Chibi Japan Expo : Les impressions d'un Gaijin

 

Publié le Mercredi 3 novembre 2010 à 12:00:00 par Maxime Steinmetz

 

Chibi Chibi Bang Bang

screenComme il est gratifiant de savoir que l'on paye de sa personne pour que des gens moins chanceux que soi puissent vivre par procuration des aventures extraordinaires. Que le conteur est heureux lorsqu'ils sait ses lecteurs transcendés l'espace temps de quelques lignes par son récit haut en couleurs. C'est donc avec bonté que j'ai consenti à me séparer d'une journée de congé payé pour qu'à travers mon regard acéré, les méandres de la Chibi Japan Expo ne soit plus un secret pour vous.

Relativisons de but en blanc. L'événement durait trois jours. Je n'ai pu y être présent qu'une journée et il est évident que je n'ai pu assister à toutes les activités car le vendredi, jour du poisson, je n'use pas de mon don d'ubiquité. Pour avoir un aperçu complet du programme cliquez ici. Moi je vous ferai juste part de mes confidences sous l'oreiller. Coquinous.

C'est au niveau zéro que sont rassemblés la majorités des exposants vendeurs d'articles en tous genres. Je déambule alors dans une foule qui se divise entre amateurs de cosplay et ribambelle de gosses, une plaie. Mais l'ambiance est très bon enfant. La joie est palpable et je me joins volontiers à l'euphorie générale.
 
screen   screen   screen   screen
 
Si je n'étais pas si fauché, je me laisserai aller en acquérant un katana, un kimono, un éventail à l'effigie d'une star nippone qui m'est totalement inconnue pour ensuite aller essayer un ou deux bustiers. Ce n'est qu'une fois ma silhouette et mon look bien redessinés que je m'inscrirai à des cours de japonais pour ensuite m'acheter l'intégrale de Cowboy Bebop ou le dernier numéro d'Ultra Heaven. Mais pour ça gros i need $.

screen   screen   screen

N'ergotons pas le choix est là, bel et bien là. Il y en a pour tous les goûts : du gothique au kawaï en passant par de l'article geek voire carrément nerd jusqu'à la boutique souvenir qu'on croirait tout droit sortie d'un vieux quartier tokyoïte et touristique. En dépit des stands, si le hangar montreuillois dans lequel se déroule l'exposition n'était pas si austère, on serait presque dépaysés. Je fais un tour, deux tours, mitraille et m'en vais jeter un oeil à l'étage.
 
screen   screen   screen

L'ambiance est plus différente et si le tout est plus aéré, c'est également plus triste et peu coloré. Si en bas les uns se remplissent les poches tandis que les autres se font plaisir en les vidant, ici on fait la part belle aux animations, à l'interaction et aux activités artistico-plastiques. Pour être honnête j'ai l'impression de me retrouver dans un centre aéré géant, décoration MJC comprise. Ici et là des gens jouent au Go tandis que d'autres s'essayent à la calligraphie, au dessin, aux origamis ou tentent de transvaser un maximum de billes d'un bol à l'autre à l'aide de baguettes. Exercice périlleux. De nombreuses bornes sur lesquelles tournent SSF4 ou Super Smash Bros (je m'essaye aussi et en exclusivité au tout nouveau Kirby : mini preview à suivre) sont misent à disposition des festivaliers. Salles de projection, de karaoke ou de danse permettent à chacun d'imprimer et d'exprimer le talent. Je me rends compte à l'instant que j'ai raté la scène arts martiaux dans laquelle étaient présentées bon nombre de disciplines tout au long de la journée. Je suis une buse car j'ai tourné en m'ennuyant, avant de quitter les lieux, pendant que mon frère terminait une conférence.
 
screen   screen   screen
 
Dans la deuxième moitié de cet étage se rassemblent éditeurs de fanzines qui, en plus de vendre leurs imprimés, dessinent à la demande. Je ferai alors deux charmantes rencontres. La première étant la jolie brune du fanzine Absolutely Fabulous que je me contenterai juste de prendre en photo car je suis timide et que je la sens très photogénique (à raison). La deuxième étant les deux créateurs du fanzine Dokkun qui présentent un manga pornographique homosexuel. Là bizarrement le courant passe. Il faut vraiment que je revois l'ordre de mes priorités...

screen   screen   screen

Derrière mes nouveaux amis à usage unique,  les gars de la série Noob conférencent et dédicacent. Je n'ai pas le temps de m'attarder, je dois me rendre au sous sol pour être témoin du mal, j'entends par là le défilé amateur de cosplay. J'assiste à la fin du concert Koto de Fumie Hihara, fasciné par sa virtuosité et la manière dont chacun de ses doigts, comme animés par une conscience propre, se promènent sur l'étrange instrument.

screen

screenJe me déplace pour m'assoir par terre afin d'obtenir les meilleures photos (tant que faire ce peu vu la piètre qualité de l'appareil de mon amie Alice D. : votez d'ailleurs pour elle et permettez lui de gagner 1500 euros, ce serait sympa) jusqu'à ce qu'un membre de la sécurité m'ordonne de me ranger par raison de sécurité : "que sinon je risque de me faire piétiner par la foule". J'ai beau lui dire que ça ne sert à rien vu qu'il n'y a pas de foule et qu'en plus, dans dix minutes, dix personnes s'aglutineront au même endroit pour faire leur travail, Il ne veut rien savoir et me dit que je l'empêche de faire le sien. J'évite de l'éclater. Deux mètres de haut pour un de large...trop facile. La suite me donnera raison, je suis à peine assis un plus loin que tout le gratin est devant. J'ai décidé de bouder, je prendrai donc mes photos depuis le côté. Le défilé de Cosplay se passe de commentaire. Ah si un seul ! On notera le côté vicieux de certaines filles qui prennent un malin plaisir à se déguiser en personnages masculins pour mieux s'embrasser et se câliner sur scène.

Une fois ma tache de repérage presque accomplie, je profite un peu plus des stands et pars à la recherche de ce dernier tome d'Ultra Heaven que je ne trouverai jamais : un comble alors que je suis, passez moi l'expression, au coeur du poulet ! J'ai du l'acheter ce dimanche dans le caniveau juste à côté de chez moi. Comme quoi ça ne servait à rien de se déplacer.

Vous le remarquerez sur le programme, il y'avait beaucoup à voir et à commenter. Effectivement un week end complet de présence n'aurait pas été de trop pour profiter de chaque exposant et activité. Même le plus rebuté des néophytes aura pu trouver de quoi se passionner. Mais peut être ont-ils vu trop grand pour le simple gaijin de passage....Enfin j'aurais quand même fait honneur à cette Chibi Japan Expo en m'offrant l'intégrale de Cowboy Bebop. Ne vous reste plus qu'à attendre l'année prochaine pour faire de même. Moi j'y retournerai pour parler à la jolie brune. Chaque chose en son temps, j'ai toute la vie devant moi et mamielachaude.com en attendant. Tchin tchin !

 


image
 

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Images du jeu Chibi Japan Expo : Les impressions d\'un Gaijin :

0