Roccat Kone Pure Owl-Eye : une des meilleures souris de sa génération

 

Publié le Jeudi 25 mai 2017 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de la Roccat Kone Pure Owl-Eye

A un prix abordable

imageRoccat nous a déjà séduit par le passé grâce à ses excellents produits, qu’il s’agisse de souris, de casques ou de claviers. Aujourd’hui, la marque au tigre revient avec une nouvelle gamme de produits. Parmi eux, une nouvelle déclinaison de sa souris Roccat Kone Pure : la Owl-Eye, proposant un nouveau capteur. Owl pour chouette. Pas pour pour « chouette, une souris ! », mais pour chouette, l’animal, même si la chouette si elle pouvait parler dirait parfois « chouette, une souris ! » vu qu’il s’agit là d’un de ses mets favoris. Mais je m’égare.

Owl pour chouette en rapport avec la précision de l’œil de la chouette, capable de voir… euh… loin. Même de nuit. Et ce nouveau capteur Owl-Eye est destiné à envoyer du lourd : 12 000 dpi.

Mais avant de la tester sur un chouette jeu, faisons un peu le tour de la bête.

La Roccat Kone Pure Owl-Eye est une souris épurée, simple, aux lignes douces et à peine marquée, tandis que le logo trône fièrement – mais de manière plutôt classe – sur son dos. Deux boutons sur le côté gauche, une molette crantée, clic droit et clic gauche, deux boutons sur le dessus (+ et -), un autre derrière la molette et voilà pour cette souris sobre, mais classieuse. Souris filaire en câble USB tressé de 1,80 mètre.


Côté technique pure, elle embarque donc un capteur optique œil de chouette allant jusqu’à 12 000 dpi, est dotée d’un polling rate de 1000 Hz, un temps de réponse de 1 ms, résiste jusqu’à 50 G d’accélération sans perte, une vitesse max de 250 ips, embarque un processeur Arm Cortex-Mo 50 MHz et est dotée d’une mémoire interne de 512 Ko. La durée de vie des boutons est estimée à 50 millions de clics. Enfin, elle est dotée de la technologie Roccat Easy-Shift + qui permet d’attribuer une fonction secondaire à chaque bouton.

imageLa Roccat Kone Pure Owl-Eye est une souris de taille moyenne : 7 cm de large, 3,9 cm de haut, 11,8 cm de long. Elle est, par contre, particulièrement légère : 88g. D’un point de vue tout à fait personnel, aimant en avoir plein les mains (coucou chérie), j’ai tendance à préférer une souris lourde. J’ajoute d’ailleurs toujours le maximum de poids dès que cela est possible. Sa légèreté est donc pour moi un point négatif. Mais à relativiser : comme le disait un ami fan de FPS : « une souris plus légère est un atout, car maniable plus rapidement. Donc arrête avec tes remarques sur le poids des souris dans tes tests, tu es ridicule ». Après lui avoir arraché un œil (de chouette, ha ha ha), il m’a présenté ses excuses pour son attitude déplorable. Mais du coup, n’étant pas borné, je prends donc en compte son avis sur la légèreté de la souris. Et si vous jouez longtemps, il est fort probable que ce soit, pour vous, un avantage plutôt qu’un inconvénient, effectivement.

Mais bref. Le logiciel Roccat Swarm (essaim en français) permet de paramétrer chaque bouton de la souris, et de les enregistrer directement dans sa mémoire pour y avoir accès à la volée. Un excellent point, d’autant plus que l’essaim est un logiciel clair, facile à utiliser, pratique… bref, même une maman abeille pourra y retrouver ses petits. D’autre part, il permet de paramétrer également la couleur du logo, sa pulsation, le tout parmi quelques 16,8 millions de couleurs. Je vais essayer de toutes les tester pour voir laquelle me convient le mieux. J’en suis à 52 pour le moment, mais je ne désespère pas.

Bref. Sur le papier, la Roccat Kone Pure Owl-Eye envoie du très très lourd. Malgré son poids léger. Et en pratique ?

imageimage

La souris a été testée sur les jeux classiques du moment : Overwatch, Prey et Dishonored 2, Civilization VI, Heroes of the Storm, The Purge (même si le jeu est clairement plus agréable à la manette) ou encore Diablo III. Et j’ai même voulu la tester sur The Witcher III, pour le plaisir. Bref, variété des genres, mais aussi sessions de durée différente. Elle a même servi pour de la bureautique (là, je vous écris avec la souris branchée et en cours d’utilisation).

imagePremier constat : la taille de la souris peut gêner les grandes paluches. Si vous avez des mains de pianiste ou qu’elles s’apparentent plus à des battoirs, cela peut vous poser un souci. Par contre, en cas de taille « normale » ou de petite taille de main, elle sera idéale. Elle est même parfaite, serait-on tenté de dire, pour les mains féminines. A moins, donc, que votre femme soit pianiste ou déménageuse.

Pour le reste, il n’y a vraiment rien à redire. La qualité Roccat est au rendez-vous. Je préfère personnellement des souris au design plus marqué, mais c’est juste un choix esthétique. Pour la technique, c’est la perfection même. Une souris facile à prendre en mains, dont le revêtement accroche suffisamment pour rester en place en cas de longue partie et de main moite. Jamais le capteur n’a été pris en défaut, même avec un dpi ramené à de plus faibles niveaux (on peut bien évidemment le changer à la volée). Même lors d’une partie endiablée (et mémorable) sur Overwatch, où elle a pourtant pris cher. La molette, un brin plus large et sur deux axes, est une pure réussite de précision et un vrai bonheur à utiliser. Bref, je n’ai que de bonnes choses à dire sur la Roccat Kone Pure Owl-Eye, qui est tout simplement l’une des meilleurs souris de sa génération.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Roccat Kone Pure Owl-Eye : une des meilleures souris de sa génération

Plateformes : PC

Editeur : Roccat

Développeur : Roccat

PEGI : 7+

Prix : 70 €

Aller sur le site officiel

Roccat Kone Pure Owl-Eye : une des meilleures souris de sa génération

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 9/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0