Everybody's Golf (PS4)

 

Publié le Mardi 5 septembre 2017 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Everybody's Golf (PS4)

Bienvenue au club

imageSérie qui fête ses 20 ans cette année, Everybody’s Golf a fait ses débuts en 1997 sur PlayStation. Au fil des ans, c’est environ une dizaine d’opus que nous avons vu sortir régulièrement sur toutes les consoles de Sony, portables ou de salon.
La PlayStation 4 accueille aujourd’hui son premier épisode, sobrement baptisé Everybody’s Golf.

Développé par Sony Interactive Japon, ce nouveau titre s’inscrit dans la parfaite lignée des précédents : du golf mâtiné de personnages tirant sur le manga. Visages caricaturaux, grands yeux expressifs, et surtout, mimiques exagérées au possible. Même si cet aspect s’est assagi par rapport aux anciens épisodes, sans doute dans l’espoir de convertir le public occidental, on reste quand même dans l’exagération physique.

Cette ambiance, habituelle pour la série, pose toujours le même problème cela dit : les puristes n’adhèreront pas à cette atmosphère et lui préfèreront le sérieux d’un PGA Tour  sur consoles et PC, ou d’un Golf Club sur PC.
D’un autre côté, cela permet de se plonger de manière un peu plus amusante, plus délirante, dans un sport qui n’est pas spécialement réputé pour sa déconnade, et finalement d’attirer un public qui pourrait être rebuté d'habitude par ce sport.

D’autre part, si Everybody’s Golf ne se prend pas forcément au sérieux, ça ne veut pas dire qu’il ne fait pas le job sérieusement. Et ça commence avec la personnalisation de son personnage, relativement complète, qui vous permettra de créer totalement votre golfeur ou votre golfeuse, allant même jusqu’à vous proposer diverses corpulences, diverses animations…


screenLe jeu est jouable seul, et vous permet du coup de débloquer des parcours, mais aussi de jouer jusqu’à 4 en local, ou en ligne pour des compétitions plus importantes. Sachez que vous pourrez également paramétrer les parties comme vous le voulez, de nombreuses options étant proposées pour corser la course ou au contraire la simplifier.

Petite parenthèse, d’ailleurs, sur les quelques mini-jeux qui parsèment le titre, et qui n’ont finalement pas grand intérêt. Même le mode Guerre de Territoire, qui vous demande de naviguer de trou en trou à voiturette pour le réussir et vous l’adjuger avant l’équipe adverse, perd de son intérêt au bout de 4-5 parties…

Au fil de vos parties et de vos victoires, vous débloquerez de nouveaux vêtements, mais aussi accèderez à l’achat de nouveaux clubs, dotés de meilleures caractéristiques et donc vous permettant de plus jolis coups, ou encore pourrez faire l’acquisition d’une voiturette pour vous déplacer entre les trous.

screenLe gameplay est relativement simple et abordable. Heureusement, au fil de votre progression, le il se corse un brin. Ce qui offre finalement à Everybody’s Golf une bonne marge d’évolution et un regain d’intérêt.

Malheureusement, Everybody’s Golf version PS4 pêche par de nombreux côtés. Techniquement, déjà, il n’est pas à la hauteur. Qu’il s’agisse de ses temps de chargements bien trop longs ou de son graphisme loin d’être convaincant, ou qu’il s’agisse du nombre de parcours, 5 seulement, même s’ils sont jouables en version miroir ou retour, on a quand même de quoi rester sur sa faim.

Au final, donc, le jeu peine à totalement convaincre. Agréable à prendre en mains, fun, offrant une marge de progression intéressante, et surtout permettant de jouer en solo, entre amis chez soi ou en ligne, il a quelques atouts intéressants que viennent gâcher de mauvais choix (mini-jeux), un manque de contenu et une réalisation technique loin d’être à la hauteur.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Everybody's Golf (PS4)

Plateformes : PS4

Editeur : Sony

Développeur : Sony

PEGI : 3+

Prix : 60 €

Everybody's Golf (PS4)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Derniers Commentaires

- L'Edito du dimanche par Aces

- L'Edito du dimanche par Yutani

- L'Edito du dimanche par Cedric Gasperini

- L'Edito du dimanche par scudik

- Ruiner : Un shoot Cyberpunk ultra-violent par Yutani

- L'Edito du dimanche par Yutani

- L'Edito du dimanche par scudik

0