Master of Orion, nos premières impressions

 

Publié le Lundi 21 mars 2016 à 14:00:00 par Cedric Gasperini

 

Master of Orion, nos premières impressions

L'un des meilleurs jeux de 2016

imageMaster of Orion  est un jeu développé par Simtex, édité par Microprose, et sorti en 1993. A une époque où beaucoup d’entre vous n’étaient soit pas nés, soit en train de téter leur mère.
Il s’agit d’un jeu de gestion et de stratégie. Un genre baptisé 4X de nos jours. 4X pour « eXplore, eXpand, eXploit and eXterminate ». Ou si vous préférez « eXplore, eXtend-toi en colonisant les terres vierges, eXploite les ressources et eXtermine ces enculés d’ennemis » en français. Enfin, un truc comme ça.

Master of Orion se déroule dans l’espace. Il s’agit donc de développer sa base, créer d’autres bases sur de nouvelles planètes, exploiter les ressources desdites planètes, et construire des vaisseaux de guerre pour aller latter la gueule des autres sales races qui vous empêchent de dominer l’univers et sont un frein à votre mégalomanie galopante.

Master of Orion bénéficie d’un remake, développé par NGD Studios et édité par Wargaming. Le jeu sort cette année et il est actuellement en accès anticipé.

Le but est simple : vous choisissez une race à jouer : Alkari, Bulrathi, Humains, Mrrshan, Psilon ou Sakkra, chacun ayant ses forces et ses faiblesses, son caractère et ses bonus ou désavantages concernant les 3 principaux axes de développement : Recherche, Production et Nourriture.
D’autres races sont à venir dans une prochaine mise à jour, prévue pour cette semaine.


screenUne fois choisi le nombre de races ennemies (commencez doucement, avec 2 ou 3 seulement) et la taille de la galaxie à parcourir, vous voilà prêt à développer votre planète. Il faut construire des équipements et usines pour développer, donc, la recherche, la nourriture et la production. Votre population va croître, vous pourrez la répartir alors selon les places disponibles pour favoriser l’un ou l’autre des axes.
Une fois bien en place, vous pourrez commencer à coloniser d’autres planètes, grâce à des vaisseaux. Chaque planète a plus ou moins de ressources à offrir. Et certaines ne sont pas forcément propices à la vie. Tout dépend d’ailleurs de la race choisie au début. Mais pas de panique, avec un niveau de développement suffisant, vous pourrez à terme terraformer des planètes et les rendre habitables, voire « encore plus habitables ».

screenPendant ce temps, vous procéderez à des recherches : militaires, économiques… A vous de voir quelle branche favoriser en premier. Tout en sachant qu’il faudra faire attention : construire des flottes de vaisseaux de combat pour aller latter les races ennemies, par exemple, coûte extrêmement cher. Avant de vous lancer dans un tel plan, pensez à avoir une trésorerie la plus saine possible.
Parce que se voir sucrer toute une flotte juste au moment de combattre, sous prétexte que vous êtes en déficit, ça la fout mal…

screenscreenscreen

screenLes recherches permettront de développer de nouveaux bâtiments, construire des vaisseaux plus puissants, mieux équipés… Bref, progresser dans le monde.

Bien entendu, vous pourrez décider d’entretenir de bonnes relations avec les autres races. Ce qui n’est pas forcément facile, certaines étant assez belliqueuse et n’hésitant pas à vous attaquer si vous êtes sur leur chemin… D’autres encore veulent avoir accès à votre technologie et vous menacent si vous ne la partagez pas.
A vous donc de ménager la chèvre et le choux. Vous pourrez même, qui sait, faire en sorte qu’ils votent pour vous au prochain conseil et ainsi vous élire « Maître d’Orion ». Le but ultime…

screenQuoi qu’il en soit, nos premiers pas avec Master of Orion nous ont permis de retrouver le même plaisir, le même entrain qu’il y a 23 ans… c’est dire…
Le jeu n’est pas si difficile d’accès qu’il peut y paraître. Justement, c'est bien là le but, et peut-être ce que les aficionados du genre pourront lui reprocher : Master of Orion est un jeu simple. Basique, même. La base du 4X. C'est simple, sans chichi, sans couches et surcouches rajoutées pour rien. Et quelque part... ce retour aux sources est une vraie cure de jouvence. 
Il faudra simplement jouer avec intelligence et réfléchir à comment vous voulez l’emporter : par la force ou par la ruse ?
Alors certes, tout n'est pas parfait et il reste quelques bugs et améliorations à faire.
On a hâte de découvrir les nouvelles races et les nouvelles options, que l’IA soit affinée (parfois, elle a tendance à faire n'importe quoi ou réagir bizarrement), que les pirates n’empruntent pas systématiquement les mêmes routes (surtout quand vous êtes sur ces routes, justement), et tout un tas d’autres petits ajustements (les flottes coûtent peut-être un poil trop cher, il y a des ajustements de fonctionnement et production à faire).
Mais Master of Orion est parti pour être un grand jeu ! Pardon... est parti pour être à nouveau un grand jeu !

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Images du jeu Master of Orion, nos premières impressions :

0