American Assassin, la critique du film

 

Publié le Mardi 19 septembre 2017 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

American Assasin, la critique du film

Kill the bad guys

imageMitch Rapp est un jeune gars à qui l’avenir sourit : en vacances à Ibiza, il vient de demander la main de sa fiancée et elle a dit oui. Son bonheur est toutefois de courte durée : alors qu’il va chercher des verres pour fêter ça, des terroristes font irruption sur la plage et ouvrent le feu. Sa fiancée est tuée sous ses yeux alors que lui en sort grièvement blessé.

18 mois plus tard, Mitch a tout laissé tomber. Il est devenu une machine à tuer : il passe son temps entre les entraînements de MMA, les séances de tir et l’apprentissage de l’arabe et du Coran. Doté d’un QI hors norme, il progresse vite vers ce qui est désormais l’unique but de sa vie : faire payer les terroristes en infiltrant leurs rangs.

Au moment où il touche au but, la CIA intervient et le capture. On lui propose alors d’intégrer les rangs d’un programme spécial pour devenir un agent sur le terrain. C’est Stan Hurley, un entraîneur hors-norme, qui va tenter de le façonner et de canaliser sa colère.

Seulement l’entraînement est brusquement écourté : une menace nucléaire pèse sur les USA. Un mercenaire baptisé « Ghost » a mis la main sur du plutonium et est sur le point de fabriquer une bombe…


screenAmerican Assassin est un film signé Michael Cuesta, à qui l’on doit Secret d’état en 2014 (avec Jeremy Rainer) et des épisodes des séries Elementary ou Homeland. Autant dire qu’il a toutes ses preuves à faire. Devant la caméra, on retrouve Dylan O’Brien que l’on a pu voir dans Deepwater, ou encore (et surtout) Le Labyrinthe, ou encore Michael Keaton, que l’on ne présente plus. Ils sont accompagnés de rôles secondaires incarnés par Taylor Kitsch, Scott Adkins, Sanaa Lathan ou encore la jolie Shiva Negar.

Grosso modo, même si certains personnages sont très caricaturaux, les acteurs s’en sortent tout à fait honnêtement. Pas de fausse note. Mention spéciales à Michael Keaton, tout simplement parfait, ou Shiva Negar, entre beauté et dangerosité.

screenLe film, lui, s’en sort honnêtement très bien. Et ce malgré un scénario très bateau. C’est du déjà-vu, un mélange d’intrigues et de personnages utilisés et usés jusqu’à la moelle, avec une conclusion sans surprise, si ce n’est la résolution un brin grossière.
Bref, on avait tout pour en faire un film casse-gueule.

Heureusement, les acteurs sauvent largement la mise de l’ensemble. Mais pas seulement. Le rythme du film, sa réalisation et surtout, ses scènes d’action très « brut de décoffrage » avec une violence assez intense, mais jamais gratuite, permettent finalement au spectateur de passer un bon moment. Voire un très bon moment. Avec une mention spéciale pour la fusillade de la scène d’introduction, assez frappante.

Bref, c’est simple, sans surprise, mais bigrement efficace. Et si vous vous posez la question, oui, ça mérite qu’on aille le voir au cinéma.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

American Assassin, la critique du film

Plateformes :

Editeur : Metropolitan Film Export

Développeur : Michael Cuesta

PEGI : 12+

Prix : Cinema

American Assassin, la critique du film

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0