NBA 2K18 (PC, Xbox One, PS4)

 

Publié le Lundi 25 septembre 2017 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de NBA 2K18 (PC, Xbox One, PS4)

Dunk dans ta face

imageChaque année, 2K Sports et Visual Concepts reviennent avec leur jeu de basket estampillé NBA 2K. Et comme de bien entendu, parce qu’ils ont un an d’avance, on se retrouve cette fois avec NBA 2K18. La vraie question qui se pose est : Un an d’avance, certes, mais est-ce que ça en fait des surdoués pour autant ?

Les derniers opus étaient excellents. Pas de doute là-dessus. Et on voit mal comment un développeur pourrait se planter comme une grosse buse d’une année sur l’autre, même si PES 2018 nous a montré que c’était malheureusement bel et bien possible.

Alors l’un dans l’autre, ça ne servirait pas à grand-chose de vous resservir un tour d’horizon des différents modes disponibles dans le jeu, à grands renforts de détails, explications et tout le toutim.
Partie rapide, saison, gestion de club, mode carrière, parties en multi… le jeu regorge de très nombreux modes, et vous permettra de jouer seul ou à plusieurs durant de très très longues heures. On ne reviendra pas là-dessus. C’est complet, monstrueux au niveau des stats des joueurs et des équipes… bref, c’est une mine et un indispensable pour tout fans de basket-ball.

La grande nouveauté, finalement, et ce qui a été largement mis en avant dans la promotion du jeu, est le mode Carrière et son « Quartier ». Une vraie fausse bonne idée, en réalité.
Tout commence pourtant de manière classique : on crée son basketteur, et on se lance sur le circuit. Toutefois, la nouveauté, et tant pis pour le réalisme tellement ce cas de figure est impensable, voire rarissime, est que votre personnage est en fait repéré sur les terrains de streetball. Le basket de rue, si vous préférez. Alors que vous dominez les rencontres sur le bitume, une fois drafté par une équipe de NBA (qu’en réalité, vous choisirez), le niveau est tout autre : il va falloir réellement cravacher. Votre sportif a d’ailleurs une évaluation de base de 60 (sur 100), ce qui le classe dans la catégorie « moyen/mauvais ».


screenSi le début de votre carrière NBA sera consternant (à se demander comme un club a pu offrir un contrat à un tel joueur, voire même le lancer sur le terrain), à force de persévérance (et de points gagnés grâce à vos matches), vous pourrez augmenter vos stats et percer.
Entre deux matches, pour récupérer votre énergie, vous devrez soit en passer par les micro-achats (Gatorade), soit par des exercices à la salle de sport. Exercices qui s’avèrent, pour certains, complètement lourdingues, mal fichus, voire imbitables.
Autre souci également, la manière dont est articulé le Quartier : une sorte de hub dans lequel vous allez marcher pour vous rendre à l’entraînement, dans votre appart, dans une boutique de fringues, de chaussure, chez un coiffeur… bref, vous passez énormément de temps à courir, sans possibilité de « déplacement automatique ». Et à la longue, c’est un peu lourdingue. On aurait aimé aussi qu’il soit plus animé, qu’il propose des évènements aléatoires, bref, qu’il renouvelle son intérêt.
A la base, donc, l’idée était bonne et aurait pu donner un vrai coup de neuf au mode Carrière. Mais le soufflé retombe vite, malheureusement.

screenAttention à ne pas tout mélanger quand même : le mode Carrière est relativement bien scénarisé, suivre son personnage évoluer, lier amitiés et inimitiés permet de mieux s’investir dans le jeu, bref, ça reste tout de même vraiment chouette sur le fond. La forme sera juste à revoir et améliorer pour l’année prochaine.

De la même manière, le mini-scénario ajouté à MyGM (General Manager, dans lequel vous gérez une équipe de NBA) n’a pas vraiment d’intérêt : le même scénario d’un gars qui vient d’acheter l’équipe NBA que vous gérez et qui veut la faire déménager à Seattle. Et ce, quelle que soit l’équipe choisie… Peu crédible, voire lourdingue… Le scénario n’ayant aucune réelle incidence sur votre gestion, il ne sera là que pour rythmer votre partie…

Deux nouveautés pas convaincantes… mais comme dit précédemment, vous auriez tort de vous arrêter à ça. D’une part parce que NBA 2K18 est une nouvelle fois très complet. En modes de jeux, en possibilités, en stats, en joueurs, en équipes, en infos, en possibilités…

C’est ce qui se fait de mieux dans le genre.

screenEnsuite parce que les graphismes sont encore plus fins, encore meilleurs, avec des visages encore plus détaillés, des animations encore plus réalistes, des comportements de joueurs encore mieux pensés, une IA encore plus travaillée…
C’est beau, c’est facile à prendre en mains, la nouvelle jauge de tir s’apprivoise très rapidement et s’utilise alors avec un naturel déconcertant…

Bref, le gameplay est une tuerie. L’ambiance sur le parquet est une tuerie. Le rendu est une tuerie. Tous ces petits détails font de NBA 2K18 une tuerie. Et même la possibilité de jouer avec les équipes All-Stars est une tuerie.
Et tant pis si les temps de chargement sont toujours un brin longuets (et nombreux). Ça reste un gros kif à jouer, à prendre en mains, et à coller 30 points d’avance sur son pote dès son premier match. J’dis ça, j’dis rien.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

NBA 2K18 (PC, Xbox One, PS4)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4

Editeur : 2K Sports

Développeur : Visual Concepts

PEGI : 3+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

NBA 2K18 (PC, Xbox One, PS4)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu NBA 2K18 (PC, Xbox One, PS4) :

Derniers Commentaires

- Tous aux chiottes ! par Papa Panda

- Tous aux chiottes ! par dieudivin

- Tous aux chiottes ! par kasasensei

- Tous aux chiottes ! par kasasensei

- Tous aux chiottes ! par kasasensei

- RPG Maker MV pour mars 2019 par Mikis

- A quoi jouez-vous ce week-end ? par Papa Panda

0