Pascal Sontag, Consultant Senior chez Edelman France

 

Publié le Samedi 8 mai 2010 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Pascal Sontag, Consultant Senior chez Edelman France

Un entretien sans RROD

Ne vous fiez pas à sa tête de jeune minet qu'on pourrait croire à peine sorti de la puberté, malgré la cigarette, la drogue, la prostitution dans son jeune âge (c'est pour ainsi dire moi qui l'ai sorti du ruisseau où il vendait ses charmes Porte Dauphine), l'alcool et les sacrifices rituels à la hache. Pascal est un grand gaillard qui va sur ses trente piges.
Doté d'un humour pince-sans-rire qui en a fait courir plus d'un, il cumule une attitude très proche de la camaraderie avec un professionnalisme irréprochable. Disponible, amical, honnête dans son travail, il ne lui manque pas grand chose pour pouvoir postuler au titre de l'Attaché de Presse Parfait : Juste qu'il arrive à dégotter un budget Call-Girls pour les journalistes. Bon, vu qu'il est en charge des produits Microsoft pour le jeu vidéo, là, tout suite, comme ça, ce n'est pas gagné pour l'obtenir.
Bref, plus qu'un simple contact pro, Pascal est un ami. Voilà. Pouf pouf. C'est dit. Un ami. Et alors, hein ? J'ai le droit d'en avoir moi aussi, non ?

image
Nom, Prénom, Date et Lieu de Naissance ?


Sontag, Pascal, 1er mai 1981, né à Courbevoie (92), monsieur l’agent.

Profession et nom de la société ?

Je suis Consultant Senior chez Edelman, agence de relations publiques, pour le compte de la division Grand Public de Microsoft France

A quelle date êtes-vous entré dans la société ?

En mai 2007. Il y avait de la lumière, je suis entré.

En quoi consiste exactement votre travail ?

Pour résumer en une phrase : promouvoir auprès des journalistes la Xbox 360, le Xbox LIVE et les jeux Microsoft Game Studios, faire en sorte que la presse en parle et, tant qu’à faire, en bien !

En pratique, notre travail – car nous sommes évidemment toute une équipe – est double. D’une part, nous sommes présents aux côtés de Microsoft France pour les conseiller sur les meilleures stratégies de relations presse à adopter pour le lancement et la promotion de leurs différents services et produits ; d’autre part, nous appliquons ces stratégies : présentations, conférences de presse, visites et voyages, rédaction de communiqués de presse, mise en place d’interviews, envois de jeux, visuels et autres informations… Nous sommes l’interface entre la presse et les équipes Xbox 360. Pour ma part, je m’occupe en priorité de la presse spécialisée jeu vidéo.

Quelles études avez-vous faites pour accéder à cet emploi ?

Des études littéraires – Bac L et hypokhâgne – puis quelques années au CELSA pour obtenir un Master en communication. Et sur mon temps libre, des heures de jeu, que je ne pensais pas voir devenir utiles un jour pour décrocher un job.

Comment avez-vous été recruté ?

J’ai effectué quelques stages pendant ma scolarité dans l’industrie du jeu vidéo, chez Gameloft ou TBWA pour le compte de la Xbox première du nom. J’ai également fait un tour par la case journalisme en travaillant à CANAL+ avec Fred Moulin. Cette formation en communication et ma connaissance de l’industrie du jeu, tant professionnelle que personnelle, ont retenu l’attention de Microsoft lorsque je leur ai soumis ma candidature d’assistant en relations presse…

Etait-ce pour le poste que vous occupez aujourd’hui?

Techniquement, je suis entré chez Microsoft en interne en 2006, avant de rejoindre Edelman en 2007. J’y ai gagné un poste fixe au passage, et ai récolté, depuis, différentes responsabilités et points de Gamerscore.

Quel est l'aspect le plus sympa de votre travail ?

Déjà, jouer aux jeux avant leur sortie. Voir des versions non abouties, connaître certaines annonces, des choses qu’on ne peut pas encore montrer, mais être au courant quand même… Il faut avouer que cela procure un petit frisson de plaisir quand on est joueur et qu’on aime ça. Ensuite, il y a une vraie satisfaction de voir dans la presse les résultats d’un travail de longue haleine : quand les tests arrivent pour vos lecteurs, c’est pour nous l’aboutissement de mois de boulot. On est heureux de voir enfin le jeu sortir et d’observer les réactions des joueurs.

Le moins sympa ?

Sans rentrer dans les détails techniques, le job de RP demande une ENORME quantité de reportings. Pour parler français, on nous demande – et tous mes confrères en conviendront – une belle quantité de rapports d’activité, de nombres d’articles parus, de revues de presse en tout genre. C’est complètement normal, car c’est le cœur de notre métier et nous devons démontrer quotidiennement que notre travail est utile. C’est tout à fait supportable, mais, parfois, avouons-le, un peu rébarbatif.

Avez-vous quelques anecdotes à nous raconter ? Votre meilleur souvenir ?

Ca tombe bien que vous me demandiez ça, car je me souviens de la fois où Gizmo avait mis son slip dans… (ah, on me dit dans l’oreillette de changer d’anecdote). Pouf pouf.

Un souvenir qui n’est pas prêt de s’éteindre de si tôt, c’est la visite d’Hironobu Sakaguchi à Paris. Pour la sortie de Blue Dragon sur Xbox 360 en 2007, nous avions eu la joie de faire venir le maître du RPG à l’occasion de Japan Expo. Il avait été convenu que je fasse le malin sur scène pour présenter la conférence. La veille, je me suis rendu sur place : je m’attendais à une grande salle de ciné, et en fait, on était plus proche d’un hangar d’avion, en termes de volume. Le jour J, je suis monté sur scène, particulièrement peu sûr de moi, et j’ai commencé à faire mon speech devant 4000 personnes. Mes mains tremblaient en tenant le micro, et je n’étais même pas certain que Sakaguchi soit là au moment où j’allais prononcer son nom. 50 minutes de stress monumental devant des fans déchaînés. Mais je n’échangerais ces minutes pour rien au monde.

Sinon, des rencontres, surtout… Molyneux, Bleszinsky, Itagaki, les gens de Bioware… Et puis l’E3 2009, mon premier E3 sur place, un rêve de gosse réalisé. J’avoue m’être pincé en contemplant les gigantesques pubs suspendues dans le hall du Convention Center, que je regardais d’habitude en jpeg sur mon navigateur et qui, cette fois, étaient pour de vrai devant moi. Mais ces confessions sont un peu ridicules, je souhaite que cette interview s’arrête maintenant.

imageVotre plus grosse honte ?

Ok c'est bon. Mais alors il faut que je vous dise : je ne me souviens plus de grand chose. A vrai dire, j'ai quelques souvenirs très confus, des visages comme ça, qui me reviennent de temps à autres. Je me souviens surtout d'odeurs, de sensations plus que d'anecdotes précises. D'autant plus que je ne suis pas resté longtemps au Texas. En fait, je ne vois pas ce que je pourrais vous raconter si ce n'est deux ou trois vagues choses qui n'ont guère d'intérêt pour un journaliste. Alors une : je m'en souviens pas, deux : je ne suis pas resté longtemps et cinq : y a pas de cinq.

Travailler dans le jeu vidéo, est-ce un avantage ou désavantage pour séduire ?

Un avantage définitif. Ma copine, qui ne joue pas aux jeux vidéo, pourra vous le confirmer.

 Quels sont les jeux sur lesquels vous avez travaillé et dont vous êtes le plus fier ?


Je suis extrêmement heureux d’avoir travaillé sur des licences aussi fabuleuses que "Gears of War", "Fable" ou "Mass Effect". Ce sont d’excellents jeux, qui correspondent à mes goûts de joueurs… Que demander de plus ?

Le moins fier ?

Fuzion Frenzy 2. Sans commentaire.

Quels jeux de concurrents auriez-vous aimé avoir chez vous ?

"Mass Effect 2" ! Le rachat de Bioware par Electronic Arts a blessé mon petit cœur d’un point de vue purement égoïste. J’aurais vraiment voulu bosser sur cette suite tant le premier opus m’avait séduit. Sinon, la série des "Assassin’s Creed" est brillante. Je lorgne également "Batman : Arkham Asylum" et surtout, surtout, "Deus Ex 3".

Des hobbies, en dehors du jeu ?

Avec des amis, nous révolutionnons le monde de la musique avec notre groupe, "The Yosh Nerims". Le monde n’est pas encore prêt, mais les plus curieux en savent maintenant assez pour trouver nos œuvres.
Sinon, je raffole des romans policiers de James Ellroy et de la science-fiction de Philip K. Dick, mais il est plus que probable que tout le monde s’en foute.

Chez vous, vous avez... un pc, un mac, un iPhone, une DS, une PSP, une 360, une PS3, une Wii ?

J’ai un PC qui date un peu, un iPhone, une DS Tank, une DS Lite, une 360, une 360 debug (c’est pour le travail, les enfants), un GameCube, une Xbox v1, une Super Nintendo, une Game Boy, une manette Atari 2600 avec des jeux embarqués dedans. Et plein d’autres conneries.

Parmi les jeux que vous possédez, y’a-t-il un type de jeu, un titre que vous affectionnez particulièrement ? Pourquoi ?

Un type de jeu… C’est dur à dire. J’ai été élevé dans l’âge d’or 90’s des jeux LucasArts et Sierra On-Line sur PC, donc mon cœur va vers l’aventure. Les titres qui m’ont marqué au fer rouge sont ainsi les Indiana Jones, les Monkey Island, Day of the Tentacle, Sam & Max, les Space Quest… J’apprécie également beaucoup les FPS et les RPG d’une manière générale. Mais dans mon panthéon personnel trônent, sur la première place, deux titres que je ne parviens pas aujourd’hui encore à départager. "Deus Ex" et "Fallout 2", deux chef-d’œuvres du jeu vidéo, monuments inattaquables, que si vous n’y avez pas joué, je ne vous parle plus.

Quel jeu tourne le plus sur votre console/ordinateur actuellement? Qu’est-ce que vous aimez dans ce jeu ?


Mass Effect 2 squatte ma Xbox 360 : j’ai adoré le premier pour la richesse de l’univers et des relations entre personnages, le deuxième continue sur la lancée. J’adore. L’action est certes plus présente, mais je me sens tellement à fond dans mon personnage que cela gomme certains aspects bourrins.
Sur ma DS, je me régale avec le dernier Ace Attorney. Toujours aussi bavard, toujours aussi parfait dans le métro.

imageQuel est le dernier film que vous avez vu ? Etait-ce au cinéma ou en téléchargement ? Si téléchargement, légal ou illégal ?

C’était Alien Résurrection, en DVD. Et juste avant, c’était "Alice au Pays des Merveilles", de Burton au cinéma, en relief. Si la question sous-jacente était « téléchargez-vous en dépit d’Hadopi », la réponse est oui, mais essentiellement pour les séries TV type "How I Met Your Mother" & cie, car je ne saurais attendre deux ans pour voir les séries que j’affectionne. Sue me.

Etes-vous plutôt film ou série télé ?

Les deux, mon général. Je regarde des films récemment sortis comme des classiques des années 30 (grâce à ma copine), et dès que j’ai le temps, je me gave de séries TV, parce que ça tue pas mal.

Qui y’a-t-il en ce moment sur votre playlist de baladeur MP3 ?


Je ne fais pas de playlist parce que, au risque de sonner prétentieux, j’aime écouter les albums dans leur continuité et dans leur intégrité. Je ne suis pas un fan du "random". Donc j’écoute aussi bien les Smashing Pumpkins, les Queens of the Stone Age, David Bowie, N.E.R.D., les Beastie Boys, MGMT, Garbage, le Klub des Loosers, Kanye West, Jay-Z, Bran Van 3000 et j’en passe, mais d’une traite. Et des caisses de podcasts.

Quel est le dernier livre que vous avez lu ?


Ca fait un bail que je ne me suis pas attelé à la lecture d’un roman. Le dernier en date, ça devait être "La lamentation du prépuce" de Shalom Alexander. C’est le souci d’avoir un iPhone et une DS dans le métro : tu ne lis plus. Dans ma liste à lire prochainement, j’ai "American Death Trip" d’Ellroy (oui, je sais, je lagge), "World War Z" de Max Brooks et "Gardens of the Moon" de Steven Erikson. Et plein de BD.

Quel est le petit déjeuner idéal pour bien commencer la journée ?

Café, œufs, bacon et toasts. Mais au quotidien, du café tout seul, ça marche aussi.

Si vous étiez un héros de jeu vidéo, lequel seriez-vous ?


Alors il se trouve que c’est déjà fait, sans que je réclame. La preuve en image.
Sinon, être Sam dans Sam & Max me plairait assez.

Une petite phrase pour les lecteurs de Gamalive ?


Quoi, vous avez lu l’interview jusque-là ? Je ne vous pensais pas aussi résistants devant une aussi belle avalanche de lieux communs. Vous m’avez l’air d’être des lecteurs au dessus de 9000. Cela dit, je n’en doutais pas.

Les déclarations n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas la société pour laquelle ils travaillent.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

0