Reportage : Salon du Jouet et du Jeu 2010

 

Publié le Mercredi 27 janvier 2010 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Salon du Jouet 2010

Une âme d'enfant...

screenDepuis dimanche, et jusqu’à hier, se tenait aux Grandes Halles de la Villette de Paris, le salon du Jouet. Une fois n’est pas coutume, et parce que malgré tout, le jeu vidéo et le jouet ne sont pas cousins mais frères, j’ai décidé d’y faire un petit tour. L’occasion pour moi de découvrir les tendances 2010 et d’aller voir à quel point le jeu vidéo peut influencer le jouet, et vice-versa.

Le salon se faisait se côtoyer les grandes chaînes de distribution (Grande Récré, Joué Club) avec quelques petits distributeurs, des fabricants, des importateurs… et bien entendu, les jouets s’étalaient par milliers, plus nombreux que dans la hotte du Père Noël, et destiné à tous les âges.
On pouvait donc y trouver des jouets pour bébés, du doudou coloré au cheval à bascule design. On pouvait également y trouver des tracteurs, des voiturettes à pédales. Des voitures de collection. Des figurines. Des animaux en plastique. Des soldats en plastiques. Des fées en plastique. Des cubes en bois. Des cerfs-volants. Des peluches. Des jeux de société. Des instruments de musique. Des vélos. Et j’en passe.

screenLe genre de salon qu’on fait seul, en évitant soigneusement d’y aller avec ses enfants, à moins de vouloir les perdre ou les rendre fous.

Après avoir passé tout un après-midi dans les allées, discuté çà et là avec les distributeurs ou vendeurs, le constat aura été tout de même mitigé. Le salon n’était pas spécialement très intéressant, pour tout dire. De tendances 2010, rien ne se dégage réellement. Finalement, on avait presque l’impression de ne sa balader que dans un grand magasin géant, sectorisé avec soin, mais dans lequel il manquait bien des choses. Le salon est, finalement, essentiellement pour la rencontre entre distributeurs, fabricants et points de vente. Un salon business qui, finalement, n’a pas permis de découvrir vraiment de grandes nouveautés ou d’innovations. Les grands classiques étaient également absents. Pas de Playmobil, de Barbie, de jouets électroniques, de robots.
Il faudra sans doute attendre la grand-messe du jouet, à Nuremberg, début février, pour découvrir les prochains hits pour Noël 2010.

Toutefois, entre deux caresses à un doudou, un câlin à une peluche, un yeeeehaaaaa sur un cheval à bascule ou une course effrénée dans les allées un cerf-volant à la main, j’ai quand même craqué pour quelques petites choses et récolté quelques scoops intéressants.

Côté valeurs sûres. Les peluches Barbapapa de chez Jemini sont toujours aussi craquantes. Les dérivés en sacs à dos pour enfants ou mobile musical, culbuto et hochet pour bébé sont très réussis.
On notera également chez Jemini, l’arrivée prochain des peluches Dragons, tirées du prochain film d’animation de chez Dreamworks. Elles sont plutôt rigolotes et bien faites et leur succès dépendra bien entendu du succès du film.

screen

Plus original, les instruments Bob L’éponge sont de vrais instruments. Pour faire de la vraie musique. Mais le côté rébarbatif de l’apprentissage est gommé par le côté ludique du personnage. On y trouvait des guitares pour adultes, mais également des guitares pour enfants, des ukulélés, des batteries, des baguettes de batterie… Vraiment très sympa pour les fans de l’éponge déjantée.

screenscreen
screenscreen

Petit coup de cœur pour les cerfs-volants. Chics et pas chers (vraiment pas chers), ils volent parfaitement. Du cerf-volant de compèt à moins de 100 € HT à l’aigle plein de plumes à 40 € HT en passant par des modèles plus petits à 10-20 € HT ou vraiment minis à moins de 5 € HT, des formes délirantes (chaussures, cabines téléphoniques, poissons…) ou tirées du folklore (dragons…).
Ils sont beaux. Ils volent parfaitement. Même un gamin en chaise roulante peut jouer avec. En intérieur comme en extérieur. Bref, ce sont de véritables merveilles. Ils peuvent d’ailleurs être découverts au musée du Cerf Volant, à Dijon.

screenscreen
screen

Sur un stand où ne se pressait pas grand monde, une jeune russe montrait ses réalisations en « mousse à modeler ». Une sorte de pâte à modeler légère qui, en séchant, devient sèche et donne à vos réalisations leur forme finale. C’est tellement léger qu’une fois sec, on dirait presque du polystyrène. Ça vient des magasins Elephant Orange, que les Russes, Biélorusses, Kazakhs, Ukrainiens ou Lituaniens connaissent bien. Une boutique pourrait s’implanter prochainement en France. Ce serait une bonne chose parce que c’est mignon tout plein et nettement moins salissant que la pâte à modeler.

screenscreen

Pêle-mêle, mon œil aura été attiré par quelques figurines, statuettes ou produits dérivés de l’univers de Goldorak ou Ulysse 31.

screenscreenscreenscreenscreen

Des figurines Warcraft, Halo ou autres…

screenscreenscreen
screenscreenscreen

Ah, non, tiens, j’allais oublier. Gros Coup de cœur également pour les produits vintage DC Comics ou Marvel. Des tee-shirts, des sacs en bandoulière, des plaques émaillées, trousses ou cahiers, le tout avec des images vintage des super héros, que ce soit Batman, Superman, Wonder Woman, Captain America ou autres. Certains sont déjà en vente dans les boutiques Virgin. Le reste arrive bientôt. Et ce sont des produits superbes, et de qualité.

screenscreen

Parlons maintenant des Lapins Crétins. Ils débarquent en peluches et porte-clefs, et en sacs à dos. Ils devraient arriver le mois prochain si tout va bien, voire en mars. Mignons, tous doux, avec toujours cette gueule folle, ils s’inscrivent d’ores et déjà comme des éléments indispensables dans la chambre de vos enfants… ou la vôtre.
Toujours du côté des lapins, cet été sortiront des pare-soleils et stickers pour voiture. Là encore, ne partez pas en grandes vacances sans eux. Et ça a quand même plus de gueule qu’un pare-soleil Dora ou Nemo. Si, si.

screenscreen
screen

Et pour finir, les Moh Bowls sont de petites marionnettes en peluches, en forme de boule. Craquantes, débiles, elles seront du meilleur goût dans un salon, sur un canapé. Mais si. En tout cas, je leur ai trouvé une gueule folle. Elles sont déjà disponibles et de nombreux accessoires arrivent, comme des chapeaux, des oreilles de lapin, des bois de rêne, et j’en passe.

screenscreen

Voilà grosso modo ce que j’aurais retenu du salon. Pas grand-chose à se mettre sous la dent. Pas de révolution. Rien de bien exceptionnel. Mais ce sont des jouets. Et même sans grande claque dans la face, j’aurais quand même passé un après-midi sourire aux lèvres, à m’extasier devant tout un tas de jouets, de peluches, de choses, de machins. Il faut savoir garder une âme d’enfant. Chouette, j’ai toujours la mienne.

screenscreenscreen
screenscreenscreen

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Images du jeu Reportage : Salon du Jouet et du Jeu 2010 :

0