Injustice 2 (PS4, Xbox One)

 

Publié le Jeudi 18 mai 2017 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test d'Injustice 2 (PS4, Xbox One)

Mon super-poing dans ta gueule

imageJe vais être très honnête avec vous : les super-héros commencent furieusement à me gonfler. Depuis quelques années, la surexploitation Marvel et DC Comics me mènent lentement mais sûrement vers un ras-le-bol nauséeux. Tout a débuté avec le succès du Batman de Christopher Nolan (2005) et celui inattendu (du moins à ce point-là) d’Iron Man, sorti en 2008. Depuis, de Spider-Man à Superman, en passant par le prochain Wonder Woman, d’autres Batman et j’en oublie et j’en passe aux rangs desquels les insipides Thor ou Captain America, le cinéma et le jeu vidéo sont noyés sur l’afflux de ces super-personnages super-forts qui super-atomisent des super-vilains en super-détruisant des villes entières au passage.

Autant dire que l’arrivée d’Injustice 2 me remuait un super-testicule sans bouger l’autre, si je puis me permettre de m’exprimer ainsi. Certes, le premier opus était revigorant à tous points de vue : non seulement il montrait des super-héros à foison, opposés à pléthore de super-vilains, mais les mettait dans un contexte inédit où le but principal était de se tarter la tronche, dépoussiérant au passage le genre de jeu combat que l’on pensait acquis aux Street Figher et autres Mortal Kombat.
Seulement voilà. Injustice 2 annoncé, dans mon esprit c’était la promesse d’une resucée loin d’avoir les armes pour me sortir de ma torpeur gastro-entéritique liée à la surexploitation susmentionnée.

Que n’avais-je tort.


screenPermettez-moi de passer sommairement sur le scénario du jeu, à base de Justice League, de Batman contre Superman, de Metropolis contre Gotham, de super-vilains emmenés par l’impressionnant Gorilla Grodd dans le but de se faire dresser ennemis et amis d’autre fois les uns contre les autres. « Qu’ils se détruisent pour que je règne sur leurs cendres » pourrait être la maxime du macaque velu au casque d’acier, oubliant au final que même les ennemis peuvent devenir alliés face à une menace plus importante. Un scénario somme toute bien ficelé, porté par des cinématiques classieuses, et qui vous plonge dans une ambiance réussie de fin du monde et de super-héros débordés à tous les étages, sur fond de rebondissements, de trahisons, de doutes et d’espoirs. On ne peut que louer la volonté des développeurs de proposer un mode solo qui a du coffre, ou du moins suffisamment d’intérêt pour que l’on vous conseille fortement d’y jouer. Cela permettra surtout de se faire la main sur plusieurs protagonistes et ainsi choisir celui ou ceux qui vous conviennent le mieux. Une douzaine de chapitres, que vous devriez parcourir en une poignée d’heures (avec option main de Yakuza ou non selon votre niveau), seront nécessaires pour en venir à bout et découvrir à la fois des super-héros et des super-vilains puisque, je vous le rappelle, vous pourrez jouer les deux.

screenLe but d’un jeu de combat réside, malgré tout, malgré la qualité indéniable de ce solo, dans l’affrontement à plusieurs. Entre potes, il n’y a rien de mieux, à vrai dire.

Côté esthétique, si on aurait peut-être aimé que les développeurs aillent encore plus loin dans la destruction des décors (beaucoup plus loin, en fait), force est de constater que cet Injustice 2 est particulièrement réussi à tous les niveaux. La fluidité des mouvements est impressionnante. Les décors, au nombre d’une douzaine d’arènes, sont superbes et dépaysants, offrant pour certains quelques petites surprises et interactions fort sympathiques. Quand bien même on pourra reprocher un certain manque d’expression au niveau des visages, chaque super-héros et chaque super-vilain en jette dans son super-costume.

Si le combat manque peut-être de rapidité et de rythme, il n’empêche qu’il est impressionnant et envoie du lourd question effets spéciaux. Le gameplay est un déluge de coups, de contres, de combos, de coups spéciaux, qui s’envoient à grands renforts d’explosions. On guette la jauge spéciale pour déclencher le coup ultime, espérant qu’il ne sera pas contré et qu’il viendra achever son adversaire. Tout en regrettant, d’un point de vue strictement personnel, l’absence de cinématiques de fin façon « Finish Him » de Mortal Kombat. Ici, la plupart du temps, le combattant vaincu, à genoux, s’effondre simplement. On ne réclamait pas de situation gore comme son illustre aîné, mais peut-être quelques animations spéciales pour les K.O.…

screenscreenscreen

screenQuoi qu’il en soit, le gameplay est à la fois technique et accessible même aux novices. Simple mais tactique, il procure des sensations immédiates.

On parlera aussi des pièces d’armures que vous pourrez récolter au fil de vos parties. De quoi agrémenter (et changer) les tenues de vos personnages. A chaque combat, votre héros (ou vilain) gagne de l’expérience et éventuellement des pièces (pour les passages de niveaux ou durant les missions solo). Résultat, vous lui offrez des objets (pantalons, bottes, gants, …etc) qui boostent ses caractéristiques, à savoir tant sa puissance que sa résistance. Vous pourrez en récupérer également dans les missions spéciales du mode Multivers. Notez que lesdites récompenses sont aléatoires. Autant dire que vous devrez parfois bien galérer dans l’espoir d’avoir une tenue complète spéciale. Mais ainsi va la vie.

screenAjoutez plusieurs petits modes mutijoueurs en ligne (mais rien ne vaut une baston entre potes sur la même console, voire entre couple pour savoir qui sera de corvée d’aspirateur – du coup je ne le passerai pas durant les deux prochains mois – pour apprécier le jeu, je le répète), et nous aurons à peu près fait le tour du propriétaire.

Pas parfait, Injustice 2. C’est vrai. Mais terriblement accrocheur, techniquement impeccable, et proposant des combats accessibles, avec des personnages qui ont de la gueule. Que demander de plus ? J’avoue. Les super-héros me sortent par les yeux en ce moment. Mais NetherRealm et Warner Bros. Interactive ont réussi à passer outre et me convaincre tout à fait. Pas de doute, c’est le jeu de baston du moment.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Injustice 2 (PS4, Xbox One)

Plateformes : Xbox One - PS4

Editeur : Warner Bros. Games

Développeur : NetherRealm

PEGI : 16+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

Injustice 2 (PS4, Xbox One)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 9/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Injustice 2 (PS4, Xbox One) :

0