Castlevania, critique de la série TV Netflix

 

Publié le Lundi 10 juillet 2017 à 12:00:00 par Sylvain Morgant

 

Castlevania, critique de la série TV Netflix

Mou du genou

imageSans être un fan absolu des jeux de la saga Castlevania, je dois dire que l'idée d'une série animée produite par Netflix avec des vampires, des monstres, du sang qui gicle, des combats de fouets, des boyaux qui volent, le tout s'inspirant de l'histoire des jeux de Konami, ne pouvait que nous ouvrir l'appétit.

Voici donc l'histoire de cette série :

Valachie 1455, Lisa, une femme du village de Lupu souhaitant devenir médecin, se rend au château de Dracula pour apprendre les "savoirs secrets" que le vampire possède, afin de soigner les autres au mieux.  Ces savoirs secrets ne sont en fait que des savoir scientifiques bien réels, aucunement magiques, mais qui hélas passent pour de la sorcellerie à cette époque.

20 ans plus tard, Lisa finit donc sur le bûcher, accusée de sorcellerie et d'avoir pactisé avec Satan. Dracula, rentrant d'un long voyage, découvre la mort de celle qui était devenu entretemps sa comapagne.
Ivre de rage et de vengeance, il lance un ultimatum à la population de Valachie. Ils ont un an pour faire pénitence, pour racheter ce crime. Passer ce délai, Dracula déversera son armée des ténèbres sur le pays et le monde pour éradiquer l'espèce humaine.

Ça pourrait être donc une bonne petite histoire de vengeance, somme toute classique. Surtout que la réalisation est de bonne qualité. Les voix anglaises sont de très bonne facture avec les voix de Richard Armitage, James Callis, Graham McTavish, Alexjandra Reynoso, Tony Amendola, Matt Frewer et Emily Swallow. L'animation est fluide et détaillée. Le look des personnages est réussi même si on n'est pas forcément convaincu par les oreilles d'Elfe de Dracula.


screenLe souci, c'est que la saison 1 ne fait que 4 épisodes. D'un peu moins de 25 minutes chacun soit moins de 100 minutes de programme où il faut le reconnaitre, il ne se passe pas grand-chose. Vraiment rien, en fait. De même chaque épisode ne sert qu'à présenter l'un des 4 personnages principaux. Dracula, Trevor Belmont, Sypha Belnades et Alucard. Rien d'autre qu'une grosse introduction à la saison 2. Et c'est particulièrement dommage. Surtout si on doit attendre cette saison 2 plusieurs mois.

Ce qui ressort de cette saison 1, mais peut-on vraiment parler d'une saison 1 à ce niveau, c'est le manque d'intérêt de ces épisodes. On s’ennuie rapidement. On attendait plus. Plus d’action, plus de profondeur, plus de moments cultes… Mais c’est plat. Plat et rapidement ennuyeux.

Ne jetons pas le principe de la série sur un tel monument du jeu vidéo mais voilà, on attendra de nouveaux épisodes, qu'on espère nombreux, pour se faire une vraie idée. En conclusion, c’est très prometteur… mais pas intéressant en l’état.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Castlevania, critique de la série TV Netflix

Plateformes :

Editeur : Netflix

Développeur : Netflix

PEGI : 12+

Prix : Abonnement

Castlevania, critique de la série TV Netflix

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 5/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Castlevania, critique de la série TV Netflix :

0