Call of Juarez : Bound in Blood (PS3/Xbox 360/PC)

 

Publié le Mercredi 1 juillet 2009 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Call of Juarez : Bound in Blood (PS3/Xbox 360/PC)

La pelle de Juarez ?

imageSi vous avez un peu suivi notre actualité, la preview de Call of Juarez : Bound in Blood ne laissait rien présager de bon… vraiment…
Autant dire, donc, que j’ai abordé le jeu avec crainte, m’attendant à devoir dire du mal d’un concept qui, à la base, n’est pas mauvais, et qui se déroule dans une ambiance western que j’affectionne particulièrement.

Je vous rassure de suite : Call of Juarez : Bound in Blood n’est pas la grosse foirade annoncée.
Je vous préviens de suite aussi : Call of Juarez : Bound in Blood est tout de même loin d’être une tuerie…

L’histoire raconte celle des frères McCall. Ray et Thomas. Notez que, à part à de rares exceptions, vous pourrez choisir d’incarner l’un ou l’autre à chaque mission.
Ray, le double flingue et dynamite en poche, et Thomas, au lasso et à la carabine. Ce qui d’ailleurs offre quelque fois des possibilités différentes (et des chemins différents).
Personnellement, je préfère quand même jouer avec Ray. Le double flingue jouant pour beaucoup dans cette décision.
Mais bref. Ray et Thomas sont sudistes. Et parce que c’est la débâcle, et parce que leur ferme familiale est en danger, ils désertent. Ils vont secourir maman et petit frère. Mais sur place, ces salopards de nordistes ont mis la région à feu et à sang. Maman est morte. Et ils se retrouvent avec petit frère sur le dos. Petit frère qui suit la parole de Dieu… et ça, quand on suit deux desperados, c’est assez incompatible.
Ray et Thomas vont échouer, de duels et flingages, à Juarez où un trésor conquistador serait soi-disant caché. Ajoutez des bandits, un colonel sudiste revanchard, une jolie mexicaine et des indiens, et le tableau est complet.

Suivant un scénario moins décousu que ce que je craignais dans la preview, mais qui n’atteint pas non plus des sommets, Call of Juarez : Bound in Blood enchaîne les actes sous la voix geignarde et assez agaçant du petit frère, conteur de cette aventure.

Alors pour tout dire, Call of Juarez : Bound in Blood alterne le bon et le nettement moins bon. Voire l’exécrable. Et ça, ma foi, c’est plutôt pénible.

Le bon, c’est par exemple le graphisme. Ok, il y a pas mal de clipping (ces objets qui apparaissent d’un seul coup). Les décors extérieurs manquent cruellement de détails et les intérieurs de diversité. Mais les villes sont sympas. Les animations sont réussies. On sent la poussière, on sentirait presque la sueur, la sécheresse, l’odeur du cheval, le whisky… Bref, c’est joli. On évolue dans l’Ouest sauvage avec plaisir. Dommage, toutefois, que les cinématiques ou dialogues soient parfois si foireux (lèvres qui ne bougent pas en même temps que les paroles, notamment…)

Vous enchaînez les missions, donc, suivant des scripts bien établis, et plutôt contraignants. Inutile d’espérer vous écarter des sentiers battus : votre frère suit la bonne route et s’en éloigner signifie game over. Et ces chemins sont très, très balisés. Quelques passages permettront toutefois de briser la monotonie : entre deux missions, parfois, vous pourrez effectuer des missions annexes, genre débusquer un desperado, protéger un fermier, et j’en passe. Non seulement ces missions s’effectuent dans un décor ouvert où vous croiserez parfois d’autres bandits, mais cela vous permettra également de gagner quelques dollars pour acheter des armes de meilleure facture ou des munitions. Reste que ces missions annexes sont toutes les mêmes dans leur déroulement et finalement, ce sentiment de liberté s’évapore bien vite.

Chemins ultra-balisés et scriptés, donc, qui n’empêchent pas pour autant les bons gros bugs des familles. Du genre vous devez prendre un cheval pour aller à la ferme familiale. Oui mais dans l’échange de coups de feu, les chevaux sont morts : votre frère se met à tourner en rond indéfiniment… et vous devez relancer la partie. Ou alors les fois où vous vous trouvez bloqué pour avoir sauté à un endroit non prévu par les développeurs… des progressions impossibles tant que vous n'avez pas parlé à la bonne personne ou marqué un arrêt à un endroit précis... Des bugs énormes et des choix  franchement pitoyables. Notez que les bugs de collision sont nombreux, sans compter les « vous êtes bloqués par… une bouteille ». Ah ? Oui mais c’est votre faute : fallait pas monter sur la table. Et par terre ? Ah, zut, là c’est un caillou qui m’empêche d’avancer… Faut le contourner…

On parlera rapidement des points de concentration qui permettent de flinguer au ralenti les méchants et qui s’obtiennent… en flinguant des méchants, justement. Ou du fait que vous pourrez ramasser les armes à terre… seulement en échange des vôtres et que le seul moyen d’acheter de meilleures armes est de remplir des contrats ou de trouver des sacs d’or planqués un peu partout (on regrettera d’ailleurs vraiment que ce service minimal n’ait pas bénéficié d’une sorte de traitement à la RPG, avec récupération d’objets, revente, achat, …etc)

Finalement, Call of Juarez : Bound in Blood est quand même un jeu intéressant. Mais raté. Intéressant parce que les personnages sont charismatique, l’histoire est bateau mais sympa, et l’ambiance, globalement, très réussie. Raté parce qu’il y a des bugs, des limitations trop visibles dans les déplacements, une IA moyenne et des duels qui ponctuent les missions et qui sont un peu lourdingues à la longue. Heureusement toutefois, contrairement à la version preview, il n'y a plus de coupures dus aux temps de chargement.  A peine quelques rares ralentissements.

Les modes multijoueurs redressent un peu la barre quant à l’intérêt du soft : que ce soit les classiques deathmatches ou les autres modes (bandits contre shérifs, protection d’une cible, et j’en passe)… jouer contre des adversaires humains qui ont les mêmes contraintes que vous, dans une telle ambiance, offrira véritablement de longues heures de plaisir.

Au final, Call of Juarez : Bound in Blood est donc un jeu « bien mais pas top ». « sympa mais mal fini ». « trop limité mais avec une bonne ambiance ». « limite chiant en solo mais cool en multi ». A vous de voir si le jeu vaut donc ses 70 €. Perso…

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Call of Juarez : Bound in Blood (PS3/Xbox 360/PC)

Plateformes : PC - Xbox 360 - PS3

Editeur : UbiSoft

Développeur : Techland

PEGI : 18+

Prix : 70 € (50 € sur PC)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 5/10

 

 

Images du jeu Call of Juarez : Bound in Blood (PS3/Xbox 360/PC) :

0