Battleborn : la nouvelle référence du FPS multijoueur ?

 

Publié le Jeudi 24 mars 2016 à 14:00:00 par Cedric Gasperini

 

Battleborn : la nouvelle référence du FPS multijoueur ?

Une très bonne surprise

imageBattleborn sort le 3 mai prochain sur PC, Xbox One et PS4. Nous avons eu le plaisir d’y jouer quelques heures. Tout d’abord, nous avons eu droit à une petite excursion dans le mode histoire. L’occasion de découvrir la campagne du jeu. Lors d’une session en coop, à 5.

L’histoire est assez simple : elle vous sera narrée dans une petite vidéo façon dessin. Les Varelsis attaquent la planète Solus et vous êtes le dernier espoir de la liberté. Vous. Des héros. Derniers remparts. Encore faut-il que vous y arriviez…

25 héros sont disponibles. Chacun a sa propre personnalité, mais aussi ses propres forces et faiblesses, son propre armement, ses propres caractéristiques… A vous de choisir celui qui vous convient le mieux.  Il y a vraiment de quoi faire et nous ne saurions trop vous conseiller de bien les étudier avant de vous lancer dans une partie.
Pour info, notre groupe a eu l’intelligence de choisir une équipe complémentaire. A savoir un soigneur, un personnage qui tire à distance, un gros bourrin et deux autres plus équilibrés. Au final, parmi les trois groupes de joueurs qui ont tenté de faire la mission proposée dans ce mode campagne, nous sommes les seuls à l’avoir réussie.
Pensez donc bien à gérer votre groupe et à faire les bons choix. Personnellement, j’ai choisi Thorn, une sorte d’elfe armée d’un arc.

Chaque personnage a une attaque primaire, une attaque secondaire, une attaque ultime et un bonus passif. Au fil de l’expérience glanée, vous pourrez les faire évoluer, via des choix (deux à chaque fois) qui vous offriront plus de puissance dans l’une ou l’autre compétence ou attaque.


screenNotre équipe a donc parcouru la mission, alternant les extérieurs et les intérieurs d’une base infestée d’ennemis. Premier constat : on ressent la patte Borderlands dans le gameplay. En effet, inutile d’espérer rester planqué et défourailler bien à l’abri derrière une caisse ou un muret. Ici, c’est à l’assaut, sans avoir le temps de respirer. Des vagues d’adversaires vous attaquent, souvent soutenus par des chefs ennemis plus balaises. Vous avez un nombre de vies limité, partagées entre tous. A utiliser avec modération, donc, même si vous en récupèrerez quelques-unes tout au long du jeu.
Et heureusement, vous pouvez soigner vos coéquipiers tombés au combat, avant qu’ils ne trépassent. Vous avez une trentaine de secondes pour ça. Mais si vous tombez tous, c’est le game over assuré.

Il va donc falloir avancer. Encore et toujours. Avec une certaine notion de verticalité puisque les ennemis sont parfois perchés. Vous allez nettoyer des zones, avancer, récupérer du loot…

screenTrès intense, la fin du niveau étant particulièrement retorse avec son boss énorme et difficile à trucider, cette mission de Battleborn nous a, il faut le dire, ravi. Une fois terminée, nous avons tous soufflé de contentement, nous regardant le sourire aux lèvres, et nous félicitant comme après avoir passé une épreuve réputée insurmontable. Ce qui en dit long sur l’intensité du jeu, sur les combats qui pètent de partout, sur le plaisir que nous avons pris également. Les ennemis sont nombreux, pas forcément tous très résistants, mais ils vous submergent aisément et vous font très mal lorsqu’ils vous touchent.

Grâce à une direction artistique réussie et un level design assez sympathique et surtout, qui alterne intelligemment les grands espaces et les endroits plus confinés, cette approche de Battleborn nous laisse présager du meilleur pour la suite.

screenscreenscreen

screenLa même équipe a ensuite pris part à une partie multijoueur du nouveau mode Incursion, face à d’autres joueurs. En 5vs 5. Le mode Incursion, c’est deux camps. Chacun doté de deux pods mobiles qu’il faut détruire. Pour cela, il faut amener vos 5 minions (esclaves) pour désactiver leurs boucliers avant de pouvoir leur tirer dessus.
Tout au long du chemin vers le camp adverse, outre combattre les autres joueurs, vous pourrez récolter des éclats qui vous permettront d’acheter des défenses pour votre base, telles des tourelles fixes, à activer à des endroits bien précis. Sachant que les ennemis pourront tout à fait activer les leurs aux mêmes endroits…
Vous pourrez aussi recruter de puissants mercenaires. Pour ce faire, il faudra d’abord les combattre et les vaincre, afin d’avoir le droit de louer ensuite leurs services…

screenLà encore, il y a un level design bien pensé, un niveau bien fichu et un fonctionnement façon MOBA qui, étonnamment, le fait bien. Le combat fut acharné – mais le résultat sans appel, nous avons écrasé l’ennemi – et là encore, l’entente dans l’équipe est primordiale. Notamment parce que chaque fois que vous mourrez, vous mettez une vingtaine de secondes à réapparaître, voire plus si les morts s’enchaînent trop… et 20 secondes, c’est très long… et ça laisse le temps à l’ennemi de progresser sur la carte.
Là encore, le mode s’est révélé furieux, plaisant, captivant.

Au final, donc Battleborn ne laisse que de bonnes impressions. Vraiment. Original, bien fichu, bien géré, avec un excellent level design, une bonne direction artistique, un gameplay simple et accessible, une action trépidante, il devient un sérieux concurrent pour le FPS multijoueur et pourrait s’imposer comme une nouvelle référence du genre. En tout cas, il en a toutes les armes.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Images du jeu Battleborn : la nouvelle référence du FPS multijoueur ? :

0