Assassin's Creed Odyssey (PC, PS4, Xbox One)

 

Publié le Mardi 11 septembre 2018 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Preview d'Assassin's Creed Odyssey (PC, PS4, Xbox One)

Du bonheur en jupette

imageAprès s’être recentré sur l’action et le grandiose, la série Assassin’s Creed poursuit son Grand Œuvre avec Assassin’s Creed Odyssey. Nous avons pu y jouer toute une journée, histoire de découvrir si oui ou non Ubisoft continue sur la bonne voie.

Tout aussi plaisant et réussi était-il, Assassin’s Creed Origins, sorti l’année dernière, souffrait à mes yeux d’un vrai problème de personnage. Bayek était doté d’une tronche de cake et son histoire, banale, mal gérée et mal rythmée, faisait qu’on ne s’attachait aucunement au héros.
C’est sur ce point-là que j’attendais Assassin’s Creed Odyssey, la série semblant avoir fait le deuil depuis trop longtemps de bons scénaristes.

Le jeu vous permet de choisir entre deux héros. Alexios ou Kassandra. Un frère et une sœur. J’ai personnellement choisi d’incarner la demoiselle. Sachez qu’il ne sera pas possible de passer de l’un à l’autre. Tout choix est définitif pour le reste de l’aventure. Et de l’histoire. Mais que le scénario est le même. Il est juste adapté selon le sexe choisi.
On découvre donc Kassandra, rebelle et légèrement portée sur le pain dans la tronche, qui végète en Cephalonie. Recueillie enfant par Markos, ce dernier est un arnaqueur de seconde zone qui s’est attiré les foudres du Caïd local, le borgne bourrin de service, qui use et abuse de son pouvoir et de ses richesses.
Parce que vous avez quand même une petite envie de justice, vous allez vous opposer à lui et, parlons franchement, lui défoncer proprement la gueule.

Le jeu pose les bases en vous envoyant effectuer des missions principales et secondaires relativement variées. Aller voler un truc, aller buter quelqu’un, découvrir un trésor… Il va falloir alterner entre infiltration et combat. Et vous déplacer, bien entendu. Rapidement, vous aurez accès à une monture pour aller plus vite, sachez-le.


screenGlobalement, c’est de l’Assassin’s Creed pur jus. Les développeurs ne se sont pas embêté à trouver des explications fumeuses sur le fait que notre héroïne saute de hauts promontoires façon « saut de la foi » pour retomber dans un fourré. Ou sur le fait qu’elle soit capable d’assassiner les ennemis non pas avec une lame secrète, mais avec le fer de la lance de Léonidas, le héros de Sparte, dont on apprendra plus tard qu’elle est une descendante.
Mais à ce niveau-là, finalement, on s’en moque. On retrouve tous les ingrédients qui ont fait le succès de la saga.

On grimpe partout et facilement, on combat avec aisance, même si, petite nouveauté, vous devrez frapper, esquiver ou parer avec une nouvelle formule de boutons et un timing précis. Rien d’insurmontable cela dit.

screenL’île grecque est plus vivante que jamais, avec des animaux et des habitants à la pelle. Graphiquement, le jeu envoie une nouvelle fois du lourd. Détails à foison, horizon magnifique, souci du rendu et de la beauté des décors… Odyssey s’annonce encore plus beau, plus incroyable et plus réussi qu’Origins.

Ajoutez un poil de gestion « RPG » avec le fait de récupérer des armes et morceaux d’armures sur les ennemis et, au fil de votre expérience glanée, développer un arbre de compétences pour trouver plus facilement les trésors, être plus efficace dans l’assassinat ou avec l’arc, voire développer des coups spéciaux par exemple. Rien de bien folichon non plus : on trouve généralement des objets et armes selon son niveau, on est loin d’une collectionnite aigue à la Diablo et il s’agira donc de voir si l’on est plus à l’aise avec une épée, une lance ou une masse, plus que de vouloir à tout prix trouver un objet unique ou spécial.

screenEnfin, une fois la première île explorée et les missions terminées, vous découvrirez un terrain de chasse immense, à parcourir avec votre navire de guerre. Là encore, un mode gestion vous permettra d’en augmenter la vitesse et la résistance, et vous pourrez recruter des généraux pour booster l’efficacité de vos lanciers et de vos archers. Le retour des combats navals est accueilli avec plaisir, même si d’un point de vue personnel, j’estime qu’il arrive bien trop tôt dans l’histoire et s’inscrit comme une sorte d’interlude entre chaque chapitre important, mais qui n’influe pas vraiment sur l’histoire principale (du moins d’après ce que l’on en a vu).

L’histoire, justement, semble avoir été vraiment plus travaillée. On découvrira le passé de notre héroïne via des flashbacks savamment distillés et qui, s’ils semblent peut-être trop en dire dès le départ, ajoutent au moins un vrai intérêt au déroulé du scénario. 

On évitera de trop en dire au final, pour se laisser la surprise du jeu complet, mais cette première prise en main d’Assassin’s Creed Odyssey a été un vrai bonheur. Plus agréable, même, que les retrouvailles lors de l’épisode Origins. Parce que mieux rythmé, mieux scénarisé (avec surprises et rebondissements), mieux géré. Bref, pour le moment, on n’en pense que du bien. Vivement le test.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Images du jeu Assassin's Creed Odyssey (PC, PS4, Xbox One) :

0