PES 2015 (PC, PS4, Xbox One, PS3, Xbox 360)

 

Publié le Lundi 10 novembre 2014 à 15:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de PES 2015 (PC, PS4, Xbox One, PS3, Xbox 360)

Quel pied !

imageOh putain quel pied ! Non, franchement, je sais que l’écriture d’un test se déroule généralement de la manière classique avec introduction, développement, conclusion, mais permettez-moi de bousculer les codes d’écriture pour exprimer le plaisir d’un fan de jeux de foot trop longtemps bafoué par de mauvais épisodes.
Putain quel pied ! Allez. Arrêtez cinq minutes vos conneries. Allez me revendre ce FIFA 15 que vous avez acheté en masse comme des moutons écervelés. Une autre petite comparaison animale qui va bien ? Cessez d’être des bœufs. Devenez des taureaux.

Après quelques épisodes d’hégémonie, à régner sans partage, la série Pro Evolution Soccer a sombré dans les méandres de l’oubli avec quelques épisodes qui, s’ils n’étaient pas tout à fait mauvais, n’étaient pas tout à fait bons non plus. La série FIFA en a profité pour grignoter du terrain et s’imposer comme LE jeu de football ultime. Vous pouvez vous retaper tous mes tests depuis des années : j’ai toujours pesté contre l’Intelligence Artificielle calamiteuse de FIFA, des placements hasardeux des joueurs, des sorties stupides des gardiens, d’une lourdeur dans la physique de balle…
FIFA 15 est cette année, très certainement, l’un des plus mauvais épisodes depuis plusieurs années d’ailleurs. Mais rassurez-vous. PES 2015 est là. Et il est excellent.

screenscreenscreen

screenAlors mettons les choses au point de suite. Vous êtes habitués à FIFA. Il va donc vous falloir un temps d’adaptation sur ce PES. Persévérez. C’est clair qu’il faut s’habituer : les passes, les tirs, les touches, les lobs, les centres… tout est dosé au millimètre. Une jauge vous indique la puissance de votre toucher de balle, sachant bien entendu que plus vous laissez le bouton appuyé, plus vous patatez. Du coup, dans l’excitation de l’action, combien de tirs, de têtes, voire même de passes partent à vau-l’eau…
Mais une fois que vous maîtrisez ne serait qu’un tout petit peu la bête, quel bonheur ! De vraies phases de jeux. Des joueurs relativement bien placés sur le terrain. La plupart du temps, quand vous prenez un but, c’est dû à une de vos erreurs ou à un manque de chance. Un attaquant plus rapide ou mieux placé… voire un contre malheureux. Car il y a énormément de contres, dans ce PES. Les joueurs vont vraiment au charbon, mettent le bout de pied ou la jambe quand il faut…

screenAlors certes, sur les passes longues, ils ont tendance à la laisser filer alors qu’ils pourraient l’attraper. Certes, ils ont parfois un petit temps d’arrêt fatal pour prendre la balle… mais rien de bien horripilant non plus. On arrive rapidement à anticiper, à faire de meilleures passes en profondeur, à mieux sentir leurs appels.

On peut reprocher d’autres petites choses à ce PES 2015 qui n’est certes pas parfait. Les gardiens ne couvrent pas toujours bien leur angle quand vous les faites sortir (il n’y a quasiment plus de sorties hasardeuses automatiques).
De la même manière, le fait de ne pas avoir les vraies équipes m’a toujours gonflé (problème de licence verrouillée par FIFA). Et puis sans doute quelques petites choses par-ci par-là qui, au fil du temps et au fil des matches agaceront un brin, comme les joueurs qui ont tendance à se prendre les pieds dans un adversaire à terre au lieu de sauter par-dessus.

screenscreenscreen

screenMais dans l’ensemble, qu’il est bon, ce PES 2015. Quel bonheur. Quel plaisir de sentir de vrais contacts. De vrais duels épaule contre épaule. De sentir que les matches sont physiques, épuisants aussi pour celui qui tient la manette. De tenter, dribbler, chercher à feinter, et hop le petit crochet, et surtout, bien doser son tir pour finir l’action en beauté…

C’est bien simple. Alors que dans FIFA, il se passe très rarement un match sans gueuler contre une action « n’importe quoi », un comportement « naze » dû à l’I.A. pourrie, voire à un but gag ou « abusé », dans ce PES, il se passe très rarement un match sans s’extasier devant une belle action, un beau geste technique offensif ou défensif. Et on se rend compte rapidement que se prendre un but vient de ses propres erreurs ou du talent de son adversaire, et non pas d’un manque de bol en raison d’un comportement bizarre du jeu.

screenscreenscreen

screenA ce titre, je n’ai même pas envie de vous parler du graphisme. Même si les joueurs sont très bien modélisés. Bien mieux que chez le concurrent, si j’osais dire. Les stades, la pelouse sont nickels. Même si certains terrains, soleil et ombres obligent, gênent un peu la vision.
Je n’ai même pas envie de vous parler de la physique de la balle, à la limite de la perfection.

Je n’ai même pas envie de vous parler des modes de jeux dans un menu plutôt clair et bien pensé. Il est divisé en cinq catégories : domicile, qui regroupe les modes les plus courants (League of Masters, Match d’exhibition, UEFA Champions League, My Club et Entraînement). Match, qui regroupe les modes de base (Match rapide, d’exhibition, divisions en ligne, lobby match amical, lobby jeu en équipe, compétition en ligne). Compétition qui regroupe les modes plus complets (UEFA Champions League, UEFA Europa League, Copa Libertarores, Copa Sudamericana, AFC Champions League, Ligue, Coupe), Football Life qui regroupe les jeux de gestion (My Club, League of Masters, Vers une légende). Extra, qui concerne l’entraînement, la modification du nom des joueurs et des équipes, les paramètres en ligne, les options, les réglages…). Classique mais complet donc.

screenNon, j’ai juste envie de vous parler du bonheur de retrouver un vrai bon jeu de foot. De voir que ce PES 2015 est un vrai bonheur, une vraie réussite, un vrai bon jeu. De vous dire que ça fait du bien. Que ça manquait. Que l’on attendait ça depuis bien longtemps. Depuis trop longtemps. Alors permettez que je fasse péter la note qui claque. Même si on pourra dire que je me suis un peu laissé emporté. Mais merde. Quel pied. 

Ce PES 2015 est tellement au-dessus de FIFA 15 que la question ne se pose même pas de savoir lequel prendre. Hésiter entre l’un et l’autre n’est pas même à l’ordre du jour. PES 2015 est LA nouvelle référence des jeux de foot. Le meilleur jeu de foot. Tout simplement.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

PES 2015 (PC, PS4, Xbox One, PS3, Xbox 360)

Plateformes : PC - Xbox 360 - PS3 - Xbox One - PS4

Editeur : Konami

Développeur : Konami

PEGI : 3+

Prix : 60 €

PES 2015 (PC, PS4, Xbox One, PS3, Xbox 360)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 9/10

 

 

Derniers Commentaires

- L'Edito du dimanche par scudik

- L'Edito du dimanche par killmeplease

- L'Edito du dimanche par Tirelipimpon

- L'Edito du dimanche par dieudivin

- L'Edito du dimanche par Quantum

- L'Edito du dimanche par scudik

- L'Edito du dimanche par Aerith

0