Death Squared (PC, PS4, Xbox One)

 

Publié le Mardi 18 avril 2017 à 14:00:00 par Walid Hamadi

 

Test de Death Squared (PC, PS4, Xbox One)

On se prend la tête au carré

imageQuand Cedric est tombé sur ce jeu de puzzle pas si petit que ça, il s’est retrouvé bien embêté. A quel esprit supérieurement intelligent pouvait-il faire appel pour l’aider à venir à bout de ce divertissement retors faisant appel à tous les sens les plus développés et des zones du cerveau inconnues à la plupart des mortels ? Bon, comme il n’a trouvé personne qui correspondait, il m’a refilé le bébé en espérant que ce lui qui vienne à bout de moi et de ma minuscule patience.

Car il est vrai que SMG, le studio indépendant australien derrière Death Squared, nous a concocté un bon petit concentré d’énigmes en 3D. Ces deux termes résument tout de ce soft qui semble simple vu comme ça, mais dont la prise en main est finalement délicate si vous n’avez aucun ami avec qui partager l’expérience.

Death Squared a beau pouvoir se jouer seul, il vaut mieux s’y attaquer à deux si on veut espérer en voir le bout sans jeter sa manette de frustration par la fenêtre. Comme vous le verrez plus tard, c’est un atout mais aussi une tare pour ce jeu de réflexion.

Pour son premier jeu à atteindre les consoles que sont la PS4 et la Xbox One, SMG (non pas Sarah Michelle Gellar la superbe actrice qui incarnait la non moins magnifique héroïne Buffy, tueuse de vampire qui fête en ce moment ses 20 ans) a choisi de vous mettre aux commandes de deux robots sujets d’expérimentations sur l’intelligence artificielle. L’histoire n’est pas très poussée, ni originale, ni même vraiment intéressante en soi.

Mais tout au long du mode histoire, vous aurez droit entre chaque niveau à un dialogue entre David, le superviseur des tests, et sa collègue Iris, le système sur lequel les tests sont effectués. Du déjà vu, je vous dis. Mais au moins, les dialogues sont plutôt sympathiques et surtout, parfaitement interprétés. C’est la moindre des choses direz-vous, quand c’est la seule ambiance à laquelle on a droit en dehors des musiques pas mauvaises mais complètement oubliables.


screenDe toute façon, nous sommes là pour les casse-têtes. Deux robots cubiques donc, un rouge et un bleu, évoluant sur d’autres cubes, inertes eux, pour aller d’un point A à des interrupteurs B et B’, un pour chaque couleur. Entre ces deux points, des obstacles tels que des changement de niveaux, des lasers ou d’autres cubes réagissant aux mouvements des autres pour vous pousser hors de la plateforme. Le tout, agrémentés des couleurs de vos sujets qui auront des effets sur seulement l’un ou l’autre des robots. Par exemple un laser bleu détruira votre boîte rouge et des piques rouges, celle en bleu.

Voilà le principe est très simple. La pratique elle, est beaucoup plus complexe. D’abord parce que le level design est quasi-parfait. Les puzzles sont très bien fichus et vous passerez votre temps à cogiter sur 80 niveaux solos (ou à deux) toujours plus retors. Les 15 premiers sont des niveaux tutoriels, mais, chose agréable, on ne vous prend pas par la main pour vous expliquer les bases. Ce sera à vous de comprendre les mécaniques du jeu et le gameplay.

screenNous avons joué à la version PS4, et même si le jeu est disponible sur Steam, la manette est l’outil le plus simple pour appréhender Death Squared. A deux, c’est à peu près facile de se déplacer. Mais tout seul, avec une Dualshock, le stick gauche vous sert à bouger un robot, et le droit un autre. Et là vous connaissez l’enfer si comme moi, vous devez calculez avec précision la trajectoire de votre bras plusieurs secondes à l’avance dans l’espoir de réussir à serrer une main correctement.

C’est comme ce petit exercice qui consiste à vous tapoter la tête d’une main et caresser votre ventre de l’autre. Ce puzzle met vos réflexes moteurs à l’épreuve et vous allez en baver. D’autant que se repérer avec précision dans l’environnement proposé n’est pas aisé. Et comme les déplacements sont totalement libres et que vos robots ne sont pas « aimantés » aux cubes qui vous servent de plateforme. Vous allez confondre l’un des deux sticks et une direction tout le temps et tomber inévitablement dans les abîmes des robots.

screenscreenscreen

A la fin de chaque niveau, une note est attribuée à chacune des machines selon le temps qu’elle aura mis à rejoindre son plot et le nombre de tentatives qu’il lui aura fallu. Si vous voulez des perfect partout, accrochez-vous. D’autant que si la courbe de difficulté est plutôt régulière, on peine à grimper la pente à partir des niveaux 25-30. Qu’on a atteint en deux heures environ. A vous de voir donc combien de temps vous mettrez pour faire les 80 niveaux.

screenEn mode multijoueur, il n’y en a que 40. Nommé « Party », ce mode vous demande de déplacer non pas 2 mais 4 cubes dans des niveaux dessinés pour. Le plus drôle : vous pouvez aussi y jouer en solo avec une seule manette si vous êtes maso !

En somme, si vous adorez les casse-tête, Death Squared est fait pour vous. Design impeccable, progression satisfaisante et dialogues amusants qui peuvent peut-être en irriter quelques-uns cependant à la longue. Ajoutez à ça la satisfaction du travail d’équipe et vous avez là un must-have dans le genre. Trois bémols néanmoins : le jeu est pour l’instant entièrement en anglais, le gameplay est en lui-même une grosse difficulté quand on est seul et le prix est assez salé. 21 € sur le PS Store, 21 € sur Steam et Xbox, c’est le prix fort pour ce genre de jeu qui n’offre pour l’instant ni online, ni une grande variété d’ambiances ou même de mini-jeu.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Death Squared (PC, PS4, Xbox One)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4

Editeur : SMG Studio

Développeur : SMG Studio

PEGI : 3+

Prix : 20 €

Aller sur le site officiel

Death Squared (PC, PS4, Xbox One)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Death Squared (PC, PS4, Xbox One) :

Derniers Commentaires

- L'Edito du dimanche par scudik

- L'Edito du dimanche par killmeplease

- L'Edito du dimanche par Tirelipimpon

- L'Edito du dimanche par dieudivin

- L'Edito du dimanche par Quantum

- L'Edito du dimanche par scudik

- L'Edito du dimanche par Aerith

0