Warhammer 40,000 : Dawn of War III (PC)

 

Publié le Vendredi 28 avril 2017 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Warhammer 40,000 : Dawn of War III (PC)

De feu et de sang

imageAprès deux épisodes particulièrement réussis (et toujours d’actualité si vous arrivez à remettre la main dessus), la série des Warhammer 40,000 : Dawn of War revient avec un troisième opus. Il est toujours signé Relic Entertainement et ne sort plus chez THQ, dépôt de bilan de l’éditeur oblige, mais chez Sega. C’est peut-être ce qui justifie, d’ailleurs, le temps écoulé depuis le dernier jeu. Dawn of War II est sorti en 2009… et même si sa dernière extension est sortie en 2011, cela fait quand même 6 ans que la saga n’a pas remis les pieds sur nos PC…

Aujourd’hui, donc, Relic Entertainment remet le couvert avec Warhammer 40,000 : Dawn of War III. Avec toujours cette volonté de ne pas se cantonner à développer une suite calquée sur les précédentes, mais en innovant et en enrichissant monde et gameplay.

L’histoire est simple : une arme redoutable, artefact puissant menaçant l’équilibre de l’univers et qui permettrait, surtout, à quiconque la possède de prendre l’ascendant sur ses ennemis, est découverte sur la planète Acheron. Les trois ennemis de toujours, à savoir les Space Marines, les Orks et les Eldars, convergent donc tous vers Acheron pour s’en emparer. Avant de mettre la main dessus, il va falloir donc composer avec les autres forces en présence…

C’est une campagne épique, véritablement travaillée, que vous allez donc pouvoir jouer. Les trois factions passeront entre vos mains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Relic Entertainment a bien bossé son sujet et son enrobage. Graphismes ultra-léchés, ambiance fidèle à l’univers Warhammer 40,000, le tout servi par des cinématiques grandioses. Il n’y a que la musique, finalement, qui sans être désagréable, est un poil en retrait et manque peut-être de corps. Mais quand on se met à tatillonner sur la musique, c’est qu’il n’y a pas grand-chose à critiquer niveau ambiance… Warhammer 40,000 : Dawn of War III va vous plonger en plein chaos, en pleine guerre, à vous en donner le goût de la poussière et du sang dans la bouche.
Les effets spéciaux sont d’ailleurs particulièrement réussis. Explosions et tirs emplissent l’écran pour vous en mettre vraiment plein les yeux. L’action reste, pour autant, toujours lisible. Suffisamment, en tout cas, pour ne pas paniquer, être perdu, et perdre un précieux temps à essayer de vous y retrouver. Grâce également à une interface claire, simple, efficace.


screenSi le premier Dawn of War était purement stratégique, sa suite lorgnait beaucoup (trop ?) sur le côté « héroïque » des personnages, faisant la part belle aux personnages seuls ou aux petites escouades. Ce Dawn of War III mélange les deux aspects tout en tentant d’innover et d’apporter quelques petites améliorations de part et d’autres.
Vous allez toujours avoir, donc, la possibilité de construire, développer et gérer votre base, créer vos factions, vos véhicules, et gérer vos attaques tout en ne négligeant pas vos défenses.
A ce titre, les trois factions sont radicalement différentes. Elles demandent un style de jeu unique et offrent du coup un vrai changement dans sa manière de concevoir les combats et le développement de ses armées. Les Orks, par exemple, joueront sur le nombre et la volonté de submerger l’ennemi. Le soldat ork est une denrée périssable que l’on peut largement se permettre de perdre, tout en étant d’une violence brute et primaire. Les Eldars, eux, sont rapides et jouent avec les portails de téléportation pour harceler les ennemis. Leur technologie avancée est un atout. Mais ils sont moins résistants et moins nombreux. Quant aux Space Marines, ils se jouent de manière plus classique, avec une force qui se construit peut-être un peu plus sur la durée, mais qui s’assure une puissance de feu importante.

screenPour développer votre armée, il faudra gérer, au fil des missions, votre base. La collecte des ressources est essentielle et permet d’accéder à des unités plus puissantes et des technologies plus évoluées. Vos unités gagneront également en puissances et obtiendront parfois des capacités supplémentaires. La bonne nouvelle, cependant, est que les trois factions sont particulièrement bien équilibrées. Et pour peu que votre style de jeu soit malléable, vous sentirez rapidement le même sentiment de puissance s’installer au fil des missions, quelle que soit la faction que vous contrôlez.

Il y a, outre cette gestion de vos troupes dans l’ensemble, des héros qui viendront fouler le sol des combats. Vraiment puissants, ils ont leurs propres capacités spéciales et peuvent, s’ils sont lâchés au bon moment, modifier l’issu d’un combat. Ces héros se jouent un brin façon MOBA. Lorsque vous les dirigez, vous aurez généralement à détruire les constructions ennemies selon un ordre précis, à vous taper une liste d’actions à mener à bien le tout dans des combats plus resserrés d’un point de vue terrain. Entre nous, si certains peuvent en prendre ombrage, cela ne nous a pas dérangé, loin de là, puisque ces passages offrent finalement un style de jeu et une ambiance un poil différente et donc salutaire d’un point de vue variété de gameplay.

screenscreenscreen

screenBref, mélange de stratégie pure, de micro-gestion de sa faction, et de combats plus « resserrés » avec les héros, Warhammer 40,000 : Dawn of War III s’inscrit comme un jeu de stratégie qui lorgne sur plusieurs styles, sans trahir pour autant sa véritable nature. Et c’est une réussite.

Alors certes, cela ne se fait pas sans heurt ni reproche. Au rang desquels, peut-être, la partie multijoueur, vraiment faiblarde : un seul mode de jeu, jouable en 1v1, 2v2 ou 3v3 dont le but est de détruire la base ennemie selon un ordre précis, du générateur de bouclier au noyau central. Le rythme y est souvent trop lent, et le rapport entre gestion économique de son camp et combats mal équilibré.

screenOn pourra aussi regretter la trop grande puissance des héros durant la campagne solo, un rythme parfois un peu en-dessous et des actions ennemies parfois très punitives, sans que l’on puisse les anticiper.
Enfin, certains joueurs pourront également regretter que le jeu vous pousse toujours à partir à l’assaut, à vraiment privilégier l’attaque, sans forcément prendre le temps de construire pas à pas votre environnement et votre armée.

Mais pour conclure, même sans être parfait, même sans devenir la nouvelle référence du genre ou s’inscrire comme un titre majeur du jeu de stratégie, Warhammer 40,000 : Dawn of War III n’en est pas moins un excellent titre qui ravira les amateurs. Beaucoup de bonnes choses, beaucoup de petits ajouts à un genre difficile à dépoussiérer qui, s’ils ne sont pas tous réussis, ne sont pas rédhibitoires pour autant et ont au moins le mérite de faire bouger le gameplay. On adhère donc.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Warhammer 40,000 : Dawn of War III (PC)

Plateformes : PC

Editeur : Sega

Développeur : Relic Entertainment

PEGI : 16+

Prix : 50 €

Aller sur le site officiel

Warhammer 40,000 : Dawn of War III (PC)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Warhammer 40,000 : Dawn of War III (PC) :

0