Batman Arkham Knight : Nos premières impressions

 

Publié le Jeudi 27 mars 2014 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Batman Arkham Knight : Nos premières impressions

Batmâle ou Batmou ?

imageAprès Batman Arkham Asylum en 2009 et Batman Arkham City en 2011 (Batman Arkham Origins, sorti l’année dernière, étant signé d’un autre studio), Rocksteady Studios s’apprête à clore sa trilogie du justicier masqué avec Batman Arkham Knight.

Nous avons pu assister à une première démo du jeu. Un jeu qui sort en 2014, nous a-t-on assuré. Sincèrement ? On n’espère pas…

12 mois après les évènements de Batman Arkham City, Gotham est en émoi. L’épouvantail est de retour et a lâché sa toxine de peur sur la ville. 6,5 millions d’habitants sont donc évacués dans un chaos infernal. Seuls quelques policiers restent sur place… aux prises avec d’innombrables bandits. Quand en plus le Pingouin, Double-Face et Harley Quinn s’unissent pour prendre le contrôle de la ville, Bruce Wayne a plus que jamais besoin de renfiler le costume de Batman pour nettoyer les rues.

Ça tombe bien, d’ailleurs, puisqu’en qualité de nettoyeur, il a le droit désormais à un camion-poubelle lui aussi. Bon, d’accord, un chouette camion-poubelle : la batmobile. Sorte de Lamborghini customisée façon Mad Max, elle fait ici son apparition et vous permet de sillonner les villes peinard. Quand on dit peinard, c’est vraiment peinard : il s’agit ni plus ni moins d’un gadget destiné à vous éclater comme un fou. Indestructible, elle explose arbres, murs, piliers, voitures… défonçant tout sur son passage et créant des routes là où il n’y en avait pas.

screenAlors certes, quelques missions permettront de l’utiliser, comme celle dévoilée sous nos yeux où il fallait rattraper une voiture ennemie et la mettre hors d’état de nuire. Ou encore comme ce circuit plein de pièges, de sols qui s’effondrent, ou de portes qui se referment devant vous, imaginé par l’homme-mystère, qui vous proposera tout un tas de défis avec la batmobile (mais pas seulement). Reste que la batmobile, dans Batman Arkham Knight, ce sera surtout de la grosse frime pour s’éclater en parcourant les rues sans se prendre la tête, faire des loopings, conduire sur les murs, voire sur le plafond des tunnels, bref, jouer les kékés. Ne manque que le néon bleu sous la bagnole et les dés en peluche accrochés au rétro et c’est soirée Fast & Furious.

Bref, si le coup d’une batmobile indestructible et finalement assez gadget est une déception, il n’empêche que ce que nous avons pu en voir, en termes de maniabilité et de fun, elle assure réellement et risque d’être une bonne surprise pour nombre d’entre vous.



Pour le reste, on a quand même de grosses, grosses inquiétudes…

screenGotham a été évacué. Ok. On comprend l’idée : le jeu fourmille de détails. La carte, sans aucun téléchargement de zone, ouverte, semble plus grande que jamais. Les rues jonchées de détritus, les innombrables néons, les textures du sol superbes, l’environnement en grande partie destructible… virer les habitants semblait indispensable pour réussir à afficher tout ça à l’écran. D’autant plus que le jeu est développé sur… Unreal Engine 3. Modifié, amélioré, transformé par Rocksteady, certes, mais Unreal Engine 3 quand même… Et c’est là que le bât blesse…
Notre première impression a été « tiens, c’est une démo sur PS3 ? » avant de nous rendre compte que non, c’est sur PC. Du coup, l’inquiétude est grande : le jeu est pété d’aliasing, à vous en faire pleurer les yeux. Certaines textures sont hideuses. A vous en faire fermer les yeux. Et globalement, le rendu scintillant et la résolution qui semblait n’être que du 520p (on peut se tromper, hein, mais franchement, c’était dégueulasse) vous faisait et pleurer les yeux, et les fermer. Les deux à la fois.

screenAlors n’allons pas hurler à la trahison, à l’horreur et dénoncer une réalisation technique merdique. Le jeu est prévu pour la fin de l’année. Ça leur laisse le temps d’améliorer le visuel du jeu. Mais du coup, on se dit que la somme de boulot est telle que pour sortir du 1080p qui ne rame pas (là c’était horrible), qui ne soit pas aliasé, et sans ces innombrables bugs graphiques aperçus çà et là, il leur faudrait sans doute quelques mois de plus. A moins d’un pur coup de génie et de grandes qualités de développeurs.

Je tiens quand même à modérer mes propos, hein. Je le dis et le redis : le jeu est loin d’être terminé. C’était vraiment une version alpha que nous avons vu. J’exprime simplement des inquiétudes, partagées, je tiens à le préciser, avec la majorité des confrères présents lors de cet évènement (reste à savoir s’ils oseront en parler). Bref, restons confiants, puisque Rocksteady Studios est réputé pour faire du bon boulot, mais restons tout de même vigilants parce que c’était quand même bien moche.

screenscreenscreen

screenToutefois, si les développeurs arrivent à surmonter ces problèmes techniques, Batman Arkham Knight risque d’être une nouvelle fois un grand jeu. Graphiquement y compris. En témoignent les effets déjà présents, très réussis : les gouttes d’eau qui perlent sur le costume de Batman, la pluie, les effets de fumée… Vous voyez, il y a de quoi espérer le meilleur, quand même.
Pour le reste, ce sera du Batman Arkham pur jus. Une aventure qui se distille au gré des missions principales, agrémentée de missions secondaires et de défis de l’homme-mystère.
Des combats toujours gérés de la même manière, avec combos et baston contre une tripotée d’ennemis, et quelques interactions avec les décors (exploser un type contre un mur, contre une armoire électrique, et j’en passe). Le tout parsemé de Batman qui batvole avec sa batcape de rues en rues, agrippant son grappin sur les gratte-ciels et les pylônes.

screenPour le reste, nous aurons vu Barbara Gordon, dans son antre secrète. C’est elle qui guidera Batman lors des missions, cachant à son flic de père, James, qu’elle n’a pas quitté la ville. Nous aurons eu aussi la surprise de découvrir très brièvement le nouveau personnage créé par Rocksteady Studios, avec l’aval et sous la supervision de DC Comics… Un nouvel ennemi puissant de Batman… (photo ci-contre).

Bref, on nage en terrain connu. Plus détaillé, plus complet, plus grand, plus impressionnant avec de superbes effets de verticalité (Batman qui plonge d’un building vers le sol avant de se reprendre au dernier moment et planer vers un autre building…), le jeu promet le meilleur. Espérons que les craintes exprimées sur le graphisme, la définition et la fluidité ne nous offrirons pas le pire.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Images du jeu Batman Arkham Knight : Nos premières impressions :

0