Wonder Boy: The Dragon's Trap (PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch)

 

Publié le Mercredi 19 avril 2017 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Wonder Boy: The Dragon's Trap (PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch)

Jeu culte pour remake de qualité

imageSérie culte des années 80, sorti sur borne d’arcade par Sega, Wonder Boy a connu six jeux avant de tout doucement s’éteindre au milieu des années 90. Une série que les moins de 40 ans ne connaissent sans doute pas. Et d’ailleurs, ils n’ont sans doute jamais joué à Wonder Boy III: The Dragon's Trap, sorti en 1989 sur Game Gear et Master System (et porté deux ans plus tard sur PC Engine).

Il est temps de réviser ses classiques et de pallier ce manque : Lizardcube, un studio français, a décidé de développer le remake de ce Wonder Boy III: The Dragon's Trap (et du coup, de le renommer Wonder Boy: The Dragon's Trap en virant le III) et de le sortir sur PC, PS4, Xbox One et Nintendo Switch.

Alors certes. On sait ce que valent les remakes : généralement pas grand-chose. Quelques bout de codes ajoutés çà et là pour de meilleurs graphismes, et zou, on vous vend le truc plein pot, histoire de se faire un max de thunes pour un minimum d’efforts. Sauf que cette fois-ci, le monde du remake est tombé sur un studio rebelle : ils ont décidé de faire un excellent boulot.

Première interrogation : considéré comme l’un des meilleurs, voire même le meilleur, jeu sur Sega Master System lors de sa sortie, Wonder Boy: The Dragon's Trap a-t-il bien vieilli ? Deuxième interrogation : Les mécaniques de jeu sont-elles adaptées aux consoles actuelles ? Troisième interrogation : vaut-il réellement ses 20 € ?

Wonder Boy: The Dragon's Trap débute là où Wonder Boy II se finit. Vous allez d’ailleurs jouer cette fin : un combat contre un grand dragon. Une fois vaincu, ce dernier lâche toutefois une malédiction qui vous transforme en petit dragon vert replet et ridicule. Pour retrouver votre forme originelle, une seule solution : aller bastonner d’autres dragons… et en passer forcément par d’autres malédictions…


screenWonder Boy ou Wonder Girl ? C’est l’un des ajouts des développeurs par rapport au jeu d’origine : vous pouvez jouer une fille… Et le jeu se renomme de lui-même Wonder Girl. Amusant, ça n’apporte strictement rien à la jouabilité et finalement ne modifie pas le jeu d’origine, mais c’est une bonne petite idée.

Le jeu est ultra-accessible : simple à prendre en main, il vous propose un bouton pour le saut, un pour la frappe ou le tir et un bouton pour un pouvoir spécial. Le quatrième est dédié à un menu vous permettant de sélectionner ce dernier. Au fil de l’aventure, vous allez donc vous transformer en tout un tas d’animaux. De dragon en souris, en aigle ou en lion, voire en Piranha, chacun ayant ses propres atouts et ses propres faiblesses.
Vous pourrez également équiper votre héros, même sous sa forme animal, d’une armure, d’un bouclier et d’une arme. A renouveler et à acheter au fil de l’aventure et au fur et à mesure que vous récoltez les pièces que lâchent vos ennemis en mourant. Le jeu pousse d’ailleurs à la dépense et vous incite constamment à vous rendre chez l’armurier sous peine de bien galérer dans les niveaux.

screenAu passage, sachez que le jeu oscille entre le difficile et l’accessible en difficulté normale. Le niveau « difficile », avec l’ajout d’un sablier qui vous fait perdre de la vie à chaque fois qu’il s’écoule, est à réserver aux habitués du jeu… Bref, optez peut-être pour la difficulté « facile » si c’est votre premier voyage dans l’univers de Wonder Boy.

En attendant, il faudra diriger votre héros à travers tout un tas de niveaux labyrinthiques. Entre jeu de plateformes et d’action, il vous permettra de sauter, vous baisser, nager… et affronter crabes, serpents, nuages et autres mini-dragons, pour ne citer qu’eux. Et quand on parle de niveaux labyrinthiques, l’introduction va vous plonger en plein dans cette idée de level design bien particulier, à revenir au début du niveau si vous choisissez le mauvais passage… ou à un précédent endroit si vous ratez un saut…

Quoi qu’il en soit, le constat est clair : le jeu est toujours aussi fun et agréable à jouer. Vraiment. Un excellent jeu qui, pour le coup, a bénéficié d’un excellent portage. Lizardcube a fait un boulot exceptionnel. Le lifting est impeccable et transforme le jeu en jeu moderne et actuel tout en respectant parfaitement l’ambiance et la quintessence du jeu original. Jeu original sur lequel on passera directement en appuyant sur une gâchette. Même les musiques ont été réorchestrées avec brio.

Bref, Wonder Boy: The Dragon's Trap est plus qu’un simple remake d’un vieux jeu : C’est une tuerie.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Wonder Boy: The Dragon's Trap (PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch)

Plateformes : PC - Wii U - Xbox One - PS4

Editeur : DotEmu

Développeur : Lizardcube

PEGI : 7+

Prix : 20 €

Aller sur le site officiel

Wonder Boy: The Dragon's Trap (PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Wonder Boy: The Dragon's Trap (PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch) :

Derniers Commentaires

- L'Edito du dimanche par scudik

- L'Edito du dimanche par killmeplease

- L'Edito du dimanche par Tirelipimpon

- L'Edito du dimanche par dieudivin

- L'Edito du dimanche par Quantum

- L'Edito du dimanche par scudik

- L'Edito du dimanche par Aerith

0