Prise en main : Nikon Coolpix S640

 

Publié le Vendredi 2 octobre 2009 à 12:00:00 par Pierre Le Pivain

 

Un vrai lapin

Un p'tit rapide !

imageD’une manière générale, avant de s’acheter un appareil photo, il vaut mieux se demander pourquoi on l’achète, en dehors du fait de vouloir faire des photos… Certes, on peut prendre aujourd’hui un médiocre téléphone portable pour prendre un cliché, alors qu’à la base, ledit téléphone sert avant tout à téléphoner… Pour être encore plus archaïque, on peut aussi se servir d’une simple boîte d’allumettes trouée, d’un peu de chatterton, et d’un morceau de pellicule photographique noir et blanc pour prendre une photo, même si à la base, la boîte d’allumette servait à allumer des feux… L’appareil photo sert donc, spécifiquement, à faire des photos… Pas à téléphoner, et encore moins à faire du feu… Evidemment, certains me diront qu’un appareil photo peut, aujourd’hui, aussi servir à prendre des films vidéo, et mieux encore, servir de projecteur, mais ces appareils restent minoritaires : la photographie reste donc une activité de vol de temps suspendu autour de soi, et autant trouver l’instrument le plus adéquat pour le faire.

imageAinsi, au lieu de se demander pourquoi un appareil photo est bien, et qu’il est bien, et qu’il faut l’acheter, et qu’il est trop top, et qu’il est trop chébran, on va plutôt se demander pourquoi il a été construit… Celui-là, plus qu’un autre. Le « celui-là » d’aujourd’hui est le Nikon Coolpix S640, l’un des derniers compacts de la marque nipponne au carré jaune. Certes, ça ne répondra pas à toutes les questions et notamment à la plus cruciale d’entre elle : faut-il acheter à tout prix cet appareil, cette dernière ne dépendant pas exclusivement du pourquoi créer un nouvel équipement, mais ça constitue déjà un bon point de départ pour savoir si l’appareil photo nouvellement créé peut, potentiellement, valoir le coup, et accessoirement le coût.

Si l’on en croit Nikon, le Coolpix S640 a été créé pour répondre à une attente du public qui désirait compter sur un appareil photo numérique compact, qui soit réactif… Réactif et rapide, au point de ne rien avoir à envier à tous les appareils reflex du moment. Cela implique deux choses : premièrement une rapidité à la mise au point avec un autofocus nerveux, et surtout un temps de déclenchement de la commande d’obturation aussi rapide que sur un vieil appareil mécanique.
Evidemment, ne disposant d’aucun matériel pour chronométrer les performances électroniques de l’appareil photo, il ne nous restera que les « impressions » toutes subjectives, mais surtout acquises après avoir tripoté une quantité non-négligeable d’appareils photo différents durant ces 25 dernières années. ; Ces mêmes impressions qui nous auront permis de tirer un portrait bien sympathique du Nikon Coolpix P6000 il y a quelques temps.


Le Nikon Coolpix S640 est petit. Rien que par rapport au P6000, il est pratiquement deux fois plus fin, et un cinquième moins large et moins long. Ce n’est pas le plus petit des compacts, mais le fait est que ses dimensions font qu’il peut disparaître dans le sac à main d’une minette en pleine sortie de boîte, souhaitant prendre des clichés compromettants de ses copines murgées, qui tenteront l’impossible pour convaincre une rencontre masculine de les raccompagner chez-elles après la fermeture. Une attache est flanquée sur le côté pour accueillir une dragonne de maintien, et le poids global de l’appareil donne une impression de stabilité, pour ne pas dire de solidité… Cette dernière étant plus discutable.
Le contact est plutôt agréable. La coque de métal satiné offre un toucher bien sympathique, cependant, les partie lisses de l’écran de 2,7‘’ et de la tranche, couleur acier fumé, sont des vrais happeaux à empreintes… Mieux vaut ne pas s’être farci un sandwich grec avant de manipuler l’appareil, ça fera tout de suite un peu « cra-cra ».

imageL’allumage de l’appareil est vraiment rapide. Enfin, c’est la sensation qu’on en tire. L’appareil se met sous tension et est apte à prendre un cliché net très rapidement. Sa vitesse d’autofocus est vraiment impressionnante. Là dessus, Nikon a réussi son coup. L’utilisateur voulait quelque chose de rapide : c’est fait ! Pour exemple, on s’est amusé à passer du mode macro au mode normal et observé le temps nécessaire à ce que la mise au point se fasse : la chose s’est faite avec une rapidité digne de celle d’un appareil Reflex (tout de même pas un Nikon D2X… Mais comparé à un D40, ça tient.) En revanche, côté précision de l’autofocus, ce dernier a très mal supporté le test vachard du verre d’eau… Ce n’était déjà pas terrible pour le P6000, là, pour le S640, c’est vraiment catastrophique. L’appareil semble ne pas voir du tout le verre d’eau, comme s’il était totalement invisible. 
 
Côté menu, et autres options proposées par l’appareil, nous avons droit à quelque chose de bien plus léger que sur le P6000. Le menu est vraiment tourné vers l’utilisateur lambda ayant peu de connaissance en matière de photographie, ou tout simplement, considérant que les modes manuels, programme, ou même priorité vitesse ou ouverture sur ce type d’appareil sont inutiles. Histoire de donner le change, ou tout de moins d’en donner l’illusion, l’appareil dispose de ce catalogue de « scènes » dont justement on ne se sert jamais, sauf si on n’y connait vraiment rien en matière de différence qu’il y a entre prendre en photo un paysage, et prendre en photo un portrait.
 
Le reste est, somme toute, très classique. On peut un peu modifier les zones de mesures et d’autofocus, mais rien de bien transcendantal… De même, on peut demander un autofocus continue, pour peu qu’on ne soit pas regardant sur l’autonomie de l’appareil photo. On regrettera, mais là, c’est une tendance générale, l’absence d’un viseur direct due à une mode assez stupide de sacrifier les aspects pratiques d’un appareil photo au profit de la recherche du design le plus « glossy » possible afin de faire vendre… pour rappel, viser un sujet via un écran LCD sous un soleil de plomb est juste une chose impossible : on ne voit rien. Autre point regrettable : la commande de navigation rotative est, certes, très pratique, mais elle fait très fragile… Prudence en stockant l’appareil dans un sac !
 
image image
400 ISO / 6 400 ISO

La sensibilité de l’appareil va de 100 à 6400 ISO, sachant qu’à haute sensibilité, le bruit est très important, d’autant plus que l’appareil, contrairement au P6000, ne réduit pas automatiquement sa résolution d’image. Pour rappel, le capteur est un capteur CCD de 12,2 Mégas Pixels, de la taille de 1 / 2.33’’ de diagonale (contre 1 / 1.72’’ de diagonale pour le P6000 à 13,5 Mégas Pixels, 1 / 1.18’’ de diagonale pour les D90 (Cmos) à 12 Méga Pixels, et D200 (CCD (dernier CCD de Nikon pour les reflex D200 et D80)) à 10 Mégas Pixels). Le capteur du S640 est vraiment petit, même pour une définition d’image inférieure à celle du P6000. Autant le dire tout de suite, l’appareil n’est pas vraiment étudié pour travailler à haute sensibilité, ce qui est assez paradoxal pour un appareil qui a été construit pour, justement, être rapide…. Libre à chacun de vouloir se servir ou non de son flash…

image image
Coolpix S640 / Coolpix P 6000

L’optique, de son côté, est assez bonne pour un appareil de cette catégorie. Nous avons là un Zoom Nikkor 5-25mm (un x5) à ouverture f : 1 :2,8-6,6. En équivalence focale 135, l’optique correspondrait à un 28-140mm. Reste qu’à 140mm, une ouverture de 6,6, contraint l’usage du flash quasi automatiquement si le sujet n’est pas pleinement éclairé par la lumière du jour. En matière de couleur, l’ensemble paraît plus vert et plus chaud qu’avec le P6000 et qu’avec un D200. Si le photographe préfère des images plus « rose» ça devrait lui convenir, mais c’est juste une indication par rapport à ce qui existe, et non pas une information mesurée selon un protocole de laboratoire. Cependant, la comparaison entre deux clichés du même sujet côte à côte, l'un pris avec le S640 l'autre pris avec le P 6000, révèle que le piquet d'image et la qualité de lecture de ligne du S640 est bien en dessous de celle du P 6000

image
Zoom numérique au maximum

Au bout du compte, qu’est ce qu’on a ?
Le Nikon Coolpix S640 est un appareil compact qui mise tout sur sa rapidité de déclenchement, et sur sa rapidité d’autofocus. Si les performances en matière de nervosité et de rapidité sont bien au rendez-vous, le reste de l’appareil demeure très classique et très tourné vers un public d’amateur. D’ailleurs, au regard du prix de l’appareil, on se dit que l’appareil est vraiment tourné pour le grand public, ceux qui exigeront un peu plus de leur appareil risquent d’être déçus… Les amateurs seront eux, satisfaits.

imageimage
Mon chat avec des chaussettes / Mon chat en boule

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

0