Double Dragon IV : le test (PC, PS4)

 

Publié le Jeudi 9 février 2017 à 12:00:00 par Johann

 

Double Dragon IV : le test (PC, PS4)

Distribution de mandales à la chaine

Double Dragon fait partie de ses jeux cultes de la fin des années 80 qui ont été portés sur presque tous les supports possibles et imaginables : des microordinateurs aux consoles 8 bits et 16/32 bits de l’époque (Atari 2600 compris) mais surtout sur bornes d’Arcade.
Double Dragon, c’est un beat them all où les frères Billy et Jimmy Lee vont aller casser des gueules à des gens qui ont osé s’en prendre à la petite amie de Billy, qui répond au doux nom de Marion, séquestrée dans la plupart des adaptations du jeu, afin de forcer nos deux frères à livrer les secrets du Sousetsuken.
Dans un futur apocalyptique, le Sousetsuken qui est enseigné par Billy et Jimmy à qui le veut cet art martial dévastateur, permet aux habitants de se défendre contre le gang des Black Warriors qui entend faire sa loi dans la rue.  Pour parvenir à leurs fins, les Black Warriors enlèvent Marion pour attirer Billy et Jimmy dans un piège et leur soutirer les secrets du Sousetsuken.
Toutefois tout ne se passe pas comme prévu pour les Black Warrior qui vont connaitre la déroute après que Billy et Jimmy aient décidé de régler le contentieux à gros coup de pied dans le cul.
 
La licence a connu quelques égarements lors d’adaptation foireuse en jeu de baston (Double Dragon V) à l’époque où beaucoup se sont essayé lors de l’ère 16 bits de plagier le roi des jeux de baston : Street Fighter 2. Plus récemment le jeu a connu des adaptations de (très) bonne facture comme avec Double Dragon Advance sur la Game Boy Advance, et plus récemment encore avec Double Dragon Neon sur les boutiques de jeux dématérialisées du PC, de la PS3 et de la Xbox360. Sachez aussi qu’un Double Dragon en 3D était aussi sorti sur la Xbox360 (Double Dragon II: Wander of the Dragons) et des homebrews de bonnes factures de Double Dragon sur Dreamcast. Pour terminer, sachez que Super Double Dragon sorti sur SNES ne porte en fait pas le numéro 4, d’où la sortie d’un Double Dragon V avant le IV.
 
La version testée de Double Dragon IV était la version PC disponible sur Steam pour 6.99 euros plein tarif. Les heureux possesseurs de la PS4 auront la joie de débourser 11.99 euros sur le Playstation Store FR.
Faute d’avoir trouvé un comparse de mon niveau, le jeu a été testé en mode solo avec une manette sans fil de Xbox360 sur PC et sa croix directionnelle.
 
Généralité concernant Double Dragon IV :
Pondu par Arc Work System, ce studio intègre dans son équipe de développement des anciens de Double Dragon II. Ce jeu est donc naturellement orienté sur du gameplay rétro et une direction artistique à l’ancienne .
 
Double Dragon IV est un épisode dont l’histoire se déroule juste après Double Dragon II, Double Dragon III étant un préquel de Double Dragon II. Le style graphique de Double Dragon IV est ainsi très largement inspiré de Double Dragon II dans sa version NES, dont il emprunte aussi une grosse partie de sa direction artistique, de son bestiaire et de sa palette de coup. Mais ce n’est pas tout puisque Double Dragon IV introduit de nouveaux ennemis et de nouveaux coups. Concernant Billy et Jimmy, une petite vingtaine de coups sont disponible dans votre panoplie afin de défoncer la gueule de vos ennemis (mais sans jamais les tuer aux dires de nos héros …). Une petite vingtaine, ça semble rachitique dit comme ça mais peu de Beat Them All, même récents, peuvent se vanter d’avoir ne serait-ce que la moitié de ce chiffre hormis chez la franchise Double Dragon.
 

Double Dragon IV, qui s’inspire de Double Dragon II comme nous venons de le voir, affiche des graphismes en mode 8 bits. On se rapproche du pixel art dans sa direction artistique. S’inspirer de Double Dragon II version NES est (à mon avis) le meilleur des choix possible puisqu’il s’agit, à juste titre, de la version la plus appréciée des amateurs de la licence.

Le jeu comporte 12 niveaux, ce qui est bien plus que ses pairs sortis sur NES. Les premiers niveaux sont simples et font presque office de tutorial (surtout le premier), le temps que vous puissiez prendre en mains nos protagonistes et aller botter des culs. Toutefois, il faut savoir que ces niveaux sont relativement courts au vu des standards actuels, mais aussi vaste que les niveaux des versions NES pour les plus petits vous donner une idée.
La difficulté des niveaux augmente de façon assez progressive pour atteindre une difficulté qui pourra rebuter les moins persévérants. Car oui, il n’y a pas de sélection possible des niveaux de difficultés comme dans Double Dragon II sur NES.

Dans la plus pure tradition des Double Dragon, le jeu se divise en phase de combats, parfois sur un seul plan, et de phases de plateformes et de pièges à éviter. 3 vies sont disponibles au(x) joueur(s) et 5 ou 7 crédits sont disponibles selon si vous jouerez en mode 1 ou 2 joueurs, mais nous y reviendrons.
La palette de coups disponible est, considérant l’ensemble des jeux Double Dragon en version Beat Them All, dans la moyenne supérieure donc plutôt honnête. Il y a largement de quoi varier les plaisirs, mais là aussi nous allons y revenir.
 
Par ailleurs, car je n’ai pas encore abordé ce point, je suis assez convaincu que Double Dragon IV puisse tourner sur n’importe quelle machine tant que le prérequis du système d’exploitation est rencontré, c’est-à-dire Windows 7 et supérieur en mode 32 ou 64 bits. En bidouillant je pense qu’on devrait pouvoir faire tourner le jeu sur WinXP.
 
Maintenant, entrons dans le vif du sujet.
 
Le menu de Double Dragon IV :
Sur PC, le menu du jeu se contente du minimum syndical : Le choix de la langue dont le Français parmi les nombreuses autres traductions disponibles de qualité suffisante. Le choix du mode "Histoire" en solo ou à 2 joueurs en local uniquement. Effectivement il n’y a pas de mode 2 joueurs en ligne. Dommage ça aurait pu vraiment être fun.
Concernant ce mode 2 joueurs, les fameux modes 2A et 2B sont de retour. Il s’agit ni plus ni moins d’une mode « friendly-fire » qui est actif en mode 2B, sinon d’une coopération classique en mode 2A sans possibilité pour les joueurs de se blesser accidentellement ou volontairement. Chacun des joueurs peut sélectionner un des personnages débloqués de son choix, sans restriction.
 

Au fur et à mesure de votre progression dans ce mode « Histoire », vous débloquerez les différents personnages rencontrés au cours de votre aventure. Ces personnages seront jouable dans un mode duel décrit plus bas, mais aussi et surtout dans le mode « Histoire » également. Vous pourrez par exemple refaire entièrement le jeu en incarnant Abobo (dans sa version Double Dragon 1, paradoxalement), un des boss emblématiques de la série.
 
Une fois le mode « Histoire » terminé, vous aurez accès au mode « Tour ». Ici il s’agira d’enchainer les niveaux, les étages d’une tour, de progresser et de survivre le plus longtemps aux vagues de plus en plus imposantes et agressives d’ennemis avec une seule et unique vie. Au bout du chemin, soit 100 étages, la récompense à la hauteur de vos exploits vous y attendra.
Je ne m'étalerai plus davantage sur ce mode "Tour" dont j'ai déjà résumé l'essentiel. Pas inintéressant, le coeur du jeu reste son mode "Histoire".
 
 
Un mode « duel » est présent pour permettre à 2 joueurs de se foutre joyeusement sur la tronche comme on pouvait le faire sur la version NES de Double Dragon I. Vous pourrez vous déplacer de la gauche vers la droite ainsi que dans l’axe de la profondeur, sur des niveaux dédiés de taille raisonnablement importante mais pas trop, juste ce qu’il faut pour trouver de l’espace ou aller chercher et provoquer l’adversaire. En duel, vous aurez le choix parmi tous les personnages débloqués grâce au mode « Histoire » dont chacun à sa panoplie de coups, et certains ont accès directement à des armes (shurikens, couteaux…), que ce soit dans ce mode « duel » ou « Histoire ».
 

 
Enfin un mode « options et config » on ne peut plus austère : Le volume et le choix de la musique en mode standard ou rétro (en MIDI purement 8 bits), la configuration à volonté des touches de la manette ou du clavier et puis c’est tout.
Pour agrandir la fenêtre du jeu, il vous faudra, sur PC, presser la touche « F2 » autant de fois que nécessaire, chaque itération correspondant à un multiple du ratio de votre résolution d’écran déterminera la taille de la fenêtre de jeu.
 
Pour naviguer dans les différents modes du jeu, on utilisera les directions Haut et Bas, le choix du nombre de joueurs se fera grâce aux directions Droite et Gauche, la validation avec le bouton coup de poing.
 
Gameplay de Double Dragon IV :
La plus grosse section de ce test sera consacrée au gameplay de Double Dragon IV. En effet, c’est à lui que vous aurez affaire en termes d’expérience de jeu dès les premières minutes de contact, et c’est probablement cette partie qui intéressera un joueur de Beat Them All en quête d’information sur ce titre.
 
Chaque joueur commencera la partie avec 3 vies, chaque vie étant subdiviser en 8 carrés de points de vie, comme dans Double Dragon II sur NES. Une fois vos carrés de vie ou point de vie épuisés, c’est la mort et vous reviendrez si vous avez encore assez de vie. Si vous n’avez plus de vie, alors vous consommerez un crédit qui vous fera revenir à l’endroit ou proche de l’endroit où vous étiez. En mode solo vous aurez droit à 5 crédits (ou continus) et 7 en mode 2 joueurs.
Dans les niveaux et les passages de plateformes, un mauvais saut droit dans le vide ou dans des pics et vous perdrez une vie entière. En mode solo ces passages seront plus faciles à franchir qu’à 2 joueurs à cause du partage de l'écran.
 
 
Plus vous avancerez dans le jeu et plus les ennemis vous enlèveront des points de vies, notamment les boss qui pourront occasionnellement vous enlever quasiment tous les carrés de votre barre de vie en un seul coup.
 
Le déplacement est intuitif : gauche et droite vous permettront d’avancer et reculer, haut et bas vous faisant aller dans la profondeur du plan quand cela est possible.
Les attaques sont aussi assez intuitives, en tout cas les attaques de bases. Les coups de poing sont accessibles avec une touche, et vous pouvez les enchainer avec un débit plus que convenables. Les coups de pieds se feront vers l’avant, contrairement à Double Dragon II. Par ailleurs, les touches des coups de poings et de pieds ne s’inverseront plus en fonction du sens où vous irez.
Les sauts sont disponibles, soit comme d’habitude en pressant coup de poing et coup de pied simultanément, soit en configurant votre touche de saut qui vous donnera le même résultat à l’aide d’un seul bouton. C’est peut être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire que beaucoup de joueurs ne seront plus frustrés de rater leurs sauts. Vous comprendrez bien que cette modification permet d’appréhender bien plus sereinement les phases de plateformes que Double Dragon IV va vous offrir.
Lors d’un saut, vous pourrez assenez un coup de pied en direction d’un ennemi. Ce même coups de pied bien timé à l’apogée de votre saut vous permettra de réaliser votre fameux « coup de pied hélicopter » qui tournoie autour de vous, et dégage aussi le passage des groupes d’ennemis trop collant.
 
Un coup de poing enclenché quand un ennemi sera estomaqué, généralement après 2 coups de poing ou un coup de pied, vous permettra de sortir au choix un uppercut ou un coup de pied tournoyant. Timer vos coups au moment où vous vous releverez depuis une position à genou vous permettra comme dans Double Dragon II de déchainer certains coups dévastateurs. Par ailleurs, vous pourrez toujours attraper un ennemi estomaqué par la tête pour lui balancer au choix un coup de coude ou un coup de genou dans la tronche, un coup de pied vertical dans les dents ou un Ippon Seoi Nage qui l’enverra voltiger derrière vous.
 

Pour Billy et Jimmy, vous aurez aussi accès à des coups plus avancé et des super coups. Le coup de coude est capable de toucher un ennemi arrivant dans votre dos, un coup de tête permet de dégager le passage devant vous, un coup de pied retourné basculera votre adversaire vers l’arrière, un saut où vous projetterez votre corps en avant enverra voler vos ennemis, le fameux coup de genou projeté en avant de Double Dragon II est aussi de la partie. Billy aura aussi accès à un coup de coude porté au sol à un ennemi à terre alors que Jimmy portera un coup de pied partant du haut vers le bas quand un ennemi sera estomaqué.
Les autres personnages jouables et débloqués auront chacun leur panoplie de coup et de super coups propres qu’il vous faudra découvrir.

Durant l'aventure, vous trouverez diverses armes plus ou moins efficace, beaucoup provenant de Double Dragon I et II. Placez vous au dessus de l'arme et utilisez le coup de poing pour la ramasser. Parfois vous pourrez vous en débarrasser en la jetant mais pas toujours. Si un ennemi vous blesse, l'arme tombera au sol. Libre au premier qui la ramassera de s'en servir: allié comme ennemis.
Vous trouverez également des caisses géantes que seuls Billy ou Jimmy pourront soulever. Ces caisses géantes feront plus de dégats sur les ennemis qui la recevront en pleine tronche. Mais ce n'est pas tout. Ces caisses, une fois brisées, pourront fournir des armes et/ou des ennemis, même des boss! Donc restez sur vos gardes.
Dans Double Dragon, contrairement aux autres jeux du genre, vous ne trouverez pas d'objet pour remonter votre santé. Par contre votre santé sera au max chaque fois que vous reprendrez au début d'un nouveau niveau.
 
Les ennemis pourront arriver par vague plus ou moins importante selon le niveau dans lequel vous évoluerez, composé d’ennemis de bases et/ou de boss. D’abord de taille réduite, les groupes d'ennemis pourront venir vous chercher des noises par paquet d’une dizaine d’individu. Ces derniers ont une IA assez développée pour vous surprendre lors de vos premiers contacts, mais elle reste assez prévisible au(x) joueur(s) expérimenté(s) pour gérer autant d’ennemis simultanément. Les ennemis ont aussi des coups spéciaux et l'IA des ennemis est prête à s'en servir, souvent au bon moment pour elle et le pire pour vous, notamment quand vous avancerez dans les niveaux du jeu.
Malgrè le nombres de personnages important affichés à l'écran, ce Double Dragon IV vous fera grâce des emblématiques clignotement de sprites de l'ère 8/16 bits. Le jeu est d'apparence 8 bits mais débarrassé de plusieurs limitations techniques de l'époque, notamment d'affichage, et c'est tant mieux.
 

 
Point jouissif du gameplay de Double Dragon IV : les combos. Vous pourrez en effet enchainer plusieurs coups de base ou des coups avancés à vos adversaires encore à portée. Ces combos peuvent littéralement être dévastateur à celui qui sera en maitriser l'art. En mode 2 joueurs, il sera possible également d’enchainer vos adversaires, un joueur pouvant commencer un combo que le second pourra compléter.
 

Pour les coups avancés, il vous faudra un minimum de timing. Si vous avez dosé Double Dragon II sur NES, vous aurez assez vite un taux de réussite proche de 100% sur toute votre panoplie de coups. Pour les autres, persévérez un peu et vous devriez vous en sortir honorablement. En effet, la fenêtre d’images (frames) où un coup avancé comme le coup de genou projeté en avant est permis est relativement large. Le jeu est donc plus accessible de ce point de vue que ne l’était son grand frère Double Dragon II.
Les HitBox (un masque de collision rectangulaire où le jeu considère qu’il y a ou non collision dans cette zone) sont assez large (mais pas exagérément), parfois déroutantes, à votre avantage mais aussi à votre désavantage. Méfiance donc.

Des succès seront à débloquer dans ce Double Dragon IV (29 sur Steam). La liste vous en sera masquée. Il faudra donc les débloquer à tâtons pour platiner le jeu. Loin d'être indispensable, ils ont le mérite d'être là et de vous laisser chercher seul comment les débloquer.
 
Les niveaux du mode histoire :
12 niveaux devront être complétés pour terminer le mode histoire du jeu. Durant cette traversée, le jeu vous proposera des musiques originales (en version standard ou MIDI 8 bits) et des remix (idem) de titres provenant des versions antérieures de la franchise Double Dragon. Dans l’ensemble c’est plutôt bon. L’ambiance musicale de Double Dragon est bien là. L’ambiance sonore fait aussi bien le boulot et le feedback de vos coups ou de vos ennemis est assez bien rendu, là encore dans l’esprit d’un Double Dragon II sur NES.
Le level-design est aussi diversifié et pensé de ce qu’un Double Dragon II faisait à l’époque. Avec Billy et/ou Jimmy, une petite cinématique en images fixes vous expliquera l’histoire et ses évènements durant votre progression. Pas indispensable mais toujours sympathique et suffisamment bien fait, à la sauce 8 bits.
 
Avec une maitrise suffisante du jeu, les 12 niveaux s’enchainent assez rapidement. Parfois la transition des niveaux vous semblera violente. Vous en terminerez certains en vous rendant compte que la cinématique de transition apparait. C’est un point que certains apprécieront en argumentant que si la fin d’un niveau arrive trop vite c’est qu’il était intéressant ; d’autres trouveront dommageable ou intolérable des fins de niveaux parfois si abruptes.
Comptez une bonne demi-heure à une heure selon votre niveau pour terminer le jeu d'une traite.
Un point accessoire, mais ce jeu a un bon potentiel de speedrun pour les amateurs.
 

La difficulté du jeu augmente au fur et à mesure de votre avancé dans les niveaux du jeu. Les ennemis seront toujours plus nombreux, plus fort et plus belliqueux. Malheureusement la difficulté du jeu a été équilibré avec une truelle voire une pelleteuse. Votre barre de vie pourra ainsi être plus que sérieusement entamée au contact malheureux avec certains ennemis, dont l’acharnement sur votre personne encore à terre pourra vider votre stock de vies ou de crédits à la vitesse de l’éclair pour les joueurs débutants et même aguerris. Il vous faudra exploiter le meilleur des capacités de votre personnage pour terminer le mode histoire du jeu avant le game over.
 
Conclusions :
Double Dragon IV transpire le jeu NES et particulièrement Double Dragon II. C’est un hommage non caché à Double Dragon 8 bits dont il s’inspire beaucoup sans pour autant le plagier. En fait, on pourrait presque l’appeler Double Dragon II Advance tant ce Double Dragon IV est à Double Dragon II ce que Double Dragon Advance était à Double Dragon 1 : c’est à dire un jeu plus riche et plus évolué sur certains points.

Qui de Double Dragon II ou IV est le plus fun ?
En fait, ça va dépendre de comment vous étiez doué à Double Dragon II, réservé quelque part aux puristes ou une élite de joueurs capables de sortir presque à volonté la panoplie de coups disponible. Dans Double Dragon IV, les coups sortent plus facilement et les joueurs débutants (avec la franchise ou ce jeu en particulier) trouveront et exécuteront assez de coups puissants pour s’amuser rapidement.
Ceux qui dosent ou ont dosé Double Dragon II trouveront cette accessibilité à certains égards frustrante et les privant d’un certain challenge tant ce jeu pouvait et peut être frustrant à terminer (en Supreme Master cela va de soit). Mais n’oubliez pas que l’équilibrage de Double Dragon IV est fini à la pisse des bois sauvages et que même pour cette catégorie de joueurs dont je fais partie, terminer le jeu ne sera pas gratuit. Les joueurs moins doués pourront donc passer un moment avant de voir la fin du mode « Histoire » pour peu qu’il persévère. Les passages de plateformes ne sont pas rédhibitoire, voire même agréable.
 

Pour ma part, Double Dragon IV mérite la note de 4,5 étoiles sur 5, retirer entre une demi-étoile à une étoile en fonction de votre affinité avec la franchise ou le genre Beat Them All. Si vous êtes allergique aux jeux rétro, passez votre chemin, on ne peut pas faire plus dans le rétro que ce Double Dragon IV. Mais à l’heure actuelle, vous ne trouverez pas de Beat Them All fraichement sorti qui vous offrira cette richesse de coup et de gameplay apportant rapidement du fun.
Double Dragon IV méritait mes 7 euros vu que je suis un fan de jeu rétro mais surtout de la franchise (dont j’avais refait la plupart des versions que je possède avant la sortie de ce Double Dragon IV).
Pour 12 euros sur le Playstation Store, je comprends que certains freineront des 4 fers. En promo et si un Beat Them All accessible vous tente, allez-y.
 
Mais alors, si j’ai aimé ce Double Dragon IV tant que ça, pourquoi n’a-t-il pas eu ces 5 étoiles ?
A cause de son équilibrage douteux notablement vers les derniers niveaux, des tableaux parfois un peu court quand on a un gros niveau sur le jeu, et l’absence de mode 2 joueurs en ligne.
 

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Double Dragon IV : le test (PC, PS4)

Plateformes : PC - PS4

Editeur : Arc System Works

Développeur : Arc System Works

PEGI : 12+

Prix : 6.99€ (Steam), 11.99€ (PS4 Store)

Aller sur le site officiel

Double Dragon IV : le test (PC, PS4)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0