Wolfenstein: The Old Blood (PC, PS4, Xbox One)

 

Publié le Jeudi 7 mai 2015 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Wolfenstein: The Old Blood (PC, PS4, Xbox One)

Le retour de l'enfant prodige

imageWolfenstein : The New Order fut une excellente surprise l’année dernière. N’ayons pas peur des mots, ce fut l’un de nos jeux préférés en 2014. Pourtant, rien ne laissait présager un tel succès. Licence en perte de vitesse, premiers aperçus peu encourageants… Mais grâce à un gameplay accessible, une recette simple, doublé d’un scénario parfaitement mené et parfaitement rythmé ainsi qu’une intensité allant crescendo, le jeu a réussi à s’imposer comme l’un des meilleurs FPS de sa génération.

L’annonce d’une « suite » était donc plutôt alléchante, et ce malgré le fait qu’une seule année séparent ces deux opus et qu’il s’agit d’un délai bien évidemment trop court pour développer un jeu de la même ampleur. En guise de suite, Wolfenstein The Old Blood se situe en réalité quelques temps avant les évènements de The New Order. Il s’agit de retrouver le héros, B.J. Blazkowicz, dans deux missions distinctes qui ont fait sa réputation.

Le jeu s’ouvre en l’année 1946. Comme vous le savez, dans cette uchronie, les nazis sont sur le point de gagner la guerre. Les alliés savent déjà que la bataille est perdue. Pourtant, une chose pourrait renverser le cours de la guerre… aller récupérer les documents secrets retenus dans la forteresse allemande d’une savante démoniaque au service du IIIème Reich. Vous faites équipe avec votre ami Wesley sur ce coup. Déguisés en officiers nazis, vous infiltrez les lieux dans une introduction peut-être un poil longuette et surtout trop dirigiste, mais qui ne manque malgré tout pas de charme et d’un moment assez stressant en particulier.
Puis, une fois dans la place, tout va bien entendu aller de travers. Et la baston peut débuter. Une bonne grosse baston des familles qui ne va pas vraiment s’arrêter jusqu’à la fin… Sur fond de tentative de délivrer votre ami Wesley, bien évidemment capturé par l’ennemi, vous allez éclaircir leurs rangs à grands renforts de mitrailleuse, de flingue… voire de double-flingues ou même double-mitrailleuses puisque c’est une des particularités du titre : avoir une arme à chaque main pour un double impact (mais attention, une utilisation deux fois plus rapide des munitions aussi).


screenCette première partie est assez semblable à ce que l’on a pu voir dans The New Order en termes d’armement, d’ennemis (même si quelques nouveaux font leur apparition) et d’ambiance.
Toutefois, on notera quelques différences. Outre deux nouvelles armes, comme le pied de biche (Gordon Freeman inside) ou le Luger P08 à silencieux, il faut quand même signaler que The Old Blood ne retrouve toutefois pas la profondeur de son prédécesseur. La narration y est nettement moins présente. Et l’action nettement plus partie prenante. Une progression bien plus linéaire, peu de temps morts… même les zones plus vastes se transforment rapidement en champs de bataille, vous empêchant d’avancer en mode furtif tant les ennemis semblent avoir des yeux partout. Il n’est d’ailleurs pas rare de se faire repérer alors que vous n’apercevez, vous, personne alentours.
Bref, on se retrouve devant un jeu bourrin, pas forcément très inspiré ou inspirant au final.
Alors attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : The Old Blood reste un bon jeu. Le gameplay est toujours aussi facile d’accès, l’ensemble simple et sympa à jouer, et défourailler à tout va sans plus de subtilité, parfois, ça a aussi du bon. On est simplement un bon cran en-dessous de The New Order en termes d’intérêt et de profondeur.

screenOn appréciera par contre les innombrables clins d’œil aperçus çà et là dans la jeu. Ça ne porte pas à conséquence et ne modifie clairement pas l’ambiance ou le scénario, mais entendre une conversation comme quoi des archéologues auraient trouvé un calice mystérieux (Indiana Jones et la Dernière Croisade) ou encore tomber nez à nez avec le casque de Skyrim dans les artefacts entreposés dans une pièce, voilà de quoi sourire… ou pire, détourner votre attention à des moments où il ne faudrait pas forcément qu’elle le soit…

Notez enfin qu’on retrouve le système de capacités à débloquer au fil de l’expérience glanée, à base de compétences d’armes dont les nouvelles ont été ajoutées, ainsi que quelques actions et mouvements inédits à débloquer.

screenscreenscreen

screenLa seconde partie change radicalement d’ambiance. Nous voilà dans la ville de Wulfburg pour mettre fin aux agissements de Helga von Schabbs, une occultiste qui a trouvé le moyen de rendre les armées nazis insensibles à la douleur, n’ayant plus besoin de se nourrir, insensibles à la fatigue, et uniquement destinés au combat. Des super-soldats. Sur le papier du moins. Puisqu’en réalité, elle a simplement transformé ses hommes en zombies.
Pour le coup, le jeu change d’atmosphère. Et c’est plutôt plaisant, il faut bien l’avouer. On se met à ressentir un petit parfum de Doom, tout en plongeant dans une partie « survival-horror » agréable. Malheureusement, ce que le jeu gagne ici en ambiance, il le perd en variété. On enchaîne les vagues de zombies les unes après les autres, perdant un certain dynamisme.

screenAu final, soyons clairs. Wolfenstein The Old Blood reste un bon jeu. Déjà, il offre 5 niveaux de difficulté. Les deux derniers sont d’ailleurs un vrai challenge qui devrait intéresser les habitués du genre. Il y en a donc pour tous les goûts. Ensuite même s’il ne fait « que » 5 heures de durée de vie environ, le jeu est vendu 20 € seulement. Grosso modo, ça reste un très bon rapport qualité-prix. Le jeu est réussi. Graphiquement sympathique, doté d’une ambiance réussie, d’une action de tous les instants, il est sans nul doute ce qui se fait de mieux dans le genre à l’heure actuelle. Seulement il n’a pas la profondeur et l’atmosphère que l’on pouvait trouver dans son prédécesseur, The New Order. Et ça manque. Clairement. C’est donc une petite déception, forcément. Tout en réaffirmant l’évidence : Wolfenstein The Old Blood est un bon jeu. Fun et prenant. Et à ce titre, quels que soient ses défauts, vous auriez tort de vous en priver.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Wolfenstein: The Old Blood (PC, PS4, Xbox One)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4

Editeur : Bethesda

Développeur : MachineGames

PEGI : 18+

Prix : 20 €

Aller sur le site officiel

Wolfenstein: The Old Blood (PC, PS4, Xbox One)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Wolfenstein: The Old Blood (PC, PS4, Xbox One) :

Derniers Commentaires

- Tous aux chiottes ! par kasasensei

- Tous aux chiottes ! par kasasensei

- Tous aux chiottes ! par kasasensei

- RPG Maker MV pour mars 2019 par Mikis

- A quoi jouez-vous ce week-end ? par Papa Panda

- A quoi jouez-vous ce week-end ? par clayman00

- A quoi jouez-vous ce week-end ? par dieudivin

0