecrit par DogImem

quand un discours/texte commence par "je ne suis pas antisémite raciste, mais...", les lecteurs ne sont pas dupes. s'excuser avant même l'exposition du sujet sonne comme un aveu, une culpabilité à priori, induite par l'auteur lui-même.


A moins que ce ne soit "l'air du temps", le poids de certaines associations, d'un certain étouffement intellectuel qui oblige à se justifier en permanence ?



Par contre, dans les médias on peut y aller tant qu'on veut sur le méchant français blanc colonial antisémite... Bizarrement les journalistes ne voient pas la généralisation quand ils parlent des français en ces termes.

330 Commentaires de news

Ecrit par AlexC le 30/01/2011 à 14:02

 

14

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Ecrit par F-74



A moins que ce ne soit "l'air du temps", le poids de certaines associations, d'un certain étouffement intellectuel qui oblige à se justifier en permanence ?



Par contre, dans les médias on peut y aller tant qu'on veut sur le méchant français blanc colonial antisémite... Bizarrement les journalistes ne voient pas la généralisation quand ils parlent des français en ces termes.


Voilà. Il va de soi qu'il ne faut blâmer ces associations juives américaines pour demander des comptes à la SNCF, ni par exemple à Serge Klarsfeld pour demander que Céline ne soit pas célébré cette année. Sont dans leurs rôles, farpaitement. Maintenant, on peut contester l'influence de ces "lobbies", leur efficacité, qui ne peut que donner du pain à manger aux bonnes grosses théories du complot séculaires. Dans leur rôle, oui, trop de poids, oui aussi.

3088 Commentaires de news

Ecrit par Patch le 30/01/2011 à 14:12

 

15

avatar

Inscrit le 01/09/2009

Voir le profil

Ecrit par F-74

D'ailleurs qu'auraient-ils fait sans armes, sans structure ? Ils auraient déjà sauvé leur peau et celles des leurs. Je pense que s'engager dans la résistance était déjà un acte "supérieur".

Ensuite, il y a eu des tas de petits actes "passifs", coupures de lignes, pertes de lettres destinés à nuire au jour le jour aux allemands. Certes, peut-être pas des actes de bravoure au son des fusils, mais suffisants pour parasiter et géner la machinerie allemande.
exact. il peut suffire d'un simple grain de sable pour tout enrayer.

Je ne me place pas en donneur de leçon, puisque je n'étais pas là... mais je voudrais bien que ceux qui n'étaient pas vivants à l'époque en fassent autant.
amen.

1227 Commentaires de news

Ecrit par Lionel le 30/01/2011 à 14:16

 

16

avatar

Inscrit le 05/05/2009

Voir le profil

Quelqu'un a eu le courage de commencer à écouter l'émission radio?

1339 Commentaires de news

Ecrit par AlexC le 30/01/2011 à 14:20

 

18

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Ecrit par liolio



C'est très loin de rapprocher les peuples, au contraire ça sous-tend la montée des nationalismes extrêmes, les peuples se sentant privés de leur souveraineté perdus dans un ensemble inique. Ensemble inique qui de plus appuie plus que toute autre entité dans le monde la globalisation et en fait payer le prix tous les jours aux peuples constitutifs de l'ensemble.



Juste une question : as-tu déjà essayé de comparer le nombre de guerres/graves tensions européennes au XXe siècle (et je ne parle bien sûr pas que des deux guerres mondiales) avant et après la création, disons, de la CECA ?



Là pour le coup, la "perte de souveraineté", c'est un mal pour un bien. C'est un peu comme enlever un jouet à un enfant qui s'est fait mal avec.

3088 Commentaires de news

Ecrit par F-74 le 30/01/2011 à 14:29

 

19

avatar

Inscrit le 23/04/2010

Voir le profil

Ecrit par DogImem

rien n'oblige à se justifier à priori, sinon sa propre conscience, gavée de culpabilité.


Un peu comme le péché primordial qu'on enseigne dans la bible... ? smiley 54



Culpabilité qu'on voudrait faire passer de l'acquis (par l'instruction) à l'inné (la culpabilité héréditaire ou presque) ?



Il y avait eu une étude en Allemagne qui montrait qu'à force de ressasser la culpabilité du peuple allemand, on arrivait à l'inverse avec des gens qui remettaient en doute, estimant que c'était "trop gros", qu'il devait y avoir "une autre histoire" et pas celle qu'on leur racontait...



Je pense que la plus grosse erreur c'est de se tromper sur ce qu'on veut enseigner: c'est une chose que de se remémorer ce qui s'est passé pour ne pas refaire les mêmes erreurs, c'en est une autre de faire culpabiliser des gens qui n'étaient pas là...



Et ça rejoint la discussion sur cette culpabilité "primaire et première" d'un peuple.



Sachant que maintenant j'aurais du mal à définir clairement ce qu'est "un peuple", ça devient tellement mouvant comme définition... smiley 13

330 Commentaires de news

Ecrit par Lionel le 30/01/2011 à 14:32

 

20

avatar

Inscrit le 05/05/2009

Voir le profil

Ecrit par alexandre1234





Juste une question : as-tu déjà essayé de comparer le nombre de guerres/graves tensions européennes au XXe siècle (et je ne parle bien sûr pas que des deux guerres mondiales) avant et après la création, disons, de la CECA ?



Là pour le coup, la "perte de souveraineté", c'est un mal pour un bien. C'est un peu comme enlever un jouet à un enfant qui s'est fait mal avec.
Aucun lien les guerres n'arrivent pas par hasard. Je ne vois pas ce que vient faire la CECA avec la paix en Europe. L'OTAN est partout en Europe, c'est la force dominante, l'ennemie c'était L'URSS... les gens oublient vite. NOus n'avons aucune raison de nous faire la guerre en ce moment pour la suite... malheureusement on ne peut jurer de rien, EU ou non.

1339 Commentaires de news

Ecrit par Cedric Gasperini le 30/01/2011 à 14:33

 

21

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Ecrit par DogImem

quand un discours/texte commence par "je ne suis pas antisémite raciste, mais...", les lecteurs ne sont pas dupes. s'excuser avant même l'exposition du sujet sonne comme un aveu, une culpabilité à priori, induite par l'auteur lui-même.
C'est avoir une vision étriquée des faits, des idées, des débats, de la langue française, et un manque flagrant d'analyse et d'écoute.

Y voir un aveu serait, finalement, n'avoir ni lu ni compris les phrases suivantes.



Il s'agit simplement d'une mise au point avant le débat, d'une "protection" pour éviter toute condamnation stupide et irréfléchie.

6669 Commentaires de news

Ecrit par Cedric Gasperini le 30/01/2011 à 14:34

 

22

avatar

Inscrit le 27/04/2009

Voir le profil

Ecrit par DogImem

rien n'oblige à se justifier à priori, sinon sa propre conscience, gavée de culpabilité.
Voir mon commentaire précédent.

Ta réflexion est, finalement, on-ne-peut plus navrante et pour le coup, "gavée de stupidité".

6669 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

8426-edito-sncf-regrets-deportation-juifs