Hitman & Bodyguard, la critique du film

 

Publié le Mardi 22 août 2017 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Hitman & Bodyguard, la critique du film

La comédie de l'été

imageMichael Bryce était le meilleur Bodyguard de sa profession. Noté AAA, soucieux du moindre détail jusqu’à en devenir psychorigide sur ses méthodes, il ne laissait rien au hasard pour protéger ses clients. Jusqu’à ce jour terrible où l’un deux a été abattu par un tueur à gages.
Depuis, Michael vit une vraie descente aux enfers : il a perdu sa petite amie, son statut, ses principaux clients et ne s’occupe plus que de la protection de petits avocats véreux. Un boulot peu gratifiant mais qu’il fait tout de même toujours à la perfection.

Le dictateur Vladislav Dukhovich, quant à lui, assiste à son procès au tribunal de La Haye. Il est accusé d’avoir massacré des milliers d’opposants. Mais les témoins qui se succèdent à la barre (quand ils ne sont pas abattus avant) ne se montrent guère convaincants et, surtout, n’ont aucune preuve tangible. Darius Kincaid, tueur à gages de renom, est actuellement incarcéré. Sa femme également. Il accepte de témoigner contre le dictateur Vladislav Dukhovich et d’apporter toutes les preuves pour l’envoyer en prison, contre la libération de son épouse.

Darius est alors transféré vers La Haye pour aller y témoigner. Le transfert doit se faire avant le lendemain 15h, ou les charges contre le tyran seront abandonnées. Mais sur le trajet, le convoi est attaqué par les soldats de Dukhovich. La policière Amelia Roussel et Darius, seuls survivants, arrivent à s’échapper. Darius doit absolument aller à La Haye pour que l’arrangement soit effectif et sa femme libérée. Mais c’est un boulot trop dangereux et au-dessus des forces d’Amelia. Elle décide alors de faire appel au meilleur Bodyguard de la profession : Michael. Son ex-petit ami… que Darius a déjà essayé de tuer 28 fois…

La cohabitation entre les deux va être explosive. Dans tous les sens du terme…


screenHitman & Bodyguard est réalisé par Patrick Hughes (Expendables 3) et réunit Ryan Reynolds dans le rôle de Michael Bryce, Samuel L. Jackson dans celui de Darius Kincaid, Gary Oldman joue Vladislav Dukhovich et Salma Hayek est Sonia, la femme de Darius. Ajoutez Elodie Yung (Amelia), Richard E. Grant et Joaquim de Almeida pour compléter le casting.

J’avoue. Les bandes-annonces du film, que nous vous avons d’ailleurs relayé, laissaient entrevoir un « buddy movie » fun, délirant et péchu. Avec toujours cette crainte de voir Hollywood massacrer une idée sympa et en faire un ersatz de l’Arme Fatale ou je ne sais quel film du genre… Bref, on espérait le meilleur tout en sachant que le cinéma US est capable bien trop souvent du pire, et que le film pourrait être un gros navet, chiant et con.

Et effectivement, le film est con. Très con. Mais dans le bon sens du terme. Alors certes… il n’échappe pas à quelques clichés. Enfin, quand je dis « quelques »… il surfe sur les clichés. Ajoutez un scénario bateau, simple, sans aucun rebondissement… Et le fait que personnellement, j’ai été un peu perdu quant au trajet effectué par les deux personnages principaux pour rejoindre La Haye, traversant l’Europe assez bizarrement j’ai l’impression…

screenTrès cliché, très bateau, très con… mais ça fonctionne parfaitement. Le duo Reynolds/Jacskon fait des étincelles.
Le premier dans le bodyguard superdoué mais au fond du trou, s’accrochant à ses codes, limite à ne jamais traverser en dehors des clous « parce que ça ne se fait pas » et le second, décomplexé, fun, tout aussi excellent dans son métier et ne ratant jamais une occasion de pourrir la vie de son nouveau garde du corps dont il a, malgré tout, besoin.

Non seulement le film est drôle, mais en plus, il envoie des scènes d’action bien ficelées. Ni trop, ni pas assez, ni surenchères de cascades… juste ce qu’il faut pour vous faire monter l’adrénaline.

screenBref, on passe réellement un bon moment avec ce Hitman & Bodyguard. Une vraie bonne comédie d’action, un vrai bon « buddy movie » pour cette fin d’été.

Mais la critique ne serait pas complète sans évoquer le rôle exceptionnel de Salma Hayek, étincelante dans ce film. On ne la voit pas beaucoup, mais elle offre une composition frappante et complètement à contre-emploi : d’une vulgarité et d’une violence inouïes, en totale opposition avec sa beauté. Magistral.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Hitman & Bodyguard, la critique du film

Plateformes :

Editeur : Metropolitan FilmExport

Développeur : Patrick Hughes

PEGI : 12+

Prix : Cinema

Hitman & Bodyguard, la critique du film

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0