FIFA 18 : Nous y avons joué, nos impressions !

 

Publié le Lundi 12 juin 2017 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

FIFA 18 : Nous y avons joué, nos impressions !

Le futur meilleur jeu de foot ?

imageNous avons eu le plaisir de pouvoir prendre en mains pendant plusieurs heures le nouveau FIFA 18. Enfin, quand on parle de plaisir, c’est forcément à relativiser, quand il s’agit d’un jeu qui doit sortir dans 4 mois et qui n’est donc pas en version finale. Il y a toujours donc une impression légèrement biaisée (avec deux i) et des interrogations qui ne seront levées qu’avec la sortie du jeu en version finale.

En attendant, on peut quand même vous exposer les nouveautés et vous donner nos premières impressions. Ça ne mange pas de pain.

FIFA 18 reprend pour la deuxième année consécutive le moteur graphique Frostbite. Bien entendu, de nombreuses modifications et améliorations ont été apportées à ce sujet par rapport à l’année dernière.

Ainsi, le graphisme des joueurs, notamment au niveau du visage, a été amélioré. Les visages sont plus détaillés et il y a plus d’ombres qui permettent un meilleur réalisme. Clairement, en comparant deux personnages, c’est effectivement assez flagrant. Ça ne veut pas dire que les joueurs sont encore parfaits ou que les proportions sont tout à fait justes, mais il y a clairement du mieux sur un point qui avait été très critiqué dans FIFA 17.

D’autre part, sur le terrain, les stades seront plus détaillés. Idem pour la pelouse, ce qui permet d’ajouter un effet de profondeur durant les parties.


screenL’animation des joueurs a été particulièrement travaillée. Les footballeurs auront des animations bien plus importantes et décomposées. Ce qui permet une bien meilleure réactivité face au ballon et des mouvements plus « explosifs ». La Motion Capture a été réalisée « image par image » et il n’y a plus de cassure dans l’animation. Par exemple, quand un joueur court ou qu’un joueur se retourne, il le fait de manière bien plus naturelle et plus réaliste. Les changements de direction sont donc plus fluides et plus rapides.  Cristiano Ronaldo a notamment aidé à la Motion Capture. Et les « stars » du foot auront droit à leur « special moves ». Leurs mouvements spéciaux. Cela inclut les célébrations de buts mais aussi les attitudes et la manière de courir.  Nous avons notamment pu comparer les courses de Benzema et Ronaldo : deux attitudes, mouvements et positions du corps radicalement différents, plutôt bien retranscrits semble-t-il à l’écran.
Il y aura d’ailleurs trois archétypes de joueurs qui serviront de base pour la création de tous les joueurs. Un petit joueur fera par exemple plus de pas pour courir qu’un grand joueur. Ce qui ne veut pas dire qu’il ira moins vite, notez bien.

screenLe dribble a également été revu : les joueurs spécialistes de ce genre d’exercice comme Messi seront plus à même de passer leur adversaire en conservant la balle. Messi sera d’ailleurs très réactif et rapide dans ses changements de direction.

Un nouveau système de tactique et positionnement de joueurs a été introduit : l’IA a été améliorée et les joueurs prennent plus les espaces et viennent proposer des solutions.

Enfin, un « Quick Subsitution » permet de faire un changement sans stopper l’action. En appuyant sur la gâchette droite durant les cinématiques de replay, on peut changer directement son joueur.

On parlera aussi des reprises de volées, plus simples à sortir, ou des centres qui ont été revus : ils seront moins forts, moins hauts, plus « réalistes ». Et cela a son importance comme on le verra par la suite.

screenAutres modifications, le public dans les stades a été retravaillé : mouvements de foule, moins l’impression d’avoir des copier-coller de modèles, et surtout, chaque stade, chaque pays aura son ambiance propre, captée dans les vrais stades.

On se réjouira moins, pour le moment, du retour de The Journey, ou l’histoire d’Alex Hunter, la suite. Le premier opus, l’année dernière, était raté. Espérons que celui-ci sera moins frustrant, pénible et chiant. The Journey Part II proposera 6 chapitres. Le personnage sera personnalisable (tatouages, habits, coiffures) et partira désormais dans des clubs du monde entier, selon vos résultats et votre envie. Il y aura d’autres personnages jouables, et vous pourrez même jouer avec un ami en multi local.

Enfin, le jeu sortira le 29 septembre.


screenNous avons donc joué quelques matches, histoire de voir ce que ce FIFA 18 avait à proposer. Outre une évidente impression de lenteur des joueurs et de l’action en générale, outre une IA des gardiens à la limite de l’acceptable, outre des comportements étranges de joueurs, outre des frappes lourdes et une physique de balle qui manque de légèreté, outre des problèmes de positionnement des joueurs, outre le fait que la possession de balle est un peu trop marquée (il est plus difficile de prendre la balle à un adversaire), nous avons donc pu observer les différents changements et améliorations apportés à ce nouvel opus. Tout en vous rappelant que cette phrase à rallonge ci-dessus qui liste les différents problèmes rencontrés lors du jeu n’est là que pour rappeler que le jeu est encore en développement, qu’il ne faut donc pas le prendre pour acquis, que ce sont des soucis qui ont largement le temps d’être corrigés, mais qui méritent quand même d’être dévoilés parce que bon. On ne sait jamais.

screenMais bref. Nous avons pu effectivement nous rendre compte que les joueurs bougent effectivement de manière plus réaliste et dans des animations plus détaillées. Se retourner d’un seul coup, par exemple, est effectivement plus rapide, instantané, presque, alors qu’avant, il devait tourner sur lui-même. C’est difficile à expliquer sur le papier, je vous assure que c’est flagrant à l’écran.
De la même sorte, les centres sont effectivement moins « précis et efficaces ». Plus bas, moins difficiles à capter pour les défenses et les gardiens. Seul problème, dans cette version, ils étaient… à la limite de l’inutile tellement ils étaient ratés, justement. Et ce même en prenant son temps, une fois le défenseur éliminé. Gageons que les développeurs arriveront à atteindre un juste milieu, selon les cas de figure.
Enfin, l’animation était effectivement très réussie. L’IA un peu moins, mais là encore, il y a le temps pour arranger tout ça.

En tout cas, FIFA 18 s’annonce dans la lignée des précédents opus : hyper complet, très accessible, et avec ce qu’il faut d’innovation, notamment graphique, pour susciter l’intérêt. On attend avec impatience les autres annonces sur le jeu pour se mettre un peu plus l’eau à la bouche.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Images du jeu FIFA 18 : Nous y avons joué, nos impressions ! :

0