FIFA 17 (PC, PS4, PS3, Xbox One, Xbox 360)

 

Publié le Mardi 27 septembre 2016 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de FIFA 17 (PC, PS4, PS3, Xbox One, Xbox 360)

Retour en grâce ?

imageLa saga FIFA règne sans partage sur le monde des jeux de foot depuis quelques années déjà. Loin, très loin devant la série PES, elle est même l’un des jeux qui se vend le mieux en France ces derniers temps. Et pourtant, force est de constater que le gameplay et la prise en main sont depuis deux ou trois épisodes un cran en-dessous de la concurrence… Alors pourquoi FIFA remporte-t-il toujours l’adhésion du public ? Si ici, à GamAlive, on aurait tendance à se dire que vous êtes simplement un peu cons, il y a aussi d’autres raisons, plus objectives.

La première est le contenu pharaonique du jeu. Et ce nouvel épisode FIFA 17 tient toutes ses promesses de ce côté-ci. Deux ligues pour la France, l’Italie, l’Allemagne ou l’Espagne, 4 pour l’Angleterre, sans oublier les premières division du Mexique, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Irlande, Russie, Suède, Suisse, Turquie, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Chili, Colombie, Corée du Sud, Danemark, Ecosse et USA. Deux nouveaux venus cette année : Japon et Brésil font leur apparition. Ajoutez enfin diverses équipes bonus, et une cinquantaine d’équipes nationales. Plus, encore cette année, les équipes féminines.
Vrais noms d’équipes et de joueurs, vrais maillots… FIFA 17 explose toute la concurrence à ce niveau-là, encore cette année. Pas de changement majeur, au final, de ce côté-ci, et on regrettera toujours l’absence d’équipes cultes, au moins nationales (France 98, Brésil 58, Allemagne 90…), même si vu le contenu énorme, on ne pourra pas leur en tenir rigueur.

Idem pour les modes de jeux, toujours aussi nombreux : gestion d’un club, jeu de « cartes » à collectionner avec le FIFA Ultimate Team (FUT), jeu solo, à plusieurs, en ligne, à créer ses coupes, ses championnats et j’en passe…


Plusieurs gros changements ont été apportés à ce FIFA 17, cela dit.

screenTout d’abord, un mode aventure qui vous place dans la peau d’un jeune footballeur anglais, Alex Hunter, que vous devrez aider à gravir les marches du succès jusqu’à l’équipe nationale. Sympathique, bien pompé sur ce que fait déjà NBA 2K, ce scénario n’en est pas moins… légèrement raté au final. Prévisible, extrêmement dirigiste, très pénalisant si vous ratez des matches importants puisqu’il vous faudra alors recommencer, c’est au final un ajout assez moyen, assez décevant, et surtout, on a du mal à se plonger dans cette histoire d’un classicisme navrant.
La base est là, cela dit, et est prometteuse pour les années futures, pourvu qu’EA Sports engage un vrai scénariste et propose une aventure dont les choix auront de vraies répercutions sur le jeu, pour que chacun vive une histoire réellement différente de son voisin.

screenAutre grosse nouveauté, le passage à un nouveau moteur graphique : le Frosbite 3, signé DICE, et qui devient un peu le standard de tous les jeux Electronic Arts. Alors le résultat est assez mitigé selon les avis. La rédaction n’est pas unanime et certains trouvent les traits des visages trop figés, les animations trop raides sur les gros plans, et un manque total d’humanité dans les regards. C’est un peu vrai, effectivement. Mais globalement, le rendu est quand même supérieur à ce qui se faisait jusqu’alors dans la série. La modélisation est soignée, l’animation des vêtements est réussie, les éclairages, notamment naturels (le jour) pendant les matchs sont chaleureux et réalistes. Bref, ce FIFA 17 passe un cap. Les visages fourmillent de détails, les stars sont très ressemblantes… le passage au Frosbite 3 est donc une réussite.
Cela se remarque aussi durant le jeu : les joueurs sont plus alertes, moins patauds, semblent moins lourds, le passage de balle semble plus fluide… Si on regrettera encore que tous les joueurs semblent avoir la même morphologie vu de loin, il n’empêche que visuellement, dans l’animation, FIFA 17 est vraiment un cran au-dessus de la version précédente. Et c’est une très bonne nouvelle.

screenscreenscreen

screenCôté gameplay, on notera un changement en profondeur des coups de pieds arrêtés. Il vous faudra quelques séances d’entraînements ou quelques matches pour réussir à le maîtriser, cela dit. Que ce soit sur les pénaltys, où placer sa balle, tout est désormais plus précis, tout comme sur les corners où vous dirigez également le joueur qui va recevoir la balle. Cela a tendance un brin à casser le rythme, d’ailleurs. Mais globalement, cette gestion des coups de pieds arrêtés avait vraiment besoin d’un coup de jeune, c’est chose faite, et plutôt bien faite au final.

On restera nettement plus mesuré sur l’IA des attaquants, leurs appels de balle en profondeur qui ont tendance à trouer très facilement la défense, et donc à vous offrir d’innombrables occasions de but. On restera également très mesuré face à l’IA du gardien, toujours erratique et au comportement parfois complètement hallucinant. On me dit qu’il y a quand même du mieux… j’attends de voir sur la durée, mais globalement, les gardiens m’ont paru aussi cons que l’année dernière.
D’ailleurs, au niveau du gameplay, FIFA 17, s’il est clairement meilleur que le précédent opus sur quasiment tous les points, reste quand même bien inférieur à son concurrent. En termes de précision, d’IA, de construction des phases de jeu, d’inertie des joueurs, de physique de la balle… Il y a du mieux, je suis d’accord ! Mais ce n’est pas encore ça, avouons-le.

screenOn félicitera, en tout cas, EA Sports pour avoir choisi de remplacer Franck Sauzée aux commentaires. Non pas que le garçon était mauvais, mais le duo Hervé Mathoux-Pierre Ménès fait quelques étincelles et apporte, avouons-le, une certaine fraîcheur. On notera encore quelques ratés, avec des réflexions mal à propos par rapport à l’action sur le terrain, mais il ne s’agit que de réglages systèmes malheureux qui pourront être corrigés par la suite.

Au final, soyons honnêtes : FIFA 17 est meilleur que son prédécesseur. Seulement si vous êtes un puriste, si vous préférez un jeu plus orienté sur le réalisme et non pas sur des matchs très « arcade » dans leur fonctionnement et leur gameplay, vous regarderez chez la concurrence. Si en revanche, vous privilégiez le contenu aux sensations, FIFA 17 est fait pour vous. Du mieux, donc, mais pas encore suffisant pour convaincre tout à fait.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

FIFA 17 (PC, PS4, PS3, Xbox One, Xbox 360)

Plateformes : PC - Xbox 360 - PS3 - Xbox One - PS4

Editeur : EA Sports

Développeur : EA Sports

PEGI : 3+

Prix : 60 €

FIFA 17 (PC, PS4, PS3, Xbox One, Xbox 360)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu FIFA 17 (PC, PS4, PS3, Xbox One, Xbox 360) :

0